Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Musique

Streamer sa musique librement

Rédigé par dada / 05 décembre 2017 / 13 commentaires


Il existe des tonnes de façon d'apprécier sa musique sans pour autant la traîner sur des CD ou sur la carte mémoire de son téléphone. Les plus simples consistent à prendre un abonnement chez Deezer ou chez Spotify mais, manque de chance, c'est plein de DRM et ça ne fonctionne pas partout sur la planète. Oui, je reste un grand traumatisé de Spotify : je n'ai jamais réussi à écouter mes playlists alors que je vadrouillais en Syrie (avant !).

Du coup, voici ma solution. Ce n'est peut-être pas la plus simple mais elle me permet de combiner Nextcloud, Sonerezh et Power Ampache. Avec tout ça, j'écoute ma musique via une interface web et via une application mobile partout où je veux et je contrôle tout. Le seul souci, c'est que ça me coûte cher en musique.

Nextcloud ?

Pour n'avoir qu'à copier/coller mes dernières trouvailles dans un répertoire de mon PC. Il va être parcouru par le client de synchronisation : son contenu va donc directement être envoyé sur le serveur de streaming. C'est simple, facile et pour les feignants. En plus, ça fait déjà un backup.

Music ?

C'est l'application qui permet de lire ses fichiers audios dans NC. Ça fait du bon boulot, mais c'est moche et assez lent. Je préfère carrément Sonerezh. Ceci-dit, elle supporte l'API d'Ampache, et ça, c'est cool. Vous le voyez arriver, le lien avec Power Ampache ?

Power Ampache ?

Là, c'est le Graal. Votre NC est configuré, Music fournit l'API d'Ampache : Power Ampache va tout récupérer. Vous avez maintenant du streaming audio de qualité sur votre Smartphone. Bah oui, ça supporte le FLAC, tout ça !
Ah, et pensez à cocher "Offline Songs" si ça vous embête de pomper votre forfait 3/4G.

Sonerezh ?

Quand votre NC récupère vos fichiers audios, vous y avez accès via Music et Power Ampache, mais pas via une belle et rapide interface web. C'est là que Sonerezh débarque.
Pour que ça marche, il faut lui dire d'aller récupérer le contenu de votre répertoire Musique qui est dans Nextcloud, tout simplement.
Perso, je suis passé par le principe du stockage externe de Nextcloud pour que tous les partis puissent se parler, et que je puisse faire du gros copier/coller depuis mon PC sans avoir jamais à me connecter au serveur.

Qu'est-ce que ça donne ?

Sonerezh :



Power Ampache :


Tout cela n'est pas parfait, mais c'est de la bonne bidouille ! Du logiciel libre et un peu d'idées pour ne plus jamais se prendre le choux à gérer sa musique entre le local et le distant. Y'a sans doute plus simple, mais bon, une fois que ce système est en place, on n'a plus qu'à vérifier les tags avec EasyTAG et à faire un copier/coller. Cool.

Retour sur mon équipement de 2016

Rédigé par dada / 03 janvier 2017 / 1 commentaire


2017 commence et comme pas mal de monde, je vous propose une sorte de bilan de l'année passée. En vrac, j'ai essayé de combiner au mieux mon attachement au libre, au plaisir mais aussi à l'équitable tout au long de l'année. J'ai balancé quelques liens dans le billet mais tout n'y est pas. J'ai pas mal papoté cette année alors pensez à faire un tour dans les tags de l'article pour avoir plus de détails :-)

Smartphone : un Fairphone 2

Mon Flame ayant rendu l'âme, j'ai décidé de revenir à un smartphone plus classique, quoique. Le Fairphone, c'est une vision de l'équitable et du durable appliquée au téléphone portable qui traîne dans la poche. Pas de fioritures ici, juste un outil qui fonctionne. Une énorme partie du téléphone est constituée de pièces changeables, comme la batterie pour ne parler que d'elle. Niveau OS, c'est un Android AOSP qui le fait tourner, sans aucun compte Google : je ne me sers que des applications libres quand c'est possible, sinon je passe par l'outil de Tuxicoman (GooglePlayDownloader) pour récupérer les quelques récalcitrantes.

