Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Attention, ce billet se traine depuis plus de 3 mois. Les informations qu'il contient ne sont peut-être plus à jour.


De l'avenir d'Ubuntu Touch

Rédigé par dada / / 18 commentaires


En échangeant avec Bleizh dans les commentaires de mon dernier billet sur l'OS mobile de Canonical, je me rends compte qu'il y a une question que beaucoup de gens doivent se poser : Est-ce qu'investir dans ce genre de chose est viable ?

La communauté du libre est tombée d'assez haut lorsque Mozilla a annoncé l'abandon de Firefox OS pour smartphones. Nous étions nombreux à nous être jetés sur les téléphones de la fondation pour échapper à Google/Apple. On était, en plus, fiers de notre alternative qui même si elle n’était pas parfaite, avait l'avantage d'avoir des arguments solides pour convaincre les libristes conscients des enjeux autour de la vie privée et du respect de l'utilisateur : tout ouvert, une fondation à la tête du projet, une communauté internationale motivée.
Malgré tout ça, le projet s'est fracassé contre la réalité. Les gens s'en foutent et/ou ne sont pas conscients de ce qu'on fait de leurs vies.

Mozilla s'est concentrée sur les smartphones : un outil indispensable qui ne peut pas se permettre de tomber en carafe. A l'annonce de la fin du projet, les utilisateurs actifs de Firefox OS se sont retrouvés avec une brique dans les mains. J’exagère un peu, mais l’idée est là et c'est ce que les gens retiendront : un outil indispensable qui nous a lâché.

Canonical s'attaque à la fois au segment des smartphones mais aussi à celui des tablettes. Je ne prendrais pas un smartphone sous UT. L'affaire Mozilla a laissé des traces, malheureusement. Je continue de suivre d'un œil ce qui reste de cette belle aventure mais il n'est plus envisageable pour moi de me retrouver avec un téléphone mort.
Canonical s'en sortira sans doute mieux, c'est pas bien dur, mais je n'y participerai pas.
Par contre, pour les tablettes UT, c'est une toute autre affaire, et c'est là que les gens devraient un peu croire en ce pari. Une tablette convergente, c'est un outil mobile pour surfer convenablement, utiliser quelques applications mais c'est aussi un outil de travail mobile viable. Pas parfait, qu'on reste d'accord, mais viable. C'est toute la différence avec les smartphones : si le téléphone explose en plein vol, c'est le drame. Si la tablette explose, c'est quelques centaines d'euros de perdu. Notable, certes, mais pas bloquant pour le travail ou la vie sociale.
La tablette que je me traîne, l'Aquaris M10, m'offre une façon d’accéder à mes outils différente d'avec mon PC portable. C'est un bonus, un extra. Elle ne fait pas encore le même travail qu'un PC portable mais c'est déjà bien plus qu'une tablette du commerce, les Surfaces de Microsoft mises à part.

Ce que j'essaye de faire comprendre dans ce billet, c'est que si échec de UT il y a, la tablette restera quoiqu'il arrive un outil fonctionnel. Ce n'est pas un téléphone dont la confiance en un avenir perenne est non négligeable. Il faut des mise à jour, des corrections de bug, le support des nouvelles technologies, des ondes 4G +n, etc. Si Canonical se casse la figure, je pourrais toujours me servir du Firefox qu'il y a dans ma tablette, de LibreOffice et des autres. Il n'est, qui plus est, pas difficile de croire qu'il restera des gens motivés pour maintenir des dépôts à jour, mais là n'est pas la question. Ne parlons pas de malheurs.

Une tablette est un outil bien moins critique qu'un téléphone. Prendre une Aquaris M10, c'est prendre un jouet avec lequel il fait bon rédiger des articles de blog, flâner sur diaspora*, écouter de la musique, montrer ses photos de vacances à ses amis, à sa famille, etc. C'est un extra dont on peut être fier, pas un outil vital, du moins pour le moment.

