Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Édito

Google, le web et le Reste

Rédigé par dada / 08 août 2018 / 11 commentaires


C'est étonnant. Parfaitement étonnant. Un nombre non négligeable de geeks libristes se servent encore et toujours de Google Chrome/Chromium. Une frange énorme de la population se sert de Google Mail. Et que dire de Google Search ? Pas grand chose. Android ? Bah.

Dans un billet intitulé "Il était une fois le web : la guerre" datant d'il y a un peu plus de 2 ans, je vous partageais une vidéo d'un gars expliquant calmement la direction dans laquelle le web se dirigeait. Il a le regard d'un bonhomme de son temps, un geek de 2016, et tout au long de sa conférence, il nous parle de Chrome comme du nouveau IE 6. Ça parait difficilement croyable quand on a vécu cette période. Les moins de 30 ans ne doivent pas être capable d'imaginer ce que c'est. Et pourtant. Allez donc voir cette conférence.

Aujourd'hui, en 2018, les statistiques de mon blog me traumatisent. Google est partout en majorité. J'ai la chance de drainer des visiteurs plus alertes que les autres : Firefox est loin, mais bien moins loin que chez les autres. Ce que je comprends ? Que personne ne s'intéresse à la diversité, à l'égalité, à l'équité. Google : ça marche, c'est efficace et c'est compatible avec tout ce qu'on peut voir.

Je lisais un article : Google a-t-il ralenti YouTube sur les navigateurs rivaux de Chrome ? On va me dire que c'est normal, que le nom complet de Youtube, c'est Google, et que rien n'empêche le propriétaire d'une plateforme d'en faire ce que bon lui semble. Pourtant, en 2018, pour profiter de Youtube, pour pouvoir nous en servir avec les mêmes droits que les utilisateurs de Google Chrome, nous devons installer une extension.

Imaginez, une seconde, qu'on vous dise que vous ne pouvez pas accéder à l'autoroute parce que votre voiture n'est pas du bon constructeur. On vous balance sur une départementale pendant que les voitures Google, autonomes ou pas, continuent tranquillement leur chemin. La seule solution qui s'offre à vous pour enfin profiter des 130km/h, c'est de passer par un garage pour modifier votre bagnole. Ça vous énerverait. La situation actuelle du web devrait vous énerver, vous faire peur.

Je vous invite à visionner la conférence de XavCC à Pas Sage en Seine de cette année :


Au delà de l'influence de Google sur le web, il y a l'influence de Google sur le loyer de votre appartement, sur l'emploi, sur le type de société, sur l'éducation et j'en passe.

Si vous ne savez pas vraiment pourquoi vous être en train de me lire à l'aide de Google Chrome, allez télécharger Mozilla Firefox.
Si vous connaissez des gens qui ne savent pas pourquoi ils utilisent Google Chrome, sortez vôtre bleu de travail pour aller leur installer Mozilla Firefox.

Redevenez des acteurs du web et plus seulement des utilisateurs.

On va tous mourir

Rédigé par dada / 29 juillet 2018 / 23 commentaires


Oui, c'est du Cyrille BORNE. Complètement, même.

Je lisais son article autour de la vie des blogueurs libristes et des sites francophones traitants de Linux et du Libre. Il revient sur la difficulté de trouver des nouveaux acteurs dans la francophonie libriste. Les anciens blogueurs disparaissent, les nouveaux n'émergent pas vraiment et plus personne n'aborde les sujets simples comme l'arrivée de la dernière version de bidule ou la mise à jour de machin. Bref, on va tous mourir.

