Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Archives 2013

ownCloud 6 nécessitera PHP 5.3.8 ou supérieur

Rédigé par dada / 14 décembre 2013 / Aucun commentaire

Avec la version 6 qui se profile doucement, je suis en période de test. Je veux tâter cette version pour pouvoir mettre à jour mon serveur le plus rapidement possible.

En local, sur mon Archlinux, tout va bien. Je peux vadrouiller un peu partout et voir la bête en action. Quand je fais ce même genre de teste sur mon serveur, sous Debian Squeeze (old-stable), Document ne fonctionne plus. Sachant qu'il s'agit d'une des principales nouveautés de ownCloud 6, c'est gênant.

La raison du malfonctionnement est maintenant connue : une version ancienne de PHP entraine un nombre incalculable de problèmes et c'est pourquoi ownCloud 6 recommande la version 5.3.8.

On peut lire ça depuis la mailing-list :

The reason for this is that we got a lot of bug reports that are caused by bugs in PHP older then 5.3.8. Some of it might be patched by Redhat or Debian but please seriously consider to upgrade to a newer version. This old 5.3.x version where really broken.

Ce qui donne en bon français :

Cela s'explique par le fait que nous avons beaucoup de remontés de bogues causés par des bogues dans les versions de PHP antérieures à la 5.3.8. Certaines d'entre elles pourraient être corrigées par RedHat ou Debian mais veuillez sérieusement envisager une mise à jour. Cette vieille version 5.3.x est vraiment bancale.

Actuellement, la RC2 requiert la version 5.3.8 ou supérieure pour fonctionner. D'ici la RC3, puis la version finale, seul un warning sera affiché dans les logs dans le cas où vous auriez une trop vieilles versions de PHP. Ce qui veut dire que vous pourrez vous servir d'ownCloud mais pas de Document.

Je n'ai pas les compétences nécessaires pour vérifier ces dires mais je les crois. Je ne sais pas comment ça va se passer avec RedHat/CentOS mais je sais déjà que je vais suer à faire passer mon serveur de Squeeze à Wheezy.

Linux Mint, mais pourquoi s'en servir ?

Rédigé par dada / 07 décembre 2013 / 2 commentaires

linuxmint2.png


Ceci est un billet partisan, si vous voulez vous énerver dans les commentaires, c'est fait pour ça. Je ne donne que mon points de vue, qui s'appuie sur mon expérience et ma vision du libre.

Non, je n'aime pas Linux Mint. Je vais expliquer pourquoi je ne la conseillerai jamais et continuerai à promouvoir Ubuntu ou Mageia.

C'est une distribution qui fork le fork d'une autre distribution. Ubuntu reprends Debian et Linux Mint reprend Ubuntu. C'est un peu du grand délire.

C'est là la chose qui m’agace le plus dans les histoires de fork dont parlent bien mieux qui moi le prof de maths et le pro des distributions GNU/Linux.

Le fork ne me gène pas.

Le fork du fork, lui, me gène, même s'il apporte quelque chose.

Enfin, dans le cas de Linux Mint, l'intérêt est sacrément limité. On a le droit à une distribution "Out-of-the-Box", comme on dit. Ubuntu ne l'est pas ?

L'interface graphique (Mate) reprend l'antique GNOME 2.x et il parait que ça fait partie de ce qu'apporte Linux Mint aux utilisateurs. Depuis que GNOME possède un mode classique, ça ne sert plus à grand chose. Idem pour Cinnamon qui n'est plus utile non plus. Et personnellement, j'adore GNOME Shell. Les goûts et les couleurs.

Unity, le Cinnamon d'Ubuntu, j'aime bien et c'est très simple d'utilisation. Sans rien expliquer à personne, les utilisateurs d'Ubuntu que je chapeaute s'en sortent tout seul. C'est simple et ça plait aux utilisateurs novices.

Après, il y a Mint Update, Mint Install, Mint Menu, etc. Bon...

Le choix des mises à jour, le buzz du moment. C'est encore du délire. Les gens ont raison de privilégier la stabilité à la mise à jour de sécurité ? Ah bon ? J'ai des souvenirs de mise à jour d'Ubuntu qui déconnaient, c'est vrai. Je n'ai plus Ubuntu sur mes bécanes mais elle tourne sur celles de certains de mes proches et ces problèmes sont de l'histoire ancienne.

Et qu'on reste d'accord : les mises à jour complètes du système pouvaient filer la migraine mais pas les mises à jour de sécurité.

Ces histoires de stabilité bancale d'Ubuntu pendant les mises à jour ne méritent plus qu'on s'y attarde.

On me dit qu'on peut aller activer les mises à jour de Mint qui ne se font pas automatiquement en allant dans les options du gestionnaire de paquets ou en installant Synaptic. Tout simplement.

Oh ? En gros, il faut un peu bidouiller.

C'est exactement ce qu'il faut faire pour avoir une Ubuntu sans Unity, Mir, stable, sécurisée, sans les liens avec Amazon & co. Bidouiller.

Je reprends doucement.

  • Les gens disent qu'Ubuntu ne leur plaît pas.
  • Les gens disent qu'il faut configurer Ubuntu pour en faire un truc viable.
  • Les gens préfèrent se servir de Linux Mint parce que c'est "Out-of-the-box".
  • Configurer Linux Minit permet d'avoir toutes les mises à jour de sécurité en perdant un peu de stabilité, éventuellement.
  • Avec le point précédent, on se trouve avec une Linux Mint configurée pour fonctionner dans le cas, qui pour moi, est le pus important.

wtfmeme.png

En gros, on fait exactement le même genre de manipulations pour se retrouver avec une Ubuntu parfaitement utilisable, et qui n'est que le fork de Debian, elle.

Linux Mint aurait sans doute réussi à rentrer dans mes bonnes grâce se elle avait transformé l'essai Debian. Frédéric BEZIES l'ajoute dans les ratés qu'il connait bien.

En attendant, c'est un simple fork d'un fork qui n'apporte que peu de chose par rapport à une Ubuntu. Ça m'agace vraiment.

Utilisateurs de Linux Mint, restez calme. Je ne suis qu'un homme seul avec ses pensées et vous êtes beaucoup, trop.

Thunderbird : passer par ownCloud pour envoyer vos pièces jointