Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Aide

De l'alerting à base de logs v2

Rédigé par dada / 06 novembre 2020 / Aucun commentaire



À l'époque, mi-février 2020, je découvrais les pipelines de Promtail, une façon rudimentaire de parcourir des logs, d'y chercher ce qu'on veut et de déclencher une alerte si besoin. C'était ma v1 de l'alerting à base de logs.
Dans les faits, ça marche bien, mais ce n'est pas vraiment simple à mettre en place et ça demande des bidouilles pas possible quand on commence à vouloir trifouiller dans des choses plus complexes, comme Docker.

Il y a quelques semaines, j'ai découvert qu'il y avait un moyen encore plus simple et mieux intégré pour faire de l'alerting avec Grafana / Loki / Promtail : Loki lui-même.

Configurer Loki comme Datasource de type Prometheus

Si vous avez l'habitude de jongler avec toute cette stack, le titre de cette partie devrait vous faire tilter. C'est pourtant ce qu'il faut faire : pour Grafana, Loki va se la jouer Prometheus.


En version texte :
  • Name : ce que vous voulez
  • URL : http://localhost:3100/loki
Dans la partie Explore de Grafana, vous deviez maintenant avec PromLoki comme Datasource :


Et c'est à partir de maintenant qu'on peut commencer à jouer !

Créer un panel lié à une alerte

On va s'amuser à créer un panel pour analyser les logs qui nous intéressent.

Notez qu'on a bien choisi PromLoki comme datasource.


Dans mon exemple, ce sont les logs de Pixelfed que je veux parcourir pour pouvoir agir en cas de production.ERROR :
count_over_time(({hostname="pixelfed"} |= "production.ERROR")[1m])
Maintenant qu'on sait ce qu'on cherche, on va configurer les règles qui déclencheront les alertes.


Dans les Rules :
- Choisissez un nom.
- On évalue toute le 10s

Dans les conditions :
- When : on fait la moyenne en choisissant avg()
- Of : cliquez sur les variables entre les virgules pour préciser vos réglages
- Above : ici, j'attends plus de 3 occurrences pour déclencher une alerte

Si vous avez le coup d’œil, vous avez remarquez que les deux captures d'écran présentées ci-dessus ont une ligne rouge : c'est la limite de tolérance de l'alerte. En dessous, tout va bien, au dessus, c'est la fin du monde.

Recevoir les alertes

Maintenant que vous avez la possibilité de déclencher alertes, il faut les recevoir d'une façon ou d'une autre. Grafana peut se brancher à un paquet d'outil, de Telegram à Elements en passant par Discord et l'Alert Manager de Prometheus voire Grafana llui-même: faites votre choix !


Perso, je me sers de mon AlertManager, il me noie sous les mails en cas de souci et c'est très bien comme ça !


Contrôler son GPU avec radeon-profile

Rédigé par dada / 05 octobre 2020 / 3 commentaires


Contexte

Parmi mes dernières mésaventures, il y a l'incapacité de mon Ubuntu 20.04 à correctement gérer la ventilation de ma RX 590 XFX.  Il s'agit d'une carte graphique plus ou moins récente de chez AMD.

J'avais jeté mon dévolu dessus lors d'une promotion quelconque après la lecture d'un papier racontant que, maintenant, sous GNU/Linux, c'est AMD/ATI qui fonctionne le mieux avec - en bonus - des pilotes libres.

Enfin, c'était avant qu'elle achève ma vieille alimentation sous-dimensionnée et que je précipite la fin de vie de mon ancien CPU avec un coup de tournevis fort mal placé lors de l'installation du système de refroidissement sensé lui permettre de survivre encore quelques années au poids des applications modernes.

Bref, des mésaventures, je vous dis.

Radeon-profile, c'est quoi ?

Déjà, il s'agit d'une application libre que vous pouvez trouver par ici.

Elle permet :
  • de monitorer sa carte graphique (fréquence, voltage, température, vitesse des ventilateurs, etc).
  • de contrôler les ventilateurs.
  • d'overclocker son matériel.
  • de définir des profiles en fonction des éléments cités précédemment.
En gros, ça fait le café.

Installation

Si vous êtes sous Ubuntu, vous allez être contents, il y un PPA :
sudo add-apt-repository ppa:radeon-profile/stable
sudo apt update
sudo apt install radeon-profile

Si vous utilisez une autre distrib', je vous redirige vers la doc pour compiler la chose.

Mon usage

Mon Ubuntu n'étant pas foutu de correctement contrôler les ventilo de la chose, j'utilse radeon-profile pour définir une vitesse de rotation en fonction de la température de la bête. Ça donne ça :


On peut voir que j'ai créé 9 paliers qui me permettent de garder la carte au « frais » en fonction de la température. Joli, non ? Je ne vous cache pas que je n'ai pas encore trouvé de cas dans lequel ces paliers sont pertinents.
En fait, je passe souvent du « elle ne fout rien » à « elle est utilisée à fond ». Y'a pas vraiment d'étape entre les deux, ou rarement.

