Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Firefox OS

Mon Flame s’est éteint

Rédigé par dada / 19 mai 2016 / 16 commentaires




Quel titre de billet foireux pour une situation traumatisante : mon smartphone, un Flame sous Firefox OS vient de s’arrêter pour ne plus redémarrer. J’étais fier, très fier de ce téléphone. Mon équipement dégageait une fierté que je ne rechignais pas à endosser.

En arrivant au boulot, hier matin, j'ai posé mon téléphone sur mon bureau. Quelques minutes plus tard, je le laisse me glisser des doigts alors que je voulais simplement consulter un SMS. La chute est terrible, 2 cm de haut.

Je suis brisé pour le reste de la journée : il s'est coupé, je n'ai pas réussi à le réanimer.

Il faut maintenant que je pense au futur. Je tourne maintenant avec l'Open C que je réservais aux tests de B2G OS. Il ne peut plus remplir ce rôle maintenant qu'il est devenu mon téléphone principal.

Je me penche vers un Fairphone 2, le smartphone équitable. Les caractéristiques ne sont pas incroyables mais largement suffisantes pour mon usage. Il embarque un système de rechange des pièces défectueuses, gage de longévité. Et en plus, la coque bleue mate est superbe.

Bref, si vous avez des idées de téléphones chouettes, je suis preneur parce que le Fairphone 2 caracole à 525 euros, tout de même.

Première version de B2G OS pré-alpha (ex Firefox OS pour smartphone)

Rédigé par dada / 20 avril 2016 / 30 commentaires


Oh, une nouvelle de Firefox OS, ça faisait longtemps ! On parle ici d'une première version compilable de la version communautaire de Firefox OS dont le nouveau nom est B2G OS. On est d'accord, ce n'est pas sexy comme nom, mais absolument pas choquant si on revient au début de l'aventure chez les OS mobiles de la Fondation Mozilla. Eh oui, B2G était le nom de code de Firefox OS.

Bref, une version communautaire pour le Z3C donc, les derniers téléphones que Mozilla s’était amusée à distribuer gratuitement au contributeurs quelques semaines avant d'annoncer la mort du support pour smartphones. Joie.

Les images sont récupérables par ici ou .

Attention, ce n'est pas une version utilisable en l’état. Ce n'est que la preuve que la communauté est en marche et qu'elle s'en sort pas trop mal.

Pour les courageux qui voudraient la compiler maison, ça vous prendra quand même plusieurs heures si votre machine approche la configuration du développeur à l'origine de ce billet : un core i7 de chez Intel et 8 Go de RAM.

Sinon, moi ça va. J'attends ma tablette sous Ubuntu. Je viens de recevoir le mail annonçant que j'allais être livré, pas encore que le livreur était en route. Trois semaines que j'attends, j'avais presque oublié avec ces événements qui me font traîner dehors pour parler avec des gens IRL du monde qu'on aimerait bien un jour.

Petit rappel pour ceux qui se demanderait si je suis encore en activité ou pas : abonnez au flux Atom de mon compte diaspora*, ça vous rassurera !

Devoir installer un Wiko Rainlow Lite, loin de FirefoxOS

Rédigé par dada / 24 mars 2016 / 3 commentaires


Soyons direct : c'est un téléphone sous Android, la version 5.1.1 pour être précis, Lollilop d’après Wikipedia.
Pourquoi un utilisateur de Firefox OS aurait besoin d'un autre jouet sous Android ? Simple, les mois de mai et d'avril sont ceux des anniversaires chez moi. La grande initiative de l’année, c'est de refourguer un nouveau téléphone à ma tendre mère, une femme impressionnante de 66 ans.

C'est une vieille, quoi.

Non, ce n'est pas grossier. Elle est bien plus à l'aise avec des plantes, un marteau, du tissu, un tournevis, de la peinture, des dossiers de droit tordus, et j'en passe, qu'avec un smartphone. C'est la reine du jardin familiale et l’égale de son mari dans le travail. Cela fait deux ans environ qu'elle se traîne un smartphone de récupération qui m'a suivi en Inde, en Syrie ou encore au Monténégro. Il a prit le vent, la flotte, la canicule et ma transpiration pendant des années avant de finir dans ses mains. Autant dire que je suis franchement étonné qu'il ait tenu jusque là !

