Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Aquaris M10

UBPorts : retrouver les Desktop Apps

Rédigé par dada / 13 juin 2017 / 2 commentaires




Avec mon passage à UBPorts pour mon Aquaris M10 FDH, j'ai rapidement regretté l'absence des Desktop Apps (Firefox, LibreOffice, etc) de la liste des applications disponibles. Une recherche rapide m'a soulagé : il est possible de les retrouver, mais ça demande un peu d'effort. Voici l'astuce.

Installer le Desktop Apps Scope

Pour installer cette dépendance, il faut passer par l'OpenStore pour installer uApp Explorer. Une fois fait, il faut maintenant passer par l'uApp pour installer le scope Desktop Apps Scope. Cette première étape va vous permettre d'avoir accès aux X Apps que nous allons pouvoir bientôt installer.

Préparer l'appareil

- Il faut maintenant passer l'appareil en mode développeur. On l'active en allant dans les paramètres, puis À propos et en cliquant sur le mode développeur. Notez qu'il faut mettre en place un code de sécurité pour pouvoir le faire. Petit piège.
- Connectez-vous à la tablette depuis votre ordinateur en tapant phablet-shell depuis votre terminal. Elle va vous permettre de vous connecter à votre appareil en SSH, mais la manipulation peut se faire directement depuis un terminal lancé depuis l'appareil.
- Une fois connecté, tapez la commande suivante pour mettre en place le conteneur qui accueillera les applications tournant avec X.
libertine-container-manager create --id ubuntu --name 'ubuntu' 
L'opération va bien prendre 10 min. Allez vous en griller une ou c'que vous voulez. 'ubuntu' sera l'identifiant (id) du conteneur, il est à titre indicatif, vous pouvez mettre ce que vous voulez. Faudra penser à reporter la modif' à l'étape suivante.

Une fois que c'est terminé, il faut rendre le conteneur persistant en tapant ce qui suit :
libertine-container-manager exec --command "/bin/bash" --id ubuntu 
Vous vous prendrez un retour avec de simples warnings dans les dents mais tout va bien, vous êtes dans la matrice et vous pouvez maintenant installer vos applications !

Installer vos applications

Tout simple, un exemple pour Firefox :
apt install firefox 
Et voilà ! Bon, LibreOffice semble ne pas tourner, mais j'ai réussi à faire tourner VLC !

Vous pouvez retrouver l'origine de ce billet par ici.

Retour sur mon équipement de 2016

Rédigé par dada / 03 janvier 2017 / 1 commentaire


2017 commence et comme pas mal de monde, je vous propose une sorte de bilan de l'année passée. En vrac, j'ai essayé de combiner au mieux mon attachement au libre, au plaisir mais aussi à l'équitable tout au long de l'année. J'ai balancé quelques liens dans le billet mais tout n'y est pas. J'ai pas mal papoté cette année alors pensez à faire un tour dans les tags de l'article pour avoir plus de détails :-)

Smartphone : un Fairphone 2

Mon Flame ayant rendu l'âme, j'ai décidé de revenir à un smartphone plus classique, quoique. Le Fairphone, c'est une vision de l'équitable et du durable appliquée au téléphone portable qui traîne dans la poche. Pas de fioritures ici, juste un outil qui fonctionne. Une énorme partie du téléphone est constituée de pièces changeables, comme la batterie pour ne parler que d'elle. Niveau OS, c'est un Android AOSP qui le fait tourner, sans aucun compte Google : je ne me sers que des applications libres quand c'est possible, sinon je passe par l'outil de Tuxicoman (GooglePlayDownloader) pour récupérer les quelques récalcitrantes.

Tablette : une Aquaris M10

Ici, on ne peut pas dire que ce soit l'équitable et le durable qui prime. Je n'avais pas vraiment besoin d'une tablette avant que l'envie de supporter l'initiative de Canonical ne pointe le bout de son nez. La convergence, c'est à dire la mélange entre le mode tactile et le mode bureau a aussi beaucoup joué. Ma tablette est maintenant le seul outil que je trimballe avec moi pendant mes nombreux déplacements. Je peux écrire des trucs et me connecter en SSH avec un clavier digne de ce nom en plongeant la main dans ma sacoche en bandoulière. Nickel.