Tablette : une Aquaris M10

Ici, on ne peut pas dire que ce soit l'équitable et le durable qui prime. Je n'avais pas vraiment besoin d'une tablette avant que l'envie de supporter l'initiative de Canonical ne pointe le bout de son nez. La convergence, c'est à dire la mélange entre le mode tactile et le mode bureau a aussi beaucoup joué. Ma tablette est maintenant le seul outil que je trimballe avec moi pendant mes nombreux déplacements. Je peux écrire des trucs et me connecter en SSH avec un clavier digne de ce nom en plongeant la main dans ma sacoche en bandoulière. Nickel.

Serveurs : un C2 pour diaspote et peertube

Avec Augier, on manquait de mémoire vive pour notre pod diaspora* et l'envie de faire tourner un nœud Peertube pointait le bout de son nez. On est donc passé d'un C1 à un C2, toujours chez Scaleway. Les performances ne sont pas plus fantastiques qu'avant mais les quelques Go de RAM supplémentaires permettent maintenant aux utilisateurs de poster des photos sans faire tomber la machine. #Sérénitude

Manette : un Steam Controller

Loin du libre, quoique, le Steam Controller vient combler un manque de plusieurs années : pas de manette pour jouer à Rocket League & co. Steam proposant sa propre manette en plus de jeux jouables sous GNU/Linux, j'ai trouvé plutôt logique de dépenser des sous chez eux.
En écrivant ces lignes, je me rends compte que je devais écrire un billet sur cette manette. Oops. N'étant pas un gros joueur, et n'ayant aucun moyen de comparaison si ce n'est quelques vagues souvenirs de la DualSock de la PS2, je préfère éviter !

Clavier : un TypeMatrix 2030

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce clavier, c'est une petite merveille pour geeks/développeurs/devops. Il a la particularité de proposer une organisation des touches qui lui est propre et, surtout, des peaux (skins) permettant de changer l'agencement du clavier de façon très agréable. J'ai personnellement pris un TypeMatrix qwerty avec un skin azerty et un skin bépo.
Bon, je me sers actuellement du skin Azerty. Je ne me sentais pas d'attaquer directement le bépo ! Je m'y mettrai plus tard, normalement. On m'a dit que c'était le meilleur moyen de ne jamais s'y mettre. J'sais pas, on verra bien !

Son : des Zero Audio Tenore ZH-DX200-CT

Ici non plus, n'étant qu'un énorme amateur de musique, je me garderai de dire que ce sont les meilleurs écouteurs intra-auriculaires que j'ai jamais utilisé mais le fait est qu'ils sont carrément super ! La honte est sur moi cependant : pas moyen de passer par autre chose qu'Amazon pour les récupérer. Je promets que c'est la dernière fois que je faute. Il n'empêche que je redécouvre des morceaux que je connais depuis très longtemps. C'est du bonheur.

Je crois que j'ai tout raconté. J'ai l'impression que 2016 fut une super année d"un point de vue de mon équipement de geek. J'sais pas ce que vous avez trouvé à acheter/supporter de votre côté mais je vais avoir besoin d'aide pour faire aussi bien en 2017.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne année 2017 pleine de libre et de bonheur !

Qobuz, ma musique

Rédigé par dada / 08 novembre 2016 / 10 commentaires




Je parlais de la consommation de musiques et des films en 2016 en racontant fièrement que j'achetais ma musique sans DRM et sans l'obligation de passer par une plateforme en particulier. Voici le moment de parler du service qui me permet de me sentir en accord avec mes principes : Qobuz.

Hey, ce n'est pas un placement produit, je n'ai pas d'actions chez ces gens-là : je suis juste un client content.

Il faut bien le dire, je ne m'attendais pas à (re)tomber sur une offre qui me permette de profiter de la musique que j'aime, en qualité FLAC (16bits), sans DRM et légalement.

Avec Qobuz, quand on achète un titre ou un album, il vient se placer dans la liste des trucs qu'on peut écouter en streaming depuis le site web, l'application de bureau (hors GNU/Linux) et l'application mobile. Ça, c'est pas trop mal mais j'avoue ne pas m'en servir. J'ai mon Sonerezh dans un coin et c'est pas en place pour faire de la figuration. Bref, c'est classique, on achète, on profite en streaming, mais ça ne m'intéresse pas.

Le truc, c'est la possibilité de télécharger les titres/albums. C'est la killer-feature comme on dit. C'est comme ça et uniquement comme ça que j'accepte de payer pour du culturel. Le site, chose incroyable en 2016, propose un lien tout simple pour rapatrier son achat à la maison. Pas de cochonnerie en Adobe Air ou je ne sais quels autres langages honteux.