18 commentaires

#1  - Phipe a dit :

Hello dada,

Je suis d'accord avec cette vision de l'utilité.usage d'une tablette (qu'elle quelle soit...)/ Pour témoignage, ma tablette ACER A700 s'est bloquée au démarrage (démarrages en boucle) il y a plusieurs mois e tje n'arrivais pas à relnacer/réinitialiser le bousin. Bien que j'en ai un usage autant privé que professionnel, cela ne m'a quasiment pas gêné au final. Je n'ai just eplu spu jouer à certains jeux, surfer sur grand écran 10'' en mobilité ni montre des documents PDF ou des photos de produits à mes clients.
Malgré tout, la vie a continué sans encombre...

PS : j'ai dépuis réussi à relancer le *machin* ;-)

Répondre
#2  - Guillaume a dit :

Salut Dada,

Lecteur régulier, je lis avec intérêt tes billets sur UT. Possesseur d'un Pro 5 depuis 1 mois, je ne comprends pas ton propos. Car que Canonical abandonne, le téléphone fonctionne toujours. Sauf à dire que demain, une révolution des ondes fasse qu'on soit obligé de changer les fréquences pour tout le monde, mon téléphone téléphone, poste sur twitter, gère mon agenda et mes contacts (synchronisés avec OC), visualise mes pièces jointes, etc etc.... Et me permet même d'aller sur diaspora* puis sur des blogs intéressants (la preuve !)

Or, si Canonical arrête, rien ne me sera retiré. Comme pour ta tablette... Et peut être que la communauté fera la même chose qu'avec FFOS ?

Non ?

Répondre
#3  - romain a dit :

Qu'elle est la part critique assurée par Canonical, Mozilla... ?

Je me rappelle encore de mon premier smartphone, un htc wildfire, qui n'aura connu qu'une seule mise à jour au bout d'un an. C'était certes il y a un moment, mais finalement, qu'en est-il réellement des mises à jour sous Android encore aujourd'hui ?

Ha si seulement les smartphones pouvaient être gérés comme un bon vieux GNU/Linux, un coup de apt-get ou de pacman pour faire la mise à jour :)

Peut être qu'il serait pertinent un jour de tester un véritable GNU/Linux sur tablette, smartphone, avec pourquoi pas un environnement de bureau, des apps développé(es) spécialement pour.

Répondre
#4  - Khertan a dit :

"Ha si seulement les smartphones pouvaient être gérés comme un bon vieux GNU/Linux, un coup de apt-get ou de pacman pour faire la mise à jour :)"

C etait le cas sur Nokia n9 et n900 un bon coup d apt-get ...
Bon depuis les depots sont fermé et n existe plus ...

Répondre
#5  - cm-t a dit :

> qui n'aura connu qu'une seule mise à jour au bout d'un an

Ubuntu reçois des mises à jour "système" toues les ~6semaines (un peu comme Firefox), sans compter les mises à jour critique (dès que c'est prêt), et les mises à jour des application qui sont à la charge des éditeurs (snappy! même si le téléphone est encore en mode .click, une version transitionnel du .snap).

Quand je dit que les mises à jour système sont toutes les 6 semaines, je veux dire que lorsque une "OTA" (over the air) est sortie, en 48h, tout les appareils ubuntu (je ne parle pas de la version desktop actuelle) connecté sur les internets vont recevoir la mise à jour :
en fait le processus de diffusion est phasé en 24h pour ne pas surcharger les serveurs, et des constructeurs comme bq demandent que la mise à jour soit validé par eux (délai de 48h), coté firmware uniquement, si j'ai bien compris.

