Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Mobile

UBPorts : retrouver les Desktop Apps

Rédigé par dada / 13 juin 2017 / Aucun commentaire




Avec mon passage à UBPorts pour mon Aquaris M10 FDH, j'ai rapidement regretté l'absence des Desktop Apps (Firefox, LibreOffice, etc) de la liste des applications disponibles. Une recherche rapide m'a soulagé : il est possible de les retrouver, mais ça demande un peu d'effort. Voici l'astuce.

Installer le Desktop Apps Scope

Pour installer cette dépendance, il faut passer par l'OpenStore pour installer uApp Explorer. Une fois fait, il faut maintenant passer par l'uApp pour installer le scope Desktop Apps Scope. Cette première étape va vous permettre d'avoir accès aux X Apps que nous allons pouvoir bientôt installer.

Préparer l'appareil

- Il faut maintenant passer l'appareil en mode développeur. On l'active en allant dans les paramètres, puis À propos et en cliquant sur le mode développeur. Notez qu'il faut mettre en place un code de sécurité pour pouvoir le faire. Petit piège.
- Connectez-vous à la tablette depuis votre ordinateur en tapant phablet-shell depuis votre terminal. Elle va vous permettre de vous connecter à votre appareil en SSH, mais la manipulation peut se faire directement depuis un terminal lancé depuis l'appareil.
- Une fois connecté, tapez la commande suivante pour mettre en place le conteneur qui accueillera les applications tournant avec X.
libertine-container-manager create --id ubuntu --name 'ubuntu' 
L'opération va bien prendre 10 min. Allez vous en griller une ou c'que vous voulez. 'ubuntu' sera l'identifiant (id) du conteneur, il est à titre indicatif, vous pouvez mettre ce que vous voulez. Faudra penser à reporter la modif' à l'étape suivante.

Une fois que c'est terminé, il faut rendre le conteneur persistant en tapant ce qui suit :
libertine-container-manager exec --command "/bin/bash" --id ubuntu 
Vous vous prendrez un retour avec de simples warnings dans les dents mais tout va bien, vous êtes dans la matrice et vous pouvez maintenant installer vos applications !

Installer vos applications

Tout simple, un exemple pour Firefox :
apt install firefox 
Et voilà ! Bon, LibreOffice semble ne pas tourner, mais j'ai réussi à faire tourner VLC !

Vous pouvez retrouver l'origine de ce billet par ici.

UBports prend le relai d'Ubuntu Touch

Rédigé par dada / 28 mai 2017 / 3 commentaires




Ubuntu Touch. On va encore raconter que c'est un terrible échec et que blablabla.
Soit, ça n'a pas donné ce qu'espérait un grand nombre de libristes. On pourrait même dire qu'Ubuntu nous a fait le même coup que Firefox OS : on se lance, on fait de la communication dans tous les sens et on finit par laisser tomber le projet, faute de moyen et de croissance.

C'était prévisible. Je me souviens avoir écrit un billet racontant que j'allais supporter l'initiative en choisissant une tablette et non un smartphone. Jouer avec une tablette qui peut se retrouver seule au monde du jour au lendemain, c'est peu gênant. Jouer avec un smartphone, outil du quotidien, qui peut se retrouver loin de mises à jour de sécurité et de stabilité : non.
Enfin, je n'ai pas spécialement suivi les commentaires / articles / billets de blog qui se sont, peut-être, déchaînés après l'annonce de l'abandon par Canonical par simple manque d'intérêt : faut pas jouer, les amis, quand on sait qu'on va perdre.

Ce qui change par rapport à l'aventure Firefox OS, semble-t-il, c'est la force de la communauté d'Ubuntu. Clairement, on dirait qu'elle donne une leçon à celle de Mozilla. Même si les situations sont différentes, certes, les ubunteros semblent avoir réussi à pondre une alternative à UT : UBports. C'est d'ailleurs depuis ma M10 FHD tournant avec l'OS communautaire, que je vous écris ces quelques lignes.

Je vais prendre quelques jours pour faire le tour du propriétaire et je reviendrai pondre un billet sur ce qu'il y a de bien et de moins bien entre la version obsolète d'UT et la nouvelle chose communautaire qu'on appelle maintenant UBports.

Pour celles et ceux qui voudraient déjà se lancer dans l'aventure, la liste des appareils supportés est disponible par ici.