Traînant de nouveau un smartphone sous Android, mais sans les Google Apps, j'avais peu d'espoir en m'essayant à l'installation de l'application officielle. Surprise : ça tourne sans ces dépendances tentaculaires ! Et en plus, en plus, il est possible de télécharger les morceaux en deux clics, sans maudits DRM ! Dingue, dingue et re-dingue : ce n'est pas qu'une pauvre application de streaming qui permet de faire de la fausse écoute hors ligne comme les autres.

De la fausse écoute hors ligne ? Oui, vous savez, les Spotify, Deezer et autres qui téléchargent vos playlists dans votre carte SD sans que vous puissiez y retrouver les morceaux tellement c'est hashé et DRMisé. La Qobuz App, elle, elle vous dépose vos morceaux dans votre téléphone. Et c'est tout.

Pour finir, je n'ai pas tout l'historique de ce site, même s'il est possible qu'il soit passé par des périodes difficiles, il a toute ma confiance. Pourquoi ? tout simplement parce que comme je télécharge mes achats sur mes disques durs, j'ai mes morceaux, j'en suis propriétaire. Ils peuvent couler, ça me brisera le cœur, mais ça ne changera pas ma vie. Contrairement aux autres, mais vous l'avez déjà compris.

Il était une fois le multimédia

Rédigé par dada / 28 octobre 2016 / 1 commentaire


Une discussion avec mon frère m'a fait comprendre que je traînais des réflexes de vieux con. On parlait musique, de films et de notre façon de les consommer.
Mon frère, jumeau, vient de passer à l'offre légale en matière de musique. Il s'est pris un abonnement Deezer. Très satisfait de son choix, il découvre le plaisir d'avoir accès à tout un tas d'artistes all over ze world via le site web et, surtout, l'application mobile. Il se fait ses listes de lecture en fonction du style ou de son humeur. Il semble vraiment adorer ça, le bougre. Moi, non, je ne me sers pas de ces choses là et ça l’étonne. Comme quoi, même des jumeaux peuvent ne pas être d'accord.

J'ai des besoins simples et des convictions. Loin de moi l’idée de dire que se sont les bonnes et que tout le monde devrait faire pareil, mais je refuse de me servir de Deezer, de Spotify ou encore de Netflix. Bon, pour ce dernier, l'encart à droite de la page que vous lisez ne vous aura pas échappé.
Je veux pouvoir écouter ma musique, la mienne, celle que j'aime et que je découvre. Je ne veux pas d'un service qui m'enferme dans son silo. Quand j’achète un album, ce que je fais depuis que j'ai un vrai salaire, je le veux avec les fichier sur mon disque dur. Les fichiers doivent être sans DRM et je dois pouvoir les écouter sur mon Fairphone et mon Aquaris M10 qui sont des appareils absolument pas supportés par ces grands du streaming. Qui plus est quand je n'ai pas les Google Apps dans mon smartphone tournant pourtant sous Android.
Pour moi, c'est inconcevable de ne pas pouvoir télécharger ce que j'ai acheté, de le copier à droite, à gauche et de le partager avec mes amis. M'imaginer devoir me servir d'un site web que je ne maîtrise pas pour ce besoin aussi fondamental pour moi et mes oreilles, c'est un cauchemar. Ça me rappelle l’époque pendant laquelle j'avais un compte Spotify, parce que oui, j'ai fait des erreurs comme tout le monde, et que je traînais mon sac à dos dans la capitale de la Syrie. Je suis entré dans un cybercafé pour filer des nouvelles à ma famille et regarder les dernières nouvelles sur Facebook (des erreurs, avec un S !) après plus de deux semaines de vadrouille. Y'en avait des conneries à lire. Je me suis branché sur Spotify pour m'accompagner dans cette lourde tache et écouter un peu de musique occidentale. J'aime bien la musique du coin, mais ma musique à moi me manquait beaucoup. Et surprise ! Pas moyen de l’écouter : mes playlists grisées par ce qui semblait être un problème de droits. Je payais un abonnement pour ne pouvoir écouter ma musique que dans certains pays. #Tristitude et gros foutage de gueule.