Serveurs : un C2 pour diaspote et peertube

Avec Augier, on manquait de mémoire vive pour notre pod diaspora* et l'envie de faire tourner un nœud Peertube pointait le bout de son nez. On est donc passé d'un C1 à un C2, toujours chez Scaleway. Les performances ne sont pas plus fantastiques qu'avant mais les quelques Go de RAM supplémentaires permettent maintenant aux utilisateurs de poster des photos sans faire tomber la machine. #Sérénitude

Manette : un Steam Controller

Loin du libre, quoique, le Steam Controller vient combler un manque de plusieurs années : pas de manette pour jouer à Rocket League & co. Steam proposant sa propre manette en plus de jeux jouables sous GNU/Linux, j'ai trouvé plutôt logique de dépenser des sous chez eux.
En écrivant ces lignes, je me rends compte que je devais écrire un billet sur cette manette. Oops. N'étant pas un gros joueur, et n'ayant aucun moyen de comparaison si ce n'est quelques vagues souvenirs de la DualSock de la PS2, je préfère éviter !

Clavier : un TypeMatrix 2030

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce clavier, c'est une petite merveille pour geeks/développeurs/devops. Il a la particularité de proposer une organisation des touches qui lui est propre et, surtout, des peaux (skins) permettant de changer l'agencement du clavier de façon très agréable. J'ai personnellement pris un TypeMatrix qwerty avec un skin azerty et un skin bépo.
Bon, je me sers actuellement du skin Azerty. Je ne me sentais pas d'attaquer directement le bépo ! Je m'y mettrai plus tard, normalement. On m'a dit que c'était le meilleur moyen de ne jamais s'y mettre. J'sais pas, on verra bien !

Son : des Zero Audio Tenore ZH-DX200-CT

Ici non plus, n'étant qu'un énorme amateur de musique, je me garderai de dire que ce sont les meilleurs écouteurs intra-auriculaires que j'ai jamais utilisé mais le fait est qu'ils sont carrément super ! La honte est sur moi cependant : pas moyen de passer par autre chose qu'Amazon pour les récupérer. Je promets que c'est la dernière fois que je faute. Il n'empêche que je redécouvre des morceaux que je connais depuis très longtemps. C'est du bonheur.

Je crois que j'ai tout raconté. J'ai l'impression que 2016 fut une super année d"un point de vue de mon équipement de geek. J'sais pas ce que vous avez trouvé à acheter/supporter de votre côté mais je vais avoir besoin d'aide pour faire aussi bien en 2017.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne année 2017 pleine de libre et de bonheur !

Aquaris M10 Ubuntu Touch Edition OTA 12 et 13

Rédigé par dada / 26 septembre 2016 / 8 commentaires




Ça fait un moment que je n'avais pas parlé de ma tablette sous Ubuntu Touch. Pourtant, depuis, j'ai vu passé les mises à jour OTA 12 et 13. Voici  ce qu'on peut en dire.

L'autonomie

C'est une des améliorations qu'on retient de l'OTA 12. L'autonomie de la tablette à littéralement explosée. Avant, la batterie n'hésitait pas à se vider même si on ne faisait rien avec. Maintenant, je peux la laisser une semaine dans un coin, en m'en servant quelques minutes par jour, elle tient. On dirait qu'ils ont vraiment fait un effort de ce coté là.
J'ai d'ailleurs passé ma journée du samedi à ne me servir que de ma tablette et pas de mon vieux PC portable. Je pense que j'aurais réussi à tenir la journée sans la recharger si je n'avais pas regardé plus d'une heure de conférence sur Dailymotion, en Flash.

La gestion du clavier

C'est très con, mais il y a des touches qu'on ne s'imagine pas être si importante : l'arrobase par exemple. Pas moyen de la choper avec mon clavier externe avant cette OTA 13. Je vous laisse imagine la magouille : arriver sur un site, se rendre compte qu'il fait taper un arrobase, basculer sur le clavier intégré, taper sur @ et revenir sur le clavier physique.
Bon, je m'y étais fait, mais c'est quand même vachement plus agréable de ne plus avoir à lutter pour une pauvre touche.
Je constate encore des problème avec l'accent circonflexe. Nul doute que ça sera corrigé un peu plus tard.

