Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Attention, ce billet se traine depuis plus de 3 mois. Les informations qu'il contient ne sont peut-être plus à jour.


J'ai récupéré un PinePhone

Rédigé par dada / / Aucun commentaire


Pour les plus pressés d'entre vous, voici ce que je peux déjà raconter autour du PinePhone :
  • Ce n'est pas un téléphone pour un usage classique.
  • J'ai la version classique, pas la pro.
  • Il a la taille d'un OnePlus 5T, c'est pas petit.
  • Il n'est absolument pas fluide.
  • Oui, on peut se SSH dedans et c'est trop cool.
  • Pourquoi l'appareil photo ?

Un PinePhone ?

C'est un téléphone de la société étasunienne Pine64. Cette entreprise propose aussi une montre que j'ai déjà testée et qui prend un peu la poussière depuis qu'elle a pris l'eau. C'est malheureux, l'unique bouton de la montre ne marche plus qu'une fois sur cinq.

Bref, c'est un smartphone, ou ordiphone, qui a la particularité d'utiliser directement GNU/Linux en lieu et place d'Android. Pour les bidouilleurs, c'est le pied, d'où mon intérêt pour la bête.

Niveau puissance, sur le papier, la machine s'en sort bien moins bien que mon vénérable OP5T qui fêtera ses 6 ans à la fin de l'année. Le décor est posé : on n’achète pas ce téléphone pour jouer.

La bidouille

Gros plaisir : j'ai déjà changé trois fois de système d'exploitation. Imaginez quelqu'un dire ça avec son téléphone classique. Impossible.

Il est arrivé avec postmarketOS, le système officiel de Pine64 basé sur Alpine Linux. Sans intérêt pour moi, j'ai tout de suite effacé la bête pour y mettre un vrai OS, un truc basé sur du sérieux, sur Debian : Mobian !

Quelques dizaines de minutes plus tard, un peu déçu, je changeais à nouveau pour Manjaro ARM. C'était un peu mieux mais je suis retourné sur Mobian par principe. Pour les curieux, la liste des distributions disponibles est par ici.

C'est agréablement simple de passer d'un OS à l'autre. On est loin des emmerdes avec Android. Ici, on branche le téléphone au PC, on le démarre en appuyant sur la touche supérieure du volume et y'a plus qu'à écrire une des images fournies par des bénévoles. C'est trop bien !

Bon, j'aurais pu pousser mes testes un peu plus loin et tester un système basé sur KDE mais c'était trop dur. J'ai trop de traumatismes avec ce machin depuis la version 4.

Les applications

Ici, c'est un peu l'échec complet pour le moment et je ne parle pas des applications de tous les jours comme celles des transports en commun ou bancaires : y'a pas, pas la peine de râler !

Je me sers beaucoup de Signal et je n'ai pas trouvé le moyen de m'en servir avec Mobian. J'ai aperçu un truc dans Manjaro ARM mais c'était clairement bancal. Je me sers encore un peu de Telegram, idem. Vous voulez naviguer sur Internet ? Ça sera avec Firefox et ça sera poussif. Ceci-dit, ça affiche la page d'accueil du Monde sans crasher le téléphone : on est pas si loin d'un truc costaud.

Y'a un truc cool quand-même : l'interface. Elle fait du bien, elle change, c'est frais. Les dernières versions d'Android me filant des boutons, un truc simple à la GNOME, c'est quand-même top.

Les appels

Pour tester les appels, j'ai du utiliser mon imprimante 3D pour imprimer un adaptateur NanoSIM vers MicroSIM, ma carte SIM étant bien trop petite pour le PinePhone. Après 15min de blabla, mes deux oreilles étaient dans un état de surchauffe inquiétant. Je ne sais pas si c'est le coup de froid qui me gonfle depuis une semaine ou le DAS du Pinephone qui est foireux. Ce n'est pas encourageant.

Alors ?

Dans l'ensemble, ça rappel un peu FirefoxOS ou Ubuntu Phone (oui, j'ai testé les deux, on ne rigole pas). On a un truc qui marchotte, qui est rigolo mais qui ne fait pas grand chose au delà du très simple. Contrairement à la PineTime qui, avec GadgetBridge, fait presque aussi bien que la concurrence.
Avec cette histoire, j'ai décidé de sortir ma tablette du tiroir sous Ubuntu Touch, la Aquaris M10 FHD. Elle tourne toujours, on dirait même que les dernières mises à jour la rendent très agréable à utiliser. M'enfin, pour du simple.

Un gros merci au fédigens qui m'a revendu son Pinephone :bisou:

Écrire un commentaire

Quelle est le sixième caractère du mot 7pejamr ?