Fairphone 2 : corriger le GPS de votre téléphone

Rédigé par dada / 06 mars 2017 / 8 commentaires




Alors là, je viens de faire tomber le dernier blocage frustrant de mon Fairphone 2 : le GPS qui ne tournait pas. J'étais devenu fort en lecture de cartes sur OsmAnd~ mais je saturais aussi un peu. C'est marrant de faire le malin en sachant lire un carte dans tous les sens en 2017, mais bon, voilà, hein.
J'avais déjà passé trop de temps sur les moteurs de recherche et le forum Fairphone mais l'autre soir, dans une ultime tentative, j'ai débloqué ma situation ! Voici comment j'ai fait :

En préambule, notez que je me sers de l'Open Source OS du Fairphone, livrée sans les Google Apps. Si vous utilisez la version classique de l'OS, ce tutoriel n'est sans doute pas pour vous. Ah, et j'ai un Fairphone 2, pas le 1.
Et aussi, manipuler votre téléphone est à vos risques et périls ! Ne faites pas n'importe quoi ! Et puis, le GPS ne tourne toujours pas forcément très bien. Si je trouve des astuces pour l'améliorer, ou si vous en avez : je mettrais à jour ce billet.

Passer le téléphone en root

Pas besoin de brancher le téléphone au PC pour lancer le mode debug en ligne de commande depuis un terminal sous GNU/Linux... Pour passer root, il vous suffit de connaître le bon chemin et de taper plusieurs fois sur avec votre doigt sur Numéro de build.
Paramètres -> À propos du téléphone -> Numéro de build 
Tapotez votre écran au niveau de la case plusieurs fois et vous deviendrez le hacker de votre FP2. Retournez dans les paramètres et activez le Root Acces dans le nouveau menu "Options pour développeurs".

Passer Amaze en root

Maintenant, comme il va falloir modifier la configuration du GPS qui se trouve être un simple fichier texte dans les méandres de votre appareil, autorisez l'application Amaze à faire n'importe quoi.
Amaze -> Paramètres -> Divers 
Activez l'option "Gestionnaire Root" et le tour est joué : vous pouvez maintenant aller trifouiller dans la " / Racine" de votre Android.

Modifier le fichier gps.conf

Ce filou se trouve dans /system/etc/gps.conf.

Là, vous trouverez une ligne à commenter (en plaçant un # devant) une autre à dé-commenter et un 0 à remplacer par un 1 :
NTP_SERVER=time.gpsonextra.net
# NTP_SERVER=europe.pool.ntp.org
devient :
# NTP_SERVER=time.gpsonextra.net 
NTP_SERVER=europe.pool.ntp.org
Ensuite :
INTERMEDIATE_POS=0
devient :
INTERMEDIATE_POS=1
Vous pouvez enregistrer les modifications et redémarrer votre téléphone pour qu'elles soient prises en compte.

Un fois relancé, je vous invite à tester (depuis un endroit où vous pouvez capter du GPS !) votre nouvelle configuration avec l'application SatStat, disponible depuis F-Droid. Si tout va bien, vous devriez voir le nombre de satellites auxquels votre téléphone est connecté !

Maintenant, profitez enfin de OsmAnd~ et oubliez l'insupportable "Position Inconnue" quand vous voulez vous géolocaliser sur la carte. Bonheur.
 

Retours du FOSDEM 2017

Rédigé par dada / 10 février 2017 / Aucun commentaire




Trois ans que des membres de diaspora* se déplacent en Belgique pour montrer aux libristes que notre tendre réseau social est toujours vivant, toujours debout.

Déjà 3 ans ! J'ai du mal à me rendre compte du temps qui passe et le FOSDEM fait partie des événements qui me resynchronisent avec la réalité. En 2015, nous étions partis à l'aventure, nous faisons maintenant partie du décor !



Par rapport à l'année dernière, en plus d'allemands, de français, d'un finlandais et d'un suisse, nous avons découvert IRL le russe qui avait décroché les fonds de la campagne de financement participatif pour refondre la fédération et ajouter de quoi jouer dans le core du logiciel : Senya !
Un vrai bon gars qu'on a déjà prévu de revoir. A priori en Finlande mais rien n'est encore arrêté.

Cette troisième édition s'est fait remarquer part la création d'une nouvelle salle de jeu : la Decentralized Room, ou la AW 125 pour les intimes. Remarquée de par sa petite taille et la foule qui voulait s'y engouffrer : 60 places, c'était vraiment trop peu. J'ai malgré tout réussi à y entrer pour encourager et supporter l''ami Fla qui y présentait la conférence suivante :


Le libre, la décentralisation et les consciences politiques qui vont avec (quoi qu'en disent certains) bougent des foules de curieux. Super nouvelle !

Trois jours pendant lesquels nous avons beaucoup parlé, à tel point que Lukas a frôlé l'extinction de voix en plein milieu de l’événement. Il faut dire que les curieux étaient au rendez-vous : on parle de plus de 8 000 visiteurs tout de même ! Des visiteurs dont le discours a évolué : on ne nous demande plus si le projet tourne mais où il en est. Les gens qui viennent nous voir en nous demandant ce qu'est diaspora* sont toujours là mais beaucoup moins nombreux qu'avant. Comme quoi, communiquer, ça paie bien !