Firefox vs Chromium

J'en profite pour enchaîner des navigateurs puisque c'est l'outil indispensable de la tablette. Chromium est intégré à la tablette en mode mobile. C'est l'outil accessible facilement et qu'on peut manipuler avec les doigts. Firefox, mon amour, lui, n'a pas le droit à une version tactile. Je n'ai pas les détails technique mais c'est comme ça. D'après l'organisation des applications, c'est vraisemblablement par qu'il n'est pas compatible avec Mir : bah oui, il est dans les X Apps. X, pour serveur X.
Ces applications, les X Apps, sont bien plus lourdes à l'usage. On sent que la tablette souffre, enfin, on sentait que la tablette souffrait. C'est toujours un peu le cas mais ça va beaucoup mieux. Elles étaient utilisables, maintenant elles sont agréablement utilisable. Notez la différence.
C'est d'ailleurs avec Firefox que je rédige ce billet, qui embarque son correcteur orthographique automatique qui me manquait tant. Oui, parce qu'on peut personnaliser Firefox : Chromium n'a pas l'option pour installer des extensions. Imaginez-vous sur la toile sans bloqueur de pubs et anti-trackers. L'horreur.

La synchronisation du son et de la vidéo

Merci à l'OTA 13 d'avoir corrigé ce problème ! Vous le savez, la tablette est un outil très passif. L'Aquaris M10 sort du lot avec son mode bureau que j'affectionne particulièrement mais elle reste très passive. On traîne sur diaspora*, sur des sites web, on regarde des vidéos, on écoute de la musique, etc. Avant la semaine dernière, regarder des vidéos n'étaient pas une bonne idée : la vidéo prenait toujours de l'avance sur l'audio : un peu comme quand on regarde un film en VO et que les sous-titres foutent le camps alors que le personnage n'a pas encore ouvert la bouche. #Tristitude.
Avec la dernière mise à jour, c'est corrigé. A moi les vidéos maintenant !

Voilà ce que je peux dire à propos de ma tablette. Je crois qu'il en reste en vente, alors, si vous hésitez, c'est le moment d'y réfléchir une nouvelle fois.

N'hésitez pas à ajouter mon compte diaspora* à vos flux RSS, j'y écrit des trucs plus régulièrement que sur mon blog au sujet de mon Aquaris M10.

De l'avenir d'Ubuntu Touch

Rédigé par dada / 08 juillet 2016 / 18 commentaires


En échangeant avec Bleizh dans les commentaires de mon dernier billet sur l'OS mobile de Canonical, je me rends compte qu'il y a une question que beaucoup de gens doivent se poser : Est-ce qu'investir dans ce genre de chose est viable ?

La communauté du libre est tombée d'assez haut lorsque Mozilla a annoncé l'abandon de Firefox OS pour smartphones. Nous étions nombreux à nous être jetés sur les téléphones de la fondation pour échapper à Google/Apple. On était, en plus, fiers de notre alternative qui même si elle n’était pas parfaite, avait l'avantage d'avoir des arguments solides pour convaincre les libristes conscients des enjeux autour de la vie privée et du respect de l'utilisateur : tout ouvert, une fondation à la tête du projet, une communauté internationale motivée.
Malgré tout ça, le projet s'est fracassé contre la réalité. Les gens s'en foutent et/ou ne sont pas conscients de ce qu'on fait de leurs vies.

Mozilla s'est concentrée sur les smartphones : un outil indispensable qui ne peut pas se permettre de tomber en carafe. A l'annonce de la fin du projet, les utilisateurs actifs de Firefox OS se sont retrouvés avec une brique dans les mains. J’exagère un peu, mais l’idée est là et c'est ce que les gens retiendront : un outil indispensable qui nous a lâché.

