Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Mobile

Bloquer les pubs : j'ai installé Pi-Hole derrière une Freebox

Rédigé par dada / 05 juin 2018 / 8 commentaires




Étant coincé pendant encore quelques temps dans la maison familiale, j'ai du trouver des occupations. Première idée : installer un Pi-Hole.

L'idée derrière tout ça ? Trouver une utilité à l'une de mes 3 Raspberry Pi.
L'utilité derrière tout ça ? Mettre en place un système simple permettant aux membres de ma famille, qui passent souvent par cette baraque, de ne plus être emmerdés par les pubs et autres.

Je suis le "toi qui t'y connais en informatique" local. Ça m'ouvre des droits et des devoirs. Avec des géniteurs frôlant les 70 ans, je me dois de prendre en main certaines choses. J'ai déjà réussi à passer un ordinateur portable sous Debian pour l'une mais l'autre doit continuer à se servir d'un Windows. Ils sont bien au courant des histoires de pubs, de flicages et de contenus sponsorisés, mais bon, autant prendre le temps de mettre en place une petite bête qui va s'occuper de tout ça pour eux. Et je ne parle pas d'une branche qui ne jure que par Apple et dont certaines notions citées juste avant n'allument aucune lanterne.

Installer Pi-Hole

Si vous passez par Raspbian, prenez le temps de flasher sa carte SD avec la version Stretch de l'OS sans quoi vous ne pourrez pas vous servir de l'outil. Une sombre configuration de dnsmask plante la chose si vous n'êtes pas à jour.
Pensez aussi à faire un "apt update" avant de lancer l'installeur : j'avais des soucis avec les dépôts et Pi-Hole, sans rien m'expliquer, refusait de s'installer.

Pas de blabla autour de l'installation. Si vous avez une Raspberry et que vous passez par ce blog, vous devriez réussir à faire un curl et appuyer 6 fois sur la touche entrée.

Ajouter la blacklist manquante

J'ai ajouté une blacklist orientée francophones en plus de celles activées par défaut : Liste_fr + Easylist

Ça ne fait pas de mal.

Configuration de la Freebox

Pour que la Freebox utilise Pi-Hole, il faut aller faire un tour dans l'interface de gestion de la bestiole de Free. La capture d'écran qui va bien :



Voyez l'adresse sur serveur DNS 1 : il s'agit de l'IP de la Rasbperry.

Éviter les emmerdes

Alors, quand on commence à faire ce genre de bêtise, il faut garder à l'esprit qu'une coupure de courant, ça arrive. Que ce passera-t-il si la Raspberry ne redémarre pas ? Plus "d'internet" pour les utilisateurs, le téléphone qui sonne, les "tu es responsable !".

- Configurer la réservation de l'adresse IP de la Raspberry pour ne pas perdre le Pi-Hole

Pour que l'IP de la Rasbperry ne change pas, vous devez impérativement la réserver. Ça se fait dans l'interface de la Freebox, dans la gestion de baux statiques.

- Activer la connexion SSH vers la Raspberry en cas de besoin

Cette configuration ne se fait pas depuis l'interface de la Freebox mais depuis le site Free.fr. Dans la rubrique de configuration du routeur, redirigez l'accès SSH depuis l'extérieur vers l'IP de la Rasbperry Pi et le port SSH que vous utilisez (22 par défaut).

- Préparer un mail avec des captures d'écran en cas de crash du Pi-Hole alors que vous faites le tour de la Jamaïque

Pour ce dernier point, je vous laisse aller à vote imagination pour trouver la solution la plus simple pour expliquer à des proches en colères comment corriger la situation en votre absence. C'est sportif, j'en suis conscient.

Notes étonnantes

  • L'utilisation d'une Raspberry Pi de vieille génération ne ralentie pas la navigation des 10 appareils branchés sur le réseau.
  • Si vous êtes utilisateurs de uBlock, sachez que ce dernier bloque directement depuis le navigateur les requêtes qui devraient être élimées par le Pi-Hole (cf ici).

Et voilà, fin du billet. Vous pouvez vous lancer dans l'aventure si ça vous chante et que vous êtes prêt à prendre des responsabilités dans le digital familiale. Moi, je vais jouer avec Funkwhale maintenant.

Des bisous

Diaspote et diaspodon passent chez Hetzner

Rédigé par dada / 28 janvier 2018 / Aucun commentaire




Ce billet est un peu l'héritier des anciens "Diaspote in backstage" mais comme je gère maintenant un serveur Mastodon, se concentrer sur la seule vie de diaspote.org n'a plus vraiment de sens.
Donc, en ce début d'année 2018, j'ai succombé, encore, à mon activité préférée : migrer des services d'un serveur à un autre.

Diaspote

Pas grand chose à signaler si ce n'est que j'ai décidé de me passer du C2S de chez Scaleway pour partir chez Hetzner. Le serveur passe donc de 4 cores et 8Go de RAM à 2 cores et 4Go de RAM. On pourrait parler de chute drastique des performances si on se contentait de ces chiffres, mais non. Les processeurs de Hetzner sont bien plus puissants que ceux de Scaleway et les besoins en mémoire vive de diaspote.org ne sont pas mirobolants. Je surveille tout de même tout ça de près avec Grafana et Prometheus, mais ça sera pour un autre billet.