J'ai essayé de lui donner mon Open C. Vraiment. Ses besoins sont simples : flooder ses enfants et secouer son mari, principalement. Pas de jeux vidéos, pas d'applications tordues ni de client diaspora* pour suivre mes aventures sur diaspote.org : seulement des appels, des textos, des photos et un peu de navigation. Quand on pose le cadre, mon Open C remplit parfaitement ses besoins, sauf qu'elle ne veut pas se sentir perdue, incapable de s'en sortir sans demander de l'aide. Elle n'est pas très à l'aise avec un smartphone mais elle a trouvé le courage de se servir d'un PC portable sous Ubuntu pour me skyper quand j’étais à l'autre bout du monde. L'informatique fait partie des quelques éléments qui ne font pas partie de son univers même s'il y traîne de temps en temps par la force des choses.
Pour remplir cette dernière condition, il lui faut impérativement un bouton retour, cette flèche en bas à gauche du téléphone qui vous fait revenir sur l’écran précédent. L'Open C n'en a pas, la panique prend le pas, l'impression de ne pas pouvoir réussir à être indépendante est là, c'est trop tard : ce téléphone n'est pas pour elle. Il est bien trop différent de ce qu'elle maîtrise.

C'est triste, mais c'est ainsi. J'ai du accepter de participer à l'achat de ce machin, peu couteux certes, mais sous Android. Comme je n'ai pas le temps et plus les compétences pour lui installer une autre ROM plus libre, je fais ce que je fais de mieux : je préconfigure à ma sauce, F-Droid en tête.
J'avoue être passé par un moteur de recherche pour retrouver le nom de ce marketplace alternatif ! Je suis vraiment largué avec des trucs là. #Tristitude.
Je récupère donc ce truc pour pouvoir, en plus d'enfin voir que ça marche pour de vrai, installer Firefox et K9 Mail. En clair, je fais ce que je préconise dans mon vieux billet : Conseils à un libriste pour faire passer au libre. Quand on a la main, nous, libristes, nous nous devons d'en profiter. Il ne faut pas tomber dans la barbarie en installant des trucs trop pointus, genre un machin qui chiffre les textos, sans le consentement du futur utilisateur et qui ne sera qu'une surcouche compliquée, mais on peut déjà balancer Firefox comme navigateur par défaut, c'est la base.

Je n'ai pas d'autres idées d'applications alternatives qui pourrait l’intéresser ou remplacer de l'existant trop bavard, j'attends vos idées pour, éventuellement, transformer son futur smartphone en un outil tolérable de mon point de vue et utilisable du sien.

J'ai mis à jour mon Flame

Rédigé par dada / 11 mars 2016 / 4 commentaires


On dirait une phrase sortie d'une réunion de groupe de gens qui ont des problèmes :

- Bonjour, je m'appelle dada et j'ai mis à jour mon Flame.
- Bonjour dada !

C'est un peu ça, quand même. Avec l'annonce de Mozilla d’arrêter les frais sur le portage de Firefox OS pour smartphone, on se sent quand même un peu seul. Il y a encore de l'espoir, ceci-dit : des développeurs se sont réunis hier soir pour proposer un avenir de Firefox OS. On n'a pas encore beaucoup d'information sur le sujet mais la Fondation est prête à bosser sur la transition pendant plusieurs mois. C'est court mais ça peut permettre l’émergence d'un futur qui s’appellerait B2G OS, l'ancien nom de code du système d'exploitation. Pour l'histoire, le changement de nom doit intervenir puisque Firefox OS est maintenant réservé aux objets connectés, comme la télévision que j'ai pu prendre en photo chez Harrods à Londres.

Donc, une mise à jour de mon Flame, via OTA. Je ne m'y attendais pas du tout, et pourtant c'est sans doute l'une ou la dernière sous le contrôle de Mozilla. L'avenir s'annonce plus laborieux, avec du flashage à la main et tout le bordel que ça peut entraîner. Au programme, on reste en 2.6 mais sur les bases de Firefox 46. Les nouveautés ne semblent pas se bousculer au portillon mais je n'en attends pas vraiment : un téléphone stable, qui passe des appels, envoi des textos, affiche un GPS correct et qui prend des photos à-la-con, c'est tout ce dont j'ai besoin. En gros, RAS.