En vrai, vous pouvez simplement vous servir de la configuration par défaut de l'appli et ça roulera tout seul. Vous passerez juste d'un bureau silencieux aux environs de la BA 113, sans profiter de la « douce » augmentation du volume.

Bref

Cet utilitaire m'a clairement sauvé la mise. Avant de tomber dessus, je commençais à tristement me dire que le sort s'acharnait et que j'allais devoir ravaler les velléités de joueur occasionnel.

Sortir d'un /boot débordant

Rédigé par dada / 11 septembre 2020 / 2 commentaires



Vous avez déjà souffert devant un /boot plein ? Oui, je le sais. C'est arrivé à tout le monde. Pas la peine de se cacher.

Fallait passer LVM ou Btfrs, vous me direz. J'entends bien. Des fois, les planètes s'alignent mal et faut faire avec. Je vous propose d'utiliser une solution radicale pour vous en sortir : supprimer la partition /boot pour la remplacer par un répertoire /boot à la racine.

1. Faire une sauvegarde

On va toucher à ce qui permet à votre serveur de démarrer. Faire une sauvegarde semble être une excellente idée.

2. Sauvegarder /boot

On va commencer par mettre de côté le contenu de la partition /boot :
root@ubuntu:/ mkdir /boot_bkp && cp -R /boot/* /boot_bkp/
On s'en servira plus tard.

3. Commenter le fstab

Comme on en n'a plus besoin, on va dégager l'entrée de /boot dans le /etc/fstab. Les lignes de conf ci-dessous sont des exemples, retenez seulement que les lignes contenant /boot doivent avoir un # devant.
root@ubuntu:/home/user# cat /etc/fstab 
# /etc/fstab: static file system information.
#
# Use 'blkid' to print the universally unique identifier for a
# device; this may be used with UUID= as a more robust way to name devices
# that works even if disks are added and removed. See fstab(5).
#
# <file system> <mount point>   <type>  <options>       <dump>  <pass>
# / was on /dev/sda3 during installation
UUID=392d55fd-d4e5-4a67-8834-5d29c7toto42 /               ext4    noatime,errors=remount-ro 0       1
# /boot was on /dev/sda2 during installation
#UUID=1b7533ec-96c2-4eef-9eac-b117c0toto42 /boot           ext4    noatime         0       2
# /home was on /dev/sda5 during installation
UUID=7545673f-5c08-4201-9e30-f56d32toto42 /home           ext4    noatime         0       2
# swap was on /dev/sda4 during installation
UUID=9ad39928-283d-43d6-8ee5-98e296toto42 none            swap    sw              0      
De cette façon, la partition ne sera plus montée en cas de redémarrage.

4. Démonter la partition

On va maintenant umount /boot :
root@ubuntu:/home/user# umount /boot
On peut vérifier la disparition de l'ancienne partition avec un simple grep :
root@ubuntu:/home/user# mount | grep boot
Si quelque chose apparaît, c'est que vous n'avez pas démonté la partition. Pensez à sortir de /boot sous peine de vous voir lire un truc du genre « blabla is too busy ! ».

5. Refaire un /boot à la racine

On va maintenant se servir du /boot_bkp créé plus tôt :
root@ubuntu:/home/user# mkdir /boot && cp -R /boot_bkp/* /boot
Ainsi, on se retrouve avec un /boot inutile mais à sa place.

6. Réinstallation de grub

On va lancer la procédure d'installation de grub sur votre disque comme s'il n’était plus là :
root@ubuntu:/home/user# grub-install /dev/sda
Installing for i386-pc platform.
Installation finished. No error reported.
L'installation de grub prend quelques secondes et n'est pas très bavarde. Vous pouvez ajouter l'option -v si vous êtes curieux.

À ce moment précis, tout est en ordre. Vous devriez pouvoir relancer votre machine et mamailler vos kernels comme bon vous semble. J'ajoute tout de même une dernière étape, sait-on jamais ?

7. Mettre à jour grub

On n'est jamais assez prudent, on va donc mettre à jour grub :
root@ubuntu:/home/user# update-grub
Sourcing file `/etc/default/grub'
Sourcing file `/etc/default/grub.d/init-select.cfg'
Generating grub configuration file ...
Found linux image: /boot/vmlinuz-5.4.0-47-generic
Found initrd image: /boot/initrd.img-5.4.0-47-generic
Found linux image: /boot/vmlinuz-5.4.0-45-generic
Found initrd image: /boot/initrd.img-5.4.0-45-generic
done

Et voilà ! On se retrouve avec un /boot placé à la racine, avec les répertoire grub/ contenant le grub.cfg qui va bien et tout le reste.