Diaspodon

Moins abordé dans ces colonnes, diaspodon.fr est mon serveur Mastodon. Vous ne connaissez pas Mastodon ? C'est un équivalent libre et décentralisé à Twitter. C'est du temps réel, rapide, loin de la tranquillité de diaspora*.
J'avais d'abord posé Mastodon sur un C1 de chez Scaleway, avant de le migrer sur une Kimsufi (4 cores, 16Go de RAM) pour terminer par me dire que c'était bien trop gros et migrer tout ça chez Hetzner avec la même configuration que diaspote.org.

Hetzner Cloud

On parle de qui ? Hetzner, ce sont des allemands. Ce sont aussi les hébergeurs des services de Framasoft. Ils ont sorti une offre qu'il est difficile de ne pas apprécier :



Des services comme diaspora* et Mastodon, à condition de ne pas héberger des centaines de comptes, rentrent parfaitement dans l'offre à 5,88 TTC.
Les plus observateurs remarqueront qu'il est possible de détacher le stockage de la machine pour la mettre sur un cluster CEPH. On perd en performance brute mais on gagne en fiabilité. En cas de souci sur une machine, avec CEPH, on déplace le disque sur une nouvelle bête et ça repart.
Les sauvegardes sont aussi présentes dans cette offre de cloud : pour une majoration de 20% sur votre facture, vous avez un backup journalier de vos disques, avec une rétention de 7 jours. Nickel.
Quant à la limitation de bande passante, je suppose qu'elle n'est pas gênante pour diaspora* ou pour Mastodon. 20TB, c'est quand même énorme. Elle doit peut-être pouvoir s'expliquer par une envie de réduire l'utilisation de ces machines en tant que seedbox.
Ils ont aussi des IP flottantes, pour celles et ceux qui savent à quoi ça peut servir, et d'autres services. Leur cloud est tout frais. Tout n'est pas encore disponible, va falloir surveiller les nouveautés de près.

L'espace disque

C'est là que Hetzner pèche un peu. 40Go, ce n'est pas énorme. Ce n'est pas un souci pour diaspora* mais c'est à surveiller pour Mastodon. Si vous ne le savez pas, sachez que votre pod diaspora* héberge uniquement les données de vos utilisateurs. Celles des autres vous parviennent par un jeu de liens. Mastodon est plus violent : il se sert bien d'un lien, mais met en cache la donnée sur votre serveur. Si votre serveur voit 100 personnes poster une image de 4Mo, Mastodon va utiliser 400Mo d'espace disque. Et sachez que croiser 100 personnes sur Mastodon, ça peut se faire en quelques minutes.

Enfin, le coût

Ces deux services me coûtent maintenant 2 x 5.88€, soit moins de 12€ par mois, ce qui était le prix du fonctionnement de diaspote.org uniquement. Il parait que Scaleway n'est pas cher, c'est maintenant faux. C'est cher et lent.
Passer sa facture mensuelle d'un peu moins de 30€ à un peu moins de 15€, c'est assez génial : ça fait 2 pintes de bière belge en plus.

Le mot de la fin

Viendez tester diaspote.org et diaspodon.fr : c'est ouvert et la politique de modération est la même des deux côtés : si vous ne faites rien d'illégal, nous ne ferons rien.

Le mot de la fin x2

Vous savez que le FOSDEM (FOSDEM), c'est le week-end prochain, hein ? Et qu'on y sera avec l'ami Augier et les autres ? N'oubliez pas de venir ! Cette année, pas de stand pour nous. On sera dans les salles et les couloirs, et les bars. Notifiez-nous sur Mastodon ou diaspora et on se retrouvera !

Streamer sa musique librement

Rédigé par dada / 05 décembre 2017 / 14 commentaires


Il existe des tonnes de façon d'apprécier sa musique sans pour autant la traîner sur des CD ou sur la carte mémoire de son téléphone. Les plus simples consistent à prendre un abonnement chez Deezer ou chez Spotify mais, manque de chance, c'est plein de DRM et ça ne fonctionne pas partout sur la planète. Oui, je reste un grand traumatisé de Spotify : je n'ai jamais réussi à écouter mes playlists alors que je vadrouillais en Syrie (avant !).

Du coup, voici ma solution. Ce n'est peut-être pas la plus simple mais elle me permet de combiner Nextcloud, Sonerezh et Power Ampache. Avec tout ça, j'écoute ma musique via une interface web et via une application mobile partout où je veux et je contrôle tout. Le seul souci, c'est que ça me coûte cher en musique.

Nextcloud ?

Pour n'avoir qu'à copier/coller mes dernières trouvailles dans un répertoire de mon PC. Il va être parcouru par le client de synchronisation : son contenu va donc directement être envoyé sur le serveur de streaming. C'est simple, facile et pour les feignants. En plus, ça fait déjà un backup.