>Peut être qu'il serait pertinent un jour de tester un véritable GNU/Linux sur tablette, smartphone,

Ubuntu sur téléphone/tablette, c'est une distribution GNU/Linux, avec le label "véritable" :)

>avec pourquoi pas un environnement de bureau,

Unity8 est présent, et je crois que les équipe KDE travaillent sur plama-mobile (qui à l'air plutôt intéressant)

> des apps développé(es) spécialement pour.
Il y a le ubuntu SDK pour faire des application responsive et bien intégré au système tout en restant compatible avec d'autre distro (en passant par snapd). Il y a aussi libertine.

>de apt-get ou de pacman pour faire la mise à jour :)

tu pourra faire un bon coup de snappy install (etc) pour mettre à jour, (dés)installer, changer une version, etc. Tu peux aussi activer le mode write (le système est par défaut en read only) pour utiliser apt, mais pas conseiller si tu ne connais pas les impacts.

Répondre
#6  - romain a dit :

Ouai, mais pour Android ça aura mi du temps à venir quand même.

C'est vrai, faudrait que je vois si le portage sur le galaxy s2 vaut toujours x) (ahh xda)

Après je pensais plus à une adapatation d'archlinux (habitudes) ou du moins, un os moins out of box, et avec plus de possibilité en terme d'environnement. Et c'est sûrtout vis à vis du côté intallation, flasher son téléphone c'est moyen quand même... genre on pourrait pas avoir un bios et booter sur l'os qui nous intéresse x)

Concernant l'environnement, je préfère l'idée de Firefox OS, mais je suppose que tu peux toujours dev du web avec une abstraction pour ubuntu touch. (Pouvoir faire son environnement de A-Z reste une sorte de rêve pour moi)

Répondre
#7  - VV666 a dit :

Je plussois Guillaume, mon Tel sous FFOS marche toujours !!! Certes, il n'a pas d'avenir avec une version sup, des correctif, etc, mais je m'en sert tout les jours, il fonctionne !

On est dans le même cas que certains tel sous Android qui n'ont pas de monté de version possible et reste donc bloqué sans correctif et évolution.

D'ailleurs, le Marketplace FFOS fonctionne encore (combien de temps ?) et B2G se lance petit à petit.

Bref, j'ai du mal à comprendre ton point de vu.

Répondre
#8  - lapineige a dit :

Le fameux: " si t'avance pas t'est mort "

Je ne suis qu'en partie d'accord: quand Mozilla ne développe plus Firefox OS sur smartphone, ou si un jour Canonical ne développait plus UT et bien.... ils ne développent plus.
Ils "n'arrêtent" pas magiquement tout les téléphones. Et ne sont plus développés.
Sur la durée c'est un problème, mais si le téléphone est fonctionnel, et bien il le restera.

On en revient au téléphone android acheté sous telle version. Il ne faut pas l'acheter en se disant dans 6 mois j'aurai la nouvelle version. Si c'est le cas youpi on a un bonus, mais ce qu'on achète c'est un téléphone avec telle version.
Si ça ne nous convient pas, alors on se trompe de téléphone.

C'est quelque chose à avoir en tête au moment de l'achat. Si ce qu'on a maintenant maintenant ne convient pas, et que l'on est pas prêt à prendre le risque et à attendre mieux, alors il ne me semble pas logique que l'on prenne le téléphone.
Actuellement je ne pousserai pas quelqu'un qui n'en a pas conscience à choisir B2G, tout simplement parce que son avenir n'est pas garanti (on va essayer, très fort, mais il n'y a pas de *garantie*).
Moi ça me convient, pleinement, et en plus j'ai confiance en cet OS libre, et surtout pas envie d'aller fournir mes données perso aux autres.

En gardant ça en tête, la question du viable, elle dépend aussi de l'adoption/aide que l'on peut apporter. Regarder de loin, ne pas en parler, en attendant de voir, c'est un bon moyen de desservir ces deux projets.