Vous n'avez plus qu'à redémarrer, après avoir fait des backups.

Ajuster le Nextcloud de son Turris Mox

Rédigé par dada / 12 août 2019 / 3 commentaires



Un Turris Mox ?

Pour celles et ceux qui ne sauraient pas ce que c'est, je vous redirige par ici. Je vous balance directement le lien vers la description de sa version cloud parce que c'est celle que j'ai prise. L'objectif ? Arrêter d'héberger mes données sur des serveurs tiers et revenir à un vrai auto-hébergement pour toute ma partie données perso. Ce blog et les autres outils resterons dans les nuages.

Nextcloud

L'intégration de Nextcloud dans le TurrisOS, la variante d'OpenWRT présente dans le Mox, ne vient pas avec toutes les petites configurations qui vont bien. Voici une rapide liste des choses à modifier ou corriger pour que tout se passe au mieux.

Remarque

Notez que le Mox est un petit appareil aux performances modestes. Il comblera sans trop de problème mes besoins perso, en tant qu'utilisateur unique de mon instance, mais n'espérez réussir à gérer convenablement plusieurs utilisateurs actifs en même temps.

Les modifications

  • Variables d'environnement
vim /etc/php7-fpm.d/www.conf 
Vous y trouverez ces variables commentées, enlevez le point-virgule qui traîne devant :
env[HOSTNAME] = $HOSTNAME
env[PATH] = /usr/local/bin:/usr/bin:/bin
env[TMP] = /tmp
env[TMPDIR] = /tmp
env[TEMP] = /tmp
  • PHP Memory limit
La configuration de PHP-FPM vient avec un memory_limit de 384M quand Nextcloud en réclame 512 pour bien fonctionner. Pour corriger le tire, allez modifier la valeur dans /etc/php.ini pour remplacer 384 par 512 :
memory_limit = 512M
Et redémarrer le PHP-FPM :
/etc/init.d/php7-fpm restart
  • Opcache
Ajoutez la conf Opcache qui va bien dans /etc/php.ini :
opcache.enable=1
opcache.interned_strings_buffer=8
opcache.max_accelerated_files=10000
opcache.memory_consumption=128
opcache.save_comments=1
opcache.revalidate_freq=1
  • Lighttpd
Le serveur web choisi par TurrisOS est Lighttpd. Sachez qu'il est possible d'installer Nginx pour le remplacer mais comme c'est la configuration par défaut, j'ai décidé de le laisser là.

Pour corriger les erreurs de well-known, ajouter les lignes qui manquent dans /etc/lighttpd/conf.d/nextcloud.conf :
alias.url += ( "/nextcloud" => "/srv/www/nextcloud" )

$HTTP["url"] =~ "^/nextcloud/(build|tests|config|lib|3rdparty|templates|data)" {
     url.access-deny = ("")
}

# Redirect Cal/CardDAV requests to Nextcloud endpoint:
url.redirect = (
    "^/.well-known/caldav"  => "/nextcloud/remote.php/dav",
    "^/.well-known/carddav" => "/nextcloud/remote.php/dav",
"^/.well-known/webfinger" => "/nextcloud/public.php?service=webfinger"

)
Et redémarrez le service :
/etc/init.d/lighttpd restart
  • Memcache
Pour le moment, je n'ai pas trouvé comment faire pour mettre en place un système de cache honorable pour améliorer les performances générales de Nextcloud. Il n'y a pas, dans les dépôts officiels de TurrisOS, de paquet php-redis ou encore php-memcached. Du coup, pas de cache.


Récupérer ses flux RSS dans Firefox

Rédigé par dada / 02 janvier 2019 / 12 commentaires


Avec les dernières versions de Firefox, Mozilla a supprimé le support des flux RSS dans son navigateur. C'est un choix qu'on apprécie, ou pas, avec lequel il faut faire. J'ai décidé de configurer mon navigateur pour lui redonner la possibilité de jouer avec les flux RSS à travers l’application Want My RSS.

Installation

Pour l'installation, passez par ce lien pour télécharger et installer l'extension.

Utilisation

L'outil est assez simple. En naviguant dans le Web, vous verrez apparaître l’icône des flux RSS dans la barre d'adresse. Cliquez dessus et admirez la liste des flux disponibles.


Chez moi, après avoir cliqué sur le flux des articles, ça donne :


Configuration

Want My RSS permet d'afficher les flux RSS mais aussi de les ajouter à son lecteur préféré. Chez moi, c'est FreshRSS qui tient le haut du pavé. Pour vous permettre d'ajouter un flux, configurez l'extension pour aller directement taper dans votre lecteur :


Si vous cherchez le lien qui va bien de votre FreshRSS, retrouvez-le dans Gestion des abonnements -> Outils d'abonnement.

Et voilà, les RSS sont de retour dans Firefox !