L'anglais

L'anglais est devenu un problème : les nouveaux francophones qui débarquent dans la jungle d'Internet et qui décident de prendre leur courage à deux mains pour y pondre des billets ne le font plus en français. C'est l'anglais qu'ils utilisent. On a perdu le combat de la langue. Écrire en français n'intéresse plus grand monde. C'est triste mais ça se confirme assez facilement. J'ai en tête la venue du jeune Angristan dans la blogosphère et dont le dernier billet en français date de février alors que le dernier billet en anglais date de ce chaud mois de juillet. C'est un exemple, mais ça illustre l'idée que j'ai des nouveaux arrivants : pas de français, c'est lu par trop peu de monde, place à l'anglais.
Est-ce que c'est un mal ? J'en sais rien. Je sais que ça m'attriste terriblement. Personnellement, je me force toujours à tout écrire en français par simple esprit de provocation. Ma série d'articles sur Prometheus n'a aucun intérêt pour celles et ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare. Même si je vulgarise à mort, rien de ce que j'écris n'est difficilement trouvable sur des sites anglophones.
J'ajoute qu'il ne faut pas oublier qu'on vit dans ce que certains appellent maintenant une Startup Nation. Alors, doucement, ce vocabulaire et cette déclaration sont très récents, mais ces idées se sont imposées par des années de mode à 2€ : on va speaker l'anglich plutôt que le français. La force de frappe culturelle de la Silicon Valley a fait mal, très mal.

L'admin et l'élitisme

L’activité de la blogosphère francophone est effectivement marquée par l'administration système. La faute à quoi ? J'en sais rien. Les blablateurs dont je fais partie sont issus d'une génération formée à l'administration ? Le français est-il plus intéressé par la mise en place de briques logiciels que par l'analyse de la position d'un bouton ou du choix du dernier thème pour Ubuntu ? Aucune idée. Ce que je remarque, c'est que l'activité autour de l'ActvityPub prend vraiment chez nous, mais là encore, les gens en parlent en anglais.
Bon, la presse classique et grand public en parle dans notre bonne vieille langue : Le Monde, 20Minutes, etc. Mais là, on sort de l'ambiance blog.

L'élitisme ? Je me souviens avoir lu des articles autour de cette théorie qu'on appelle "La peur du professeur". Je ne retrouve plus mes sources, tant pis pour moi mais je vais tout de même en parler. En France, l'erreur est vue comme un danger dès le plus jeune âge. Les enfants sont rabroués quand ils se trompent. Durement. À la longue, on se retrouve avec des jeunes adultes qui n'osent plus prendre une plume ou lever la main pour dire ce qu'ils ont à dire : la peur de se faire éclater est vive, bloquante. Ce n'est pas la raison ultime qui explique l'absence de nouveaux venus, mais ça doit fortement jouer. Tout blogueur s'est pris des volées de bois verts. Faut s'accrocher pour continuer et assumer. Il faut croire que nos amis anglo-saxons n'ont pas ce problème, ou dans une proportion moindre. Le français est autant attaché à la forme qu'au fond. Les anglo-saxons tolèrent peut-être mieux une forme maladroite quand le fond est bon. Qui sait ?

Les réseaux sociaux

Grand débat que l'usage des réseaux sociaux. Je sais que je suis un gros consommateur de Mastodon. Je n'ai jamais accroché à Twitter, mais Mastodon : oui. Pourquoi ? L’administration : j'ai monté mon instance, du coup, je m'en sers.
Les autres, je les vois de temps en temps passer dans mes statistiques. La dernière fois, c'était de la faute de Korben. Il a partagé un de mes billets sur ses machins et je me suis retrouvé avec des visiteurs venant de Facebook. Ils sont arrivés comme ils sont partis, sans trop penser à demain (Miossec). Un coup d’œil à mes graphiques sur mon Matomo (anciennement Piwik) me laisse de marbre : même pas un petit pic alors qu'ils ont débarqués par centaines. Qu'en conclure ? Les gens restent dans leurs Timelines et n'en sortent pas, ou peu. C'est un problème si on se met à considérer qu'un utilisateur de Facebook ou de Twitter est un gars ou une nana issu du libre, mais non. Les gens vont et viennent quand un titre est assez vague ou provocateur pour les attirer. Il n'y a que le Journal du Hacker pour vraiment drainer du monde. Là, ça vient pour de vrai. On ne peut pas voir les réseaux sociaux comme quelque chose de bon ou de mauvais. On ne peut que simplement dire qu'ils sont cloisonnants et peu enclin à créer du lecteur. On lit ce qu'on voit passer sur Facebook et Twitter dans Facebook et Twitter. On n'en sort que par accident.
Avec le protocole ActivityPub et toutes les interactions qui sont en train de se mettre en place, je pense qu'on va pouvoir dire qu'une partie du problème est en phase d'être résolu. Dans mon billet sur la Fédiverse, j'ose dire que ce langage commun va permettre des passerelles entre plusieurs mondes : les amateurs de photos vont passer par Pixelfed pour échouer sur Mastodon et y découvrir des instances Peertubes. J'en suis persuadé. Là où ça coince, c'est, comme toujours, le contenu. J'en parlais ici. Il faut que nous mettions tout ça en branle. Ça ne tient qu'à nous, vraiment. Est-ce qu'on va rameuter la Terre entière sur Mastodon ? Je ne l'espère pas, y'a bien trop de choses dont je me fous royalement, mais on peut espérer un peu plus de diversité quand même. Qu'on se le dise, il y en a, de la diversité, sur Mastodon : du dessinateur à la cosplayeuse en passant par l'administrateur ou le fan de moto, on en trouve. La norme reste tout de même l'utilisateur de Linux, le libriste.