PS: puisqu'on parle de tablette, Mozilla étudie la *possibilité* et *l'intérêt* de sortir des tablettes avec un OS très proche de B2G. Ils réalisent actuellement une étude pour déterminer le potentiel d'un tel projet (en clair, *ce n'est pas acté*): https://discourse.mozilla-community.org/t/introducing-project-tablet/8783
Je vous invite à participer (et à partager) ce petit sondage si vous voulez aider simplement ;) : https://www.surveygizmo.com/s3/2873022/Tablet-1
(le sujet qui en parle) https://discourse.mozilla-community.org/t/help-needed-tablet-survey/9581

Par manque de temps je ne détaille pas, mais tu verra dada que c'est assez différent de la cible d'UT (ce qui me semble une bonne idée).

Répondre
#9  - Khertan a dit :

Alors j ai une experience assez longue en telephone sans avenir ...

Palm Treo, Maemo Nokia n900, MeeGo Nokia n9, BlackBerry10 Z10, Sony z3 Firefox OS.

Alors je vais parler longuement du n9, qui est une machine magnifique, un OS bien fini.
Certes la machine est toujours fonctionnelle, mais comme beaucoup de chose utilise des APIs qui sont tres vite dépréciés et changeante.

* Le client twitter n est plus fonctionnel
* le client facebook non plus me semble t il.
* Le store est fermé plus de download d apps.
* Le sdk se trouve seulement en torrent
* Les roms et images system se trouve seulement en torrent
* Il faut bidouiller pour installer un repo alternatif, car activer les dev tools requierts une connection a ... un depot inexistant (tricher avec un serveur dns local).
* Les failles de secu ne sont pas comblé.
* Aucun navigateur web n est a jour, et les evolution du web ne passe plus sur ces vieux navigateur.
* La navigation GPS n est plus possible car les cartes ne peuvent plus etre téléchargé et le service est coupé.

Reste le téléphone ... :p

Répondre
#10  - lapineige a dit :

Le Z3C est tout sans avenir, au pire tu peux revenir à Cyanogen Mod/AOSP, et il est actuellement le téléphone de dév' principal pour B2G OS ;)

Le n9 est "un peu" (5 ans) vieux quand même, donc ça se comprend quand même.

Répondre
#11  - Bleizh a dit :

Hu ! tout de même, faut dire ce qui est : mozilla fait du management de cour de récré ! Je n'ai toujours pas compris pourquoi ils ont enterré le projet sinon que leur philanthropie ce n'est que du bashing. Firefox OS n'était pas parfait certes, mais progressait régulièrement ! Et je partage le sentiment de fièreté de Dada, mon open C, je l'aimais bien ! Je l'aimais bien pour la bidouille (combien de fois ma moitié a-t-elle râlé parce qu'il était en cours de flashage et qu'elle n'arrivait pas à me joindre !), pour son p'tit côté décalé et unique, pour enfin et surtout son indépendance vis à vis des majors. Fièreté ou snobisme :o) ??
Peut on se permettre d'avoir un terminal non fiable quand il faut pouvoir compter dessus au jour le jour ? Un firefox os sans plus de support, c'est une perte de fonctionnalités à plus ou moins long terme de son appareil tout comme un androïd sur un HTC wildfire (très bon appareil au demeurant, j'en ai encore un qui me sert de baladeur) ou un ios... J'en veux pour preuve mon tél pro, un gnote II rooté jusqu'à la moëlle et entravé avec xprivacy et consorts... je commence à avoir des soucis de compatibilité avec les mises à jour de certains de mes utilitaires... les sauvegardes me permettent de rétrograder sur la version qui fonctionne mais bon ! quand même ! Ai je une brique pour autant ? Non bien sûr... mais je sens comme une calcification progressive de l'appareil ;)
La vraie question est : ai je un smartphone pour jouer et donc supporter ses temps d'indisponibilité ou ses bizarreries (bugs ?) contre un certain respect de ma vie privée ? Ou un smartphone pour m'en servir surtout sans me poser de questions (sur le devenir de mes données) mais fiable, répondant à tous les coups à mes sollicitations, les yeux fermés, c'est le cas de le dire ! Firefox OS permettait les 2 tant bien que mal et c'était cool !