Music ?

C'est l'application qui permet de lire ses fichiers audios dans NC. Ça fait du bon boulot, mais c'est moche et assez lent. Je préfère carrément Sonerezh. Ceci-dit, elle supporte l'API d'Ampache, et ça, c'est cool. Vous le voyez arriver, le lien avec Power Ampache ?

Power Ampache ?

Là, c'est le Graal. Votre NC est configuré, Music fournit l'API d'Ampache : Power Ampache va tout récupérer. Vous avez maintenant du streaming audio de qualité sur votre Smartphone. Bah oui, ça supporte le FLAC, tout ça !
Ah, et pensez à cocher "Offline Songs" si ça vous embête de pomper votre forfait 3/4G.

Sonerezh ?

Quand votre NC récupère vos fichiers audios, vous y avez accès via Music et Power Ampache, mais pas via une belle et rapide interface web. C'est là que Sonerezh débarque.
Pour que ça marche, il faut lui dire d'aller récupérer le contenu de votre répertoire Musique qui est dans Nextcloud, tout simplement.
Perso, je suis passé par le principe du stockage externe de Nextcloud pour que tous les partis puissent se parler, et que je puisse faire du gros copier/coller depuis mon PC sans avoir jamais à me connecter au serveur.

Qu'est-ce que ça donne ?

Sonerezh :



Power Ampache :


Tout cela n'est pas parfait, mais c'est de la bonne bidouille ! Du logiciel libre et un peu d'idées pour ne plus jamais se prendre le choux à gérer sa musique entre le local et le distant. Y'a sans doute plus simple, mais bon, une fois que ce système est en place, on n'a plus qu'à vérifier les tags avec EasyTAG et à faire un copier/coller. Cool.

diaspodon.fr - le bout de Mastodon de diaspote.org

Rédigé par dada / 22 octobre 2017 / Aucun commentaire





Vous le savez, c'est de notoriété publique, je m'occupe du pod diaspora* répondant au doux nom de diaspote.org. C'est mon bout de diaspora* à moi, à Augier et à ses quelques utilisateurs.
Ces derniers mois ont vu naître et grandir Mastodon, le pendant libre de Tweeter. On avait un Facebook libre, nous voici maintenant avec un Twitter libre. Il respecte ce qui me tient à cœur : un internet décentralisé et loin du puritanisme anglo-saxon. J'ai rien contre ce dernier, ce n'est juste pas ma culture. Il m'empêche de voir/lire/écrire ce que je veux.

J'ai rapidement monté un serveur Mastodon sur l'antique machine qui servait à diaspote.org à ses débuts. C'était une installation rapide, lente et pas vraiment sérieuse. Je dois avouer que je ne croyais pas du tout en ce truc essayant de jouer dans les platebandes de Twitter. Raté, comme le prouvent les
plus de 3 500 toots de mon compte.
Dimanche matin, j'ai profité de la météo exécrable de ma Lorraine natale pour migrer diaspodon.fr sur une grosse machine, toute propre et dédiée à son bonheur.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes et vous êtes les bienvenus !

Un mot rapide sur la configuration qui vous fera apprécier Mastodon :

- L'extension Stylus avec le script permettant de profiter de toute la largeur de son écran
- L'application Mastalab pour tooter partout où il y a du réseau

Bonnes inscriptions !

Ubuntu Touch OTA-2 disponible et Librem 5

Rédigé par dada / 26 septembre 2017 / Aucun commentaire





J'en parlais il y a maintenant 4 mois, les gars d'UBPorts ont pris le relais de Canonical pour le développement d'Ubuntu Touch. Après nous avoir fait profiter d'une mise à jour en juin, ils reviennent avec une OTA-2 !
Au programme de cette «Over The Air» numéro 2, pas grand chose, qu'on se le dise. Les plus heureux devraient être les propriétaires de Nexus 5 et de OnePlus. Ces deux appareils concentrent la grande majorité des quelques corrections de bug. Ceci-dit, hors de question de bouder une mise à jour, ça ne se fait pas !

Nous avons donc :
  • Amélioration du magasin d'application OpenStore
  • La possibilité de changer facilement entre les canaux stable/RC/développement.
  • Le support direct de Caldav dans le calendrier intégré (!)
  • Correction du crash navigateur quand l'appareil est branché à un écran externe
  • Et le reste par ici.

J'en profite pour balancer un commentaire un peu trollesque sur ce truc :





Comme dit dans les commentaires de ce Toot, après Firefox OS et Ubuntu Touch, j'avoue être devenu très frileux vis-à-vis des tentatives qui s'acharnent à faire des OS pour appareils mobiles. UBPorts fait très bien le boulot sur ma tablette et c'est maintenant hors de question de bidouiller mon téléphone ou d'en acheter un autre. Mon Fairphone 2 ne bougera pas avant de très nombreuses années !

M'enfin, si vous voulez mettre la main à la poche, laissez-vous aller, l'idée sera peut-être un réussite !