Canonical s'attaque à la fois au segment des smartphones mais aussi à celui des tablettes. Je ne prendrais pas un smartphone sous UT. L'affaire Mozilla a laissé des traces, malheureusement. Je continue de suivre d'un œil ce qui reste de cette belle aventure mais il n'est plus envisageable pour moi de me retrouver avec un téléphone mort.
Canonical s'en sortira sans doute mieux, c'est pas bien dur, mais je n'y participerai pas.
Par contre, pour les tablettes UT, c'est une toute autre affaire, et c'est là que les gens devraient un peu croire en ce pari. Une tablette convergente, c'est un outil mobile pour surfer convenablement, utiliser quelques applications mais c'est aussi un outil de travail mobile viable. Pas parfait, qu'on reste d'accord, mais viable. C'est toute la différence avec les smartphones : si le téléphone explose en plein vol, c'est le drame. Si la tablette explose, c'est quelques centaines d'euros de perdu. Notable, certes, mais pas bloquant pour le travail ou la vie sociale.
La tablette que je me traîne, l'Aquaris M10, m'offre une façon d’accéder à mes outils différente d'avec mon PC portable. C'est un bonus, un extra. Elle ne fait pas encore le même travail qu'un PC portable mais c'est déjà bien plus qu'une tablette du commerce, les Surfaces de Microsoft mises à part.

Ce que j'essaye de faire comprendre dans ce billet, c'est que si échec de UT il y a, la tablette restera quoiqu'il arrive un outil fonctionnel. Ce n'est pas un téléphone dont la confiance en un avenir perenne est non négligeable. Il faut des mise à jour, des corrections de bug, le support des nouvelles technologies, des ondes 4G +n, etc. Si Canonical se casse la figure, je pourrais toujours me servir du Firefox qu'il y a dans ma tablette, de LibreOffice et des autres. Il n'est, qui plus est, pas difficile de croire qu'il restera des gens motivés pour maintenir des dépôts à jour, mais là n'est pas la question. Ne parlons pas de malheurs.

Une tablette est un outil bien moins critique qu'un téléphone. Prendre une Aquaris M10, c'est prendre un jouet avec lequel il fait bon rédiger des articles de blog, flâner sur diaspora*, écouter de la musique, montrer ses photos de vacances à ses amis, à sa famille, etc. C'est un extra dont on peut être fier, pas un outil vital, du moins pour le moment.

Personnaliser son Ubuntu Touch

Rédigé par dada / 27 juin 2016 / 10 commentaires


Je vous parlais l'autre jour de l'OpenStore d'Ubuntu Touch, un magasin d'applications alternatif et libre qui existe en parallèle du Store classique. Dedans, on peut y trouver un type d'applications que les fans de personnalisation comme moi adorent : pour GNOME, c'est GNOME Tweak, pour Ubuntu, c'est Ubuntu Tweak et dans le cas que nous intéresse maintenant, UT Tweak Tool pour Ubuntu Touch.

On a une interface simple pour configurer sa tablette et son téléphone comme bon nous semble !

On y retrouve les grands classiques :
  • Organiser ses applications favorites
  • Personnaliser l'indicateur (ne permet que d'ajouter le pourcentage de charge de la batterie pour le moment)
  • Modifier le comportement du lanceur (la barre de menu à droite)
  • Ajuster le comportement des mouvements tactiles
Mais aussi :
  • Installer des .click (les applications UT) sans ligne de commande
  • Rendre l'OS modifiable (au risque de faire sauter l’accès aux OTA)
  • Récupérer des infos sur l'OS
Je termine par le plus chouette : un accès plus direct aux applications, leur comportement et leur occupation mémoire, leur cache... mais pas que ! J'ai trouvé le Graal, comme on dit.
Dans un ancien billet sur les trucs chiants, je disais que mon Sonerezh, en utilisation tablette, une fois passé en arrière plan, ne diffusait plus ma douce musique. Frustrant. Je me disais qu'il devait bien y avoir un moyen de changer ça et je ne pensais pas le trouver par hasard et sans aucune intervention dans du code : UT Tweak s'en charge :



Admirez le bouton au descriptif bien heureux : Éviter la suspension de l'application. Cliquez là-dessus et le tour est joué : Sonerezh continue à diffuser ses mélodies même lorsqu'il est en arrière-plan ! Bon, il faut quand même désactiver la mise en veille de l'appareil qui, elle, continue à tout couper, mais c'est déjà chouette de pouvoir faire deux choses en même temps tout en écoutant de la musique.

Ce billet ne se concentre que sur le mode tablette, on n'a absolument pas ce souci en mode bureau ;-)