La tablette est, il est vrai moins sensible en terme d'utilisation dans la mesure où elle est un peu batarde entre l'outil de production qu'est un PC et l'outil à tout faire ultra mobile / disponible que sont les smartphones... En ce sens la tablette est un vrai jouet dont l'utilisation ne prêt pas vraiment à conséquence.

Et justement, cette convergence qu'affiche UT me titille de plus en plus et me semble une réponse plausible et bidouillable à d'autres projets de certaines multinationales... Parce que finalement, au bout du bout, ce qui compte encore pour quelques uns d'entre nous, c'est bien l'ouverture et l'indépendance de nos terminaux. Alors voeux pieux de quelques libristes d'arrière garde en dehors du temps, incapables de baisser les bras ?

Répondre
#12  - lapineige a dit :

> La vraie question est : ai je un smartphone pour jouer et donc supporter ses temps d'indisponibilité ou ses bizarreries (bugs ?) contre un certain respect de ma vie privée ?
Pourquoi l'un irait avec l'autre ? Comme tu le dis, Firefox OS arrive à peu près au stade du fiable (mon dernier crash date d'il y a 4 mois), du fonctionnel (enfin selon son usage), en respectant la vie privée des utilisateurs - et c'est bidouillable si l'on le souhaite ;)

> Un firefox os sans plus de support, c'est une perte de fonctionnalités à plus ou moins long terme
S'il n'est pas bourré de bug, on table plutôt sur du long terme, avant que les technos web ne soit plus compatibles le téléphone sera mort.

> La tablette est, il est vrai moins sensible en terme d'utilisation
Oui clairement elle est bien moins "indispensable" qu'un smartphone.

> Parce que finalement, au bout du bout, ce qui compte encore pour quelques uns d'entre nous, c'est bien l'ouverture et l'indépendance de nos terminaux.
+1000

>Alors voeux pieux de quelques libristes d'arrière garde en dehors du temps, incapables de baisser les bras ?
Alors là clairement je répond non: si l'air du temps c'est sauter du pont, je ne suis pas.
Et baisser les bras avant d'avoir essayé... ;)

Répondre
#13  - ropib a dit :

Je ne comprends pas bien... si quand Firefox OS arrête les dev on a une brique dans les mains, c'est parce que Firefox OS n'était pas fini. C'est pareil si tu prends une beta d'Android : si Google arrête les dev, ta version d'Android marche plus. Le truc c'est que Google et Apple sont sortis de la phase critique et peuvent proposer une solution stable, même en arrêtant les dev.
Pour le reste : je suis sensible à l'argument "Les gens s'en foutent", comme les dindes s'en foutent de Noël. Ca veut dire qu'il faut trouver un argument commercial correct pour que les utilisateurs soient convaincus. On ne peut pas faire le bien des gens contre eux-mêmes.
Ubuntu Touch, même pour les smartphones, proposent des choses intéressantes. Je trouve que l'approche "scopes" est très intéressante, encore plus que les cards de Google Now... maintenant je trouve qu'il y a des erreurs (ex: faire une application pour un agrégateur RSS ou au contraire faire un scope pour Deezer), il faut bien déterminer ce qui est de l'ordre de la consommation volontaire de l'information par l'usager de ce qui est de l'ordre de l'information qui sollicite son attention. La deuxième dimension qui doit être exploitée, c'est l'intégration d'applis web plutôt qu'un développement d'application fermée dans le téléphone. Même Microsoft est en train petit à petit de porter Office sur le web :c'est très lent, ils n'ont pas de raison de tuer la poule aux oeufs d'or, mais leur stratégie semble être de faire quasiment un OS cloud, ou les applications ne risqueraient plus d'être copiées puisqu'il ne s'agit plus que de licence d'utilisation online.