Avenir

Ma boule de cristal me laisse entrevoir une chose : l'ActivityPub. Ce machin peut être à l'origine d'une synergie de dingue. Ce que je veux dire, c'est que nous devons être à l'origine d'une mode, une nouvelle mode, qui sera à l'origine d'un renouveau. J'en rêve. On a déjà le microblogging avec Mastodon, la musique avec Funkwhale, les photos avec Pixelfed et bientôt Reddit avec Prismo, les simples blogs avec Plume. On a vraiment de quoi remuer la torpeur dans laquelle la blogosphère francophone s'est installée.

Enfin voilà, j'ai éclaté mon record de mots. C'est du gros blablatage. Je vais m'arrêter là. Au plaisir de vous lire depuis Mastodon.

Classé dans : Édito / Mots clés : aucun

Il n'y a pas que le libre

Rédigé par dada / 14 mai 2018 / 18 commentaires


Au delà du libre, et j’exclus de facto l'open source que je conchie, il y a le monde dans lequel il évolue : le nôtre. Un système économique, une société, une République, le concept de Démocratie, etc. Ce monde là, il est impératif de le comprendre si nous voulons défendre les valeurs de notre idéal libriste.

Pourquoi ? Parce qu'il est primordial de s'armer contre l'argumentaire archaïque de celles et ceux qui n'en veulent pas ou qui simplement ne le comprennent pas, voire qui ne l'imaginent pas. Sans arme, le partage, le collectif et nos conditions de vie s’écrouleront dans un marasme égoïste où chacune et chacun ne pense qu'à sa gueule. Et le libre, là-dedans, disparaîtra. Je ne vous cache pas que si le libre en vient à disparaître, ça ne sera pas notre plus gros problème, mais quand même.

Pour s'armer, il n'y a pas 36 000 possibilités : il faut lire, il faut regarder des choses que j'apparente à de la bouffe pour le cerveau. Au diable les émissions relaxantes, la soupe Netflix, les Youtubeurs à la con et le reste. Allez chercher de quoi comprendre.

Du Droit, de la Philosophie, de la Sociologie, de l'Histoire ou encore de l'Économie, du Marketing, du Management : c'est tout cela et bien plus encore dont vous avez besoin pour ne pas vous laisser aller.

Ça vous emmerde déjà ? Dites vous que celui ou celle qui comprend ces choses là vous emmerde déjà bien plus.

Voici une liste de choses et d'autres que je vous conseille de lire ou de regarder :
Il y en a d'autres, c'est certain. Trouvez-les et partagez-les !

Allez donc fermer le clapet de ceux et celles qui vous disent que prendre du temps pour lire et regarder des documentaires, c'est de la merde, que ça ne sert à rien dans la vie. Montrez-leur que c'est important, si vous en avez le courage. Vous, par contre, votre petite personne, faites l'effort d'apprendre et surtout de comprendre.

Perdu ? Vous ne savez pas par où commencer ? Trouvez le sujet du moment qui vous plaît et regardez s'il est traité quelque part. Il l'est sans doute. Vous déroulerez la pelote de laine tout naturellement, comme disent les anciens.

Un dernier détail : pas d'extrémisme, pas de haine. Ne vous enfermez pas dans une idéologie unique : continuez à regarder et à lire ce que les intellectuels à deux balles appellent le « mainsteam ». C'est ce que les gens autour de vous connaissent. Ne vous déconnectez pas de leur vision du monde si vous voulez pouvoir continuer à les comprendre.