Je n'ai pas sauté le pas vers l'auto-hébergement de mon nectar à noreilles en rentrant en Europe, ça se fera bien plus tard, mais ça m'a choqué. J'ai viré l'offre légale et je suis revenu aux CD et surtout aux torrents. J’étais étudiant, dirons-nous. Je voulais ma musique dans mes disques durs et mon iPod (erreurS !) sous Rockbox.
Depuis, j'ai mon serveur avec une instance de Sonerezh et mon instance de NextCloud qui y synchronise ce que je lui demande. Je suis maître de ma musique et j'aime ça.
On pourrait me rétorquer que je ne découvre pas beaucoup de nouveaux artistes et que je suis déconnecté de ce qui se fait en ce moment. Alors oui, je plaide coupable : ma culture de la musique actuelle est affreusement mauvaise mais, croyez-moi, je le vis très, très bien. Quant à ma capacité de découverte, entre mes amis, mes collègues et diaspora*, je dois avoir une vision du monde musicale un peu plus variée que celui qui se colle au poste de radio. Ils ont la musique qu'ils aiment, j'ai la mienne.

Je devrais aussi parler de l'offre légale en matière de films mais je l'ai déjà fait par ici. J'ai pas noté d’évolution depuis, pas besoin de mise à jour.

Enfin, on se trouve dans un monde dans lequel nous ne sommes plus propriétaires de notre musique, de nos films. Il devient difficile de matérialiser l'achat d'une œuvre (je ne dirai pas produit !) en 2016 pour la simple et unique raison que les gens ne s'offusquent pas d’être enfermés dans des silos. Ils ont oublié l’époque des CD, des DVD, de leurs belles collections et des soirées cinéma "On ramène un film chacun et on verra ensemble !".

Ils l'ont oublié, certes, jusqu'au jour où ils découvriront qu'une entreprise peut fermer, avec leurs collections, et qu'en fait, avoir sa collection, ses choix, ses extravagances et personne pour les faire disparaître pour une question de droit ou d’économie, c’était quand même la belle époque.

Sonerezh 1.0.0 et Nativefier

Rédigé par dada / 23 février 2016 / 10 commentaires


Je vous parlais déjà avec grand bien de Sonerezh en mars dernier. Depuis, plus grand chose. Pourtant, la version 1.0.0 de cette application est sortie ce 16 janvier. Avec les copains de diaspora*, on préparait notre balade en Belgique pour le FOSDEM 2016, d’où l'absence de billet sur cette release : j'me rattrape !

Au programme de cette première vraie version stable, peu de nouveautés. Il faut dire qu'elle était déjà bien fichue. Personnellement, je trouvais l'interface déjà impeccable. Les développeurs ont quand même trouvé la bonne idée d'afficher la liste des 6 derniers albums ajoutés à la collection. C'est un détail, mais un détail agréable. Pour le reste, c'est de la stabilisation à gogo.



Pour certains, il manque toujours la possibilité de téléverser directement sa musique via l'application. C'est pas faux, m'enfin, je transfère mes albums à travers un point de montage SSH directement depuis Nautilus (ou Fichier). Y'a toujours moyen de se débrouiller.

Sonerezh, c'est donc bien. Je ne me sers plus que de lui pour écouter ma musique et pouvoir l’écouter absolument partout, y compris depuis mon Flame, même si l'interface mobile pourrait être un peu améliorée.

En bon fanboy, j'ai décidé de proposer à mon frère de s'en servir. Lui, le windowsien classique, cherchait un bon moyen d’écouter du bon son sans trop se prendre la tête. On n'a pas vraiment les mêmes goûts musicaux, mais ça passe, comme on dit.
Pour lui faire passer la pilule extrêmement facilement, je suis passé par Nativefier. Voici le résultat :



Ce logiciel permet d'encapsuler un site web et de le transformer en application. Je schématise beaucoup en disant ça, mais l’idée est là.
Ci-dessus, c'est mon instance Sonerezh, un site web donc, qui est affiché comme si c’était un logiciel de bureau classique. Chouette, non ? Peu importe le système d'exploitation que vous utilisez, Nativefier permet de pondre une application pour GNU/Linux, Windows et MacOS.
J'ai donc exécuté la commande qui va bien et j'ai envoyé le .exe (via un partage ownCloud) à mon frangin. Mis à par le fait que je passe encore plus pour une sorte de magicien à ses yeux, j'ai offert à mon double une belle façon d’écouter de la musique sans s'emmerder à utiliser des trucs pleins de pubs, chers et qui n'ont pas forcément les albums qu'on aime.

Le seul gros truc qui coince, c'est que la couche technique qui permet ça est basée sur Chrome. Grosse tristitude. Si vous avez des infos sur un système équivalent mais basé sur Firefox, faites tourner !