Je ne ferai pas l'erreur de lister les gens avec qui j'ai parlé, de peur d'en oublier, mais sachez que j'ai vraiment apprécié chaque discussion et le cours de français autour de la prononciation de Bruxelles ! ;-)

J'ai profité de l'événement pour utiliser ma tablette dans un environnement critique : tenir un stand sans PC, c'est fichtrement gênant mais j'ai quand même pris le pari de ne me servir que de mon Aquaris M10 Ubuntu Edition. Je suis assez content du résultat : pas de panne, pas de comportement vraiment bizarre. Tant mieux, je n'avais pas pris de PC de rechange ! Et c'était plutôt cool de choper ma tablette à pleine main pour faire des démos sous le nez des visiteurs !
Au passage, celle-ci n'est plus disponible à l'achat depuis le site de BQ. Dommage.

Dans les trucs que nous avons utilisé en grandeur nature, je peux rapidement vous parler du tchat de diaspora*. Nous avons tous un pod sur lequel il est activé, coup de bol ! Bon, Telegram resta l'outil principal, certes, mais quand même !

Bref, le FOSDEM, ce lieu de rencontre et d'échange nous a encore permis, podmins, développeurs et simples utilisateurs, de nous retrouver autour de succulentes bières belges et rien que pour ça : Merci !
Par contre, promis, l'année prochaine, je trouverai le temps pour m'organiser un peu mieux pour, au moins, assister à plus d'un talk. #Tristitude

Ah, pour les photos, foncez faire un tour sur votre pod et cherchez le tag #FOSDEM ou #FOSDEM2017.

diaspora* en 2016

Rédigé par dada / 30 décembre 2016 / 4 commentaires




Une belle année se termine pour le réseau social libre diaspora* et comme je n'ai pas pris le temps de faire des billets d'annonce à chaque sortie de version, voici ce qu'on peut résumer des 12 derniers mois :

Une refonte du core

C'est sans doute la chose qui intéresse le moins les utilisateurs mais qui les concerne directement : le système qui se cache sous la page web de votre compte diaspora* et sur les serveurs de vos podmins adorés s'est vu beaucoup retravaillé.
Souvenez-vous des situations gênantes d'avant 2016 : un post attirant beaucoup de commentaires, rapidement, se transformait en un bordel pas possible. Les commentaires s'empilaient dans un ordre chronologique inconnu de notre planète. C'est maintenant du passé ! La fédération des messages est bien plus au point qu'avant ! De plus, une partie du travail est toujours en cours : ça sera pour 2017 donc.

Un chat en ligne

Alors, celui-là, il n'est pas encore actif sur la totalité des pods mais ça arrive. Je sais que je dis ça à chaque fois mais 2017 devrait terminer son activation sur la totalité des pods en service.
Ce système de communication en direct est utilisable depuis votre navigateur mais aussi depuis n'importe quel client XMPP qui va bien. Les vieux de la vieille dont je fais partie ne s'en servent pas trop : on traîne sur IRC depuis toujours pour parler entre nous, mais les nouveaux, moins geeks, devraient apprécier. Ceci-dit, la belle équipe qui va représenter diaspora* au FOSDEM 2017 devrait s'en servir pour se retrouver. J'en suis et je vous tiendrai au courant !

Un nouveau design

Il n'avait pas bougé depuis des années : le style très old-school est passé par une esthéticienne pour se refaire une beauté. Je sais bien que les goûts et les couleurs se discutent et que chacun y trouvera des éléments qui lui plaisent plus ou moins. Perso, j'aime et j'invite ceux qui n'y trouvent pas leur compte à créer un thème perso !

Des boutons pour commenter

Cette révolution évolution est celle dont je suis particulièrement fier puisqu'elle fût directement testée sur mon pod : diaspote.org.
Faire des jolis messages avec un gros titre, des citations, des liens et tout le tralala n'était pas bien difficile pour les amateurs de Markdown mais pour les autres, c'était franchement frustrant. Maintenant, grâce au travail d'Augier, tout le monde peut designer ses posts en quelques clics ! C'est disponible sur les posts, les commentaires et les messages privés, of course.

Mais aussi...

Des correctifs de sécurité toujours passés à temps, des améliorations discrètes mais bien utiles comme l'ajout du lien vers le post duquel est tirée la photo dans la vue des Photos, une utilisation mobile grandement améliorée, si ce n'est enfin 100% agréable, une application Android libre qui avance, et j'en passe. Je n'ai pas la liste complète en tête mais je parle ici d'un travail de fourmi qui améliore l'expérience utilisateur au jour le jour.

Enfin voilà, quand je dis que 2016 fut une bonne année ! J'avais l'idée de vous sortir une pile de chiffres pour vous montrer l'activité du projet mais je suis vite tombé sur des nombres bien trop gros. Simplement : 16 releases sur 12 mois, c'est suffisamment clair, non ?

Pour finir ce billet, je vous invite à venir vous créer un compte sur diaspote.org ou sur le pod de votre choix (Framasphere de Framasoft est chouette aussi) et de nous rejoindre sur ce beau réseau. Ça serait une belle résolution pour 2017 ! -;)