Des bisous,

Classé dans : Édito / Mots clés : aucun

Partagez vos réseaux !

Rédigé par dada / 08 avril 2018 / 1 commentaire


L'émulation autour de la Fédiverse, Mastodon (mon mien) et PeerTube en tête, nous donne une opportunité qu'il ne faudrait pas rater. En ce dimanche d'avril, je sors mon clavier pour vous rappeler quelques petites choses qui feront du bien à notre joli monde.

Les informations circulent à une vitesse incroyable entre nous : les libristes et les simples utilisateurs. Cela fait un an qu'une grosse partie d'entre nous est allée poser le baluchon de sa vie sociale numérique sur le dos du mammouth. Loin de s'essouffler, le réseau continue d'accueillir de nouveaux utilisateurs. Malgré ce joli constat, il nous faut garder le rythme pour ne pas finir comme mon premier amour : diaspora* (mon mien).

Attention, diaspora* tient toujours la route. Il y a un noyau d'utilisateurs actifs et des nouveaux arrivants qui en font un réseau très intéressant, mais on est loin du nombre d'utilisateurs actifs de Mastodon. J'ajoute aussi que l'origine de la source du semi-échec de diaspora* est difficile à déterminer : le mauvais timing ? Une équipe qui n'a malheureusement pas tenue la charge ? La communauté qui n'a pas réussi à s'organiser ? Bref, compliqué.

Pour continuer le mouvement, pour faire venir toujours plus de gens, je vous propose une hygiène de vie : lorsque vous avez envie de partager quelque chose comme un billet de blog (coucou !), un article de presse, une vidéo, etc, forcez-vous à balancer un lien vers un toot. Nous avons besoin de visibilité. La masse a en tête Facebook, Twitter et Youtube parce que c'est là qu'est le contenu partagé. Le contenu en lui même n'y est pas. Mastodon peut devenir un vecteur important de partage d'information, de culture, si les internautes y passent régulièrement et deviennent familier avec la Fédiverse.

Les utilisateurs déjà dans la place n'hésitent pas à partager des articles de presse ou de blog avec un rapide commentaire. Vous voulez partager cet article avec vos amis ? Envoyez le lien vers le toot ! Les vieux de la vielle diront que c'est une étape inutile pour atteindre le contenu, mais la visibilité qu'il apporte à la Fédiverse est très important.

Utilisateurs assidus de Mastodon ? Partagez ! L’activité y est déjà difficile à suivre, ça défile vraiment dans tous les sens aux heures de pointes, mais c'est insuffisant. Partagez dans tous les domaines. Dire que la majorité de la Fédiverse est composée de libristes, c'est vrai mais on y trouve aussi des photographes, des gens engagés politiquement, des designers, TV5 Monde, Reflets et même des fans de Rugby ! Vous avez des centres d'intérêts ? Faites nous l'honneur de les partager avec nous !
Plus vous serez actifs, plus nous aurons de liens à partager avec l'extérieur de la Fédiverse, plus la Fédiverse sera connue, plus les gens viendront nous rejoindre et plus nous aurons d'actifs, et donc de liens à partager. Une histoire de boule de neige.

Le cas de Peertube est unique : cette beauté commence à être utilisée par des grands comptes : DataGueule, LQDN, Thinkerview et j'en passe.
Ces comptes publient autant sur Youtube que sur PeerTube. C'est à nous de choisir quel lien sera envoyé à nos potos. Simplement, choisissez celui de l'alternative libre. C'est simple, efficace, et ça me permet de rêver du jour où la vidéo sur Peertube aura plus de vue que celle qui traîne sur la plateforme de Google/Alphabet.

En exemple, pour ce qu'il vaut, allez voir mon précédent billet : je partage une vidéo et une citation. Les deux viennent de PeerTube et de Mastodon. Simple.

Tout ce que je raconte ne fera pas venir les grands comptes qui traînent sur Facebook et Twitter pour ne faire que du Personal Branding, comme disent nos amis anglophones. Ne viendrons peut-être jamais non plus les marques qui paient des espaces publicitaires cachés en posts ou tweets. Dommage ? Posez-vous cette question : est-ce vraiment un mal ?