Ubuntu devrait se centrer sur ce qui peut devenir des forces. Et mieux, faire en sorte que même si Google pouvait réagir en réorientant Android, ce serait en le sacrifiant pour devenir une sorte de Ubuntu. En gros le problème, l'ennemi, autant philosophique que technique et économique, c'est l'application... il faut rendre cette notion obsolète.
Accessoirement il faudrait que Ubuntu lutte plus clairement pour un revival de l'Internet en proposant par défaut un système de stockage P2P... et peut-être même du partage de puissance de calcul (sorte de Amazon AWS basé sur les périphériques des usagers vus comme une seule infrastructure).

Répondre
#14  - Lapineige a dit :

> Ca veut dire qu'il faut trouver un argument commercial correct pour que les utilisateurs soient convaincus. On ne peut pas faire le bien des gens contre eux-mêmes.

Je suis en partie d'accord: il ne faut pas les forcer, mais sensibiliser en douceur, faire prendre conscience.
Et proposer autre chose, d'autres avantages.

> La deuxième dimension qui doit être exploitée, c'est l'intégration d'applis web plutôt qu'un développement d'application fermée dans le téléphone.
+1000, et dans ce cas une appli UT fonctionne sur B2G, et inversement (et surtout les applis android/ios fonctionnent aussi), en somme on mutualise les efforts.

> Et mieux, faire en sorte que même si Google pouvait réagir en réorientant Android, ce serait en le sacrifiant pour devenir une sorte de Ubuntu. En gros le problème, l'ennemi, autant philosophique que technique et économique, c'est l'application... il faut rendre cette notion obsolète.

D'accord aussi.

Répondre
#15  - romain a dit :

Peut être le problème des distributions gérées par des entreprises ? Un peu comme avec Android qui parfois n'est pas du tout suivit

Répondre
#16  - Joe Dalton a dit :

Bonsoir !
Peut-être certains ici sont déjà au courant, mais la société Purism a également un projet de tablette libre, sur Debian avec environnement GNOME.
Bon par contre... dans 9 jours le financement participatif prendra fin. Et ils sont à à peine plus du quart de la somme demandée. Faut dire que la babasse n'est pas donnée non plus. Mais est-ce que ça vient uniquement de là ?
Parce qu'en fin de compte, chacun peut donner ce qu'il veut, même s'il n'a pas le droit aux contreparties (ici les tablettes).
D'un autre côté... financer un projet de tablette libre sans en bénéficier...

Ou alors comme d'aucuns le soulignent ici : les gens s'en foutent. Et c'est bien triste. La meilleure illustration de ce phénomène qui va crescendo (de plus en plus de données privées recueillies et de plus en plus de gens qui s'en foutent de plus en plus (enfin je crois)) était fourni par l'association Framasoft, et était relatif à la sortie de Windows® 10 (je cite de mémoire) :
« Tu as vu qu'avec Windows® 10 Microsoft© récoltera encore plus de données sensibles sur toi ?
- Si tu savais ce que je m'en moque !
- Et t'as vu qu'avec leurs mouchards les utilisateurs ne pourront peut-être plus lancer de jeux piratés ?
- Quoi ?! Mais c'est une honte ! Et ma vie privée alors ? »

Répondre
#17  - dada a dit :

Salut à tous,

Pour ceux qui ne comprennent pas mon point de vue, le voici en plus court : un téléphone, c'est critique, une tablette, pas du tout. Si le téléphone n'est plus supporté, en n'oubliant pas que c'est une initiative nouvelle et que la stabilité doit être améliorée : c'est la catastrophe, ou du moins un gros souci.

Répondre
#18  - al a dit :

J"ai un Pro 5 édition Ubuntu touch mais ce serait pareil avec un BQ. Il est possible de flasher les téléphones sous UT avec Android et donc de revenir à ce qui est probablement ta situation maintenant si UT est abandonné ou vraiment non fonctionnel.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot gosg ?