Cette mise à jour et le billet de Genma me rappellent que les modules complémentaires sont là et qu'on peut s'en servir ! Personnellement, je me sers de Quick Settings Enhancement et de Kill All : la première permet d'ajouter tout un tas d'options en affichant le menu déroulant du téléphone et l'autre... de massacrer d'un coup toutes les applications que j'oublie régulièrement de fermer. Ces deux modules sont un must ! Je profite de ce billet pour encore parler de TFE Drive qui permet de se servir de son ownCloud avec Firefox OS !

Bon, la prochaine étape sera peut-être aussi agréable pendant deux ans, puis une galère comme ça l'est maintenant avec Firefox OS, mais tant pis : je prendrai une tablette sous Ubuntu ! Peut-être que mon frangin aussi d'ailleurs : mon jumeau commence à se laisse tenter par toutes les conneries que je peux lui raconter et il serait temps !

Mozilla dépecée

Rédigé par dada / 09 février 2016 / 6 commentaires



Je parle ici de la communauté Mozilla, pas seulement de la Fondation ou de la MoCo.

Il y a des rumeurs qui courent. Les gens savent assez peu l'histoire de la vie interne de la Fondation, mais certaines personnes racontent des choses de-ci, de-là. Loin de moi l'envie de colporter des rumeurs infondées mais j'ai comme une envie de raconter ce que je sais, ce qu'on m'a dit.

Lorsque le web était étouffé par Internet Explorer de Microsoft, Mozilla est née des cendres de Netscape pour proposer un nouveau navigateur. On connaît tous l'histoire et nous sommes heureux d'en profiter.
Ce que les gens savent moins, c'est que Google était partie prenante via son financement. C’était dans l’intérêt de tout le monde. Google arrosait Mozilla pour pousser les nouveaux standards du web dans les ordinateurs du tout à chacun. Mais, un jour, Google s'est lancé dans l'aventure avec Chrome. Les technologies étaient là et la notoriété de l'entreprise de Mountain View n’était plus à faire. Dans les jours qui ont suivi l'annonce officielle de Chrome, certaines rumeurs parlent même du lendemain, la Fondation Mozilla a vu ses développeurs foutre le camp pour se poser dans les bureaux de Google. On ne parle pas de nombre, mais nul doute que c’était suffisant pour faire serrer des dents. Chrome venait de siffler une bonne partie des effectifs chargés de développer Firefox.

Il y a quelques jours, on apprenait l'abandon de FirefoxOS. Tristement. On se sent encore frustré, touché par une trahison. On touchait du doigt un début d'alternative aux OS emmerdants que nous refusons d'utiliser. On était fier de pouvoir se servir d'autre chose, loin de iOS et d'Android, même s'il restait du travail à faire. Quand on aime, qu'on est enthousiaste, on passe sur les petits bogues et les finitions douteuses.
Ce qu'on sait moins, c'est qu'une quarantaine, 40, de développeurs de FirefoxOS avait quitté le navire pour rejoindre une startup et développer un fork au doux nom de H50S. Là, je peux vous sortir des sources. Une histoire de gros sous et de gros morceaux de Mozilla : des développeurs et des gros patrons.

Ce sont deux histoires différentes, à des époques bien différentes, mais elles ont en commun une chose : dépecer Mozilla et le travail de sa communauté pour le bénéfice d'autrui. Je m'avance peut-être, mais ces deux anecdotes laissent un goût amer. Au choix, on se dira que l'ambiance de travail était à chier, ou que les idées étaient à choper, quitte à ébranler sérieusement et froidement le processus déjà fragile qui nous offre des alternatives. Je ne blâme personne, tout le monde fait ses propres choix. Je constate juste que la vie de la Fondation ne doit pas toujours être une partie de plaisir et que les jugements, les commentaires et les articles qui paraissent depuis quelques jours n'aident pas à trouver une solution à un problème classique : garder les idées et les cerveaux.