Bref, viendez ! Mon instance Mastodon et mon nœud diaspora* sont ouverts aux inscriptions !

PS : pour les utilisateurs de Twitter et de Mastodon. Faites vous violence et arrêtez de poster de l'oiseau bleu vers le Mammouth : c'est rageant. Faites l'inverse !

J'ai fait une semaine d'astreinte

Rédigé par dada / 29 décembre 2017 / 15 commentaires


Je ne me souviens pas avoir déjà lu des billets de retours d'expérience autour de ce qu'on appelle l'astreinte en informatique, alors voici ce que je peux raconter après avoir passé ma toute première semaine à rester pendu à un téléphone en attendant un éventuel incident.

L'astreinte dans l'IT

Il n'y a rien d'étonnant quand on nous parle de garde. Le fait que le personnel médical, pour ne parler que de lui, soit régulièrement appelé à bosser de nuit ou les week-ends n'étonne personne. Par contre, nous autres, les geeks de l'ombre, les administrateurs système, c'est moins évident. Pourtant, les sites web, sur lesquels vous traînez à longueur de journée, doivent bien fonctionner jours et nuits, week-ends et jours fériés.
C'était mon travail de la semaine, pendant que vous profitiez certainement de Noël et d'une semaine de vacances bien méritée. J'avais un œil sur l'applicatif et le matériel des centaines de clients de mon entreprise.

La nuit

Animal de nuit au visage pâle, c'est une définition populaire du bon gros geek. Il se couche tard, vit bien mieux dans le noir et évite les rayons du soleil tout juste bons à faire des reflets sur les écrans. Loin d'être totalement fausse, c'est une définition du geek détendu, qui fait sa tambouille dans son coin et qui s'organise pour que personne ne le dérange. En astreinte, on est loin du compte. L'admin que je suis était tout sauf détendu. Heureux de vivre de nuit, je l'étais certainement : pas de bruit, un vrai calme olympien dehors, pas de reflet sur l'écran, soit. Mais pas détendu pour un euro. À partir de 20h, on regarde ce téléphone qui va s'allumer et sonner toutes les 45min, ou presque.

La gestion du temps

Comme je n'aime pas vraiment faire les choses à moitié, j'ai commencé cette période d'astreinte par un jour férié : le jour de Noël, ce lundi 25 décembre 2017. Vous savez, ce jour où toute la famille est là, heureuse (ou presque) de se rassembler dans un déballage de bouffe, de bon vin et de cadeaux. J'ai commencé ma journée à 8h, pour la finir à 8h le lendemain. Oui, les jours fériés, c'est cadeau : 24h. Le rythme classique de mon type d'astreinte m'oblige à être disponible de 20h à 8h. Sauf les jours fériés. Et ma première fois fut un jour férié. Joie.
Qu'est-ce que je foutais dans la maison familiale alors que j'étais d'astreinte et que rien ne vaut le calme de mon appartement ? Les fêtes de famille, tout simplement.
Ça m'a sauté à la gueule, d'ailleurs. Sans que personne n'ait pu me l'expliquer, la fréquentation du site d'un client a EX-PLO-SÉE. Un jour de Noël. Et je parle de gens qui vendent du matériel de sport, pas des cochonneries qu'on pourrait s'offrir après avoir reçu le chèque des Grand-Parents. Enfin bref. Là, j'ai été victime de mon inexpérience : j'aurais dû tout de suite contacter le responsable de ce client pour lui dire de gonfler les machines plutôt que d'essayer de les faire tenir en, par exemple, bloquant le crawling des bots. Ça m'aurait épargné des heures de prise de tête et une fatigue qui m'a empêché de tenir toute la nuit. Grosse inexpérience.

L'appel en cas d'incident ou d'impossibilité d'agir

Des centaines de clients au bout de mon clavier, disais-je plus haut, c'est tout autant de cas particuliers que je ne peux pas maîtriser. L'entreprise pour laquelle je travaille n'étant pas un repère d'enfoirés, en cas de souci, j'ai la possibilité, voire l'obligation d'appeler la personne la plus à même de réagir pour rétablir un service qui me laisse sans voix.
Appeler quelqu'un entre 20h et 23h, ça me va. Appeler quelqu'un entre minuit et 6h du matin, c'est au delà de ce que mon éducation considère comme respectable. C'est non, niet, nada, on ne fait pas ça ! Pourtant, ce lundi, j'ai du le faire, à 4h du matin, pour être précis. L'horreur. Et ça ne s'est pas passé qu'une fois cette nuit là.
Heureusement, j'ai réussi à réveiller un bon gars qui m'a tout de suite pris sous son aile pour m'accompagner et me rassurer. Dans les détails, je n'en pouvais plus de tenir à bout de bras un groupe de 6 machines et j'ai décidé d'appeler pour valider une augmentation des ressources. Chose qu'on est censé faire après validation avec le client. Sauf qu'à 4h du matin, c'est délicat. L'histoire révéla qu'une fois mon collègue réveillé, les soucis ont disparu. #Tristitude.
Alors qu'il était encore avec moi, un autre client a vu son infrastructure se casser la figure. Un bordel sans nom, cette infra. À deux, nous n'avons rien pu faire. On a fini par réveiller un troisième larron vers 5h. Il était loin de chez lui, sans ordinateur. Il nous a dépanné pour comprendre le souci : c'était pas nous, l'hébergeur, mais une erreur dans le code du client. La solution ? Devinez ! Nous avons réveillé le CTO d'un grand groupe de mode français, à 5h30 du matin. La situation que je voulais absolument éviter et survenue. J'étais mal.
Vers 6h, après 22h de lutte, mon corps m'a lâché. Je devais tenir jusqu'à 8h, mais pas ce jour là. Le stress m'a tué.

J'ai tenu 22h d'astreinte sur les 24 demandées, mon premier jour, ma première nuit. Mardi, le réveil m'a malheureusement sorti de mon sommeil vers 13h. J'étais HS, à bout, mais les soucis de la nuit étaient résolus. Mes collègues du jour m'avaient sorti du pétrin et je n'avais rien raté entre 6h et 8h. Merci les copains. J'ajoute que le CTO a bougé le cul d'un de ses développeurs pour corriger la situation. Astreinte, responsable du client, responsable du projet côté hébergeur, CTO du client, développeur du client, retour à la normale. Et ben.

La gestion du sommeil

On ne sait jamais ce qui peut arriver. Jamais. Les histoires que je relate dans le paragraphe précédent, jamais je n'aurais imaginé ça possible. On m'avait dit que le jour de Noël, on s’ennuyait. La belle affaire.

12h, c'est long, très long et l'astreinte a deux possibilités :
  • Vivre sa vie normale en journée et se laisser réveiller par les alertes/incidents.
  • Se décaler complètement en dormant toute la journée et vivant la nuit.
Vous l'avez lu un peu plus haut : pour les fêtes de fin d'année et la famille, il était hors de question que je me décale complètement. J'ai donc choisi de tenter l'expérience skipper : essayer de dormir au maximum entre chaque forte vague.
Confiant, j'étais, comme dirait le petit gars vert de chez Disney. Sauf que mon cerveau m'a empêché de faire ce que je voulais. Allongé dans mon lit, il m'était impossible de dormir. La peur d'être dérangé par un incident qui me forcerait à dégainer le téléphone m'a complètement bloqué. On ne grappille pas quelques heures de sommeil comme ça, sur un claquement de doigts et sous une couverture chaude. Non. Il faut avoir confiance en soi pour se laisser emporter par le sommeil alors que tout est organisé pour l'empêcher.

Bref, la première période d'astreinte fut un cauchemar. J'ai mieux supporté la suite, mais quand même. Vendredi, 8h, je terminais ma dernière nuit : j'étais sauvé, enfin sorti de ce jeu infernal qui te réveille quand tu veux dormir.
Je n'ai pas envie de faire la liste des choses qui me sont arrivées au cours de cette semaine. La grande majorité de mes interventions se sont révélées sans grand intérêt mais bien assez régulières pour empêcher plus de 60min de sommeil d'affilé.

Il ne me reste plus qu'à attendre mon week-end d'astreinte. Une terreur reconnue de tous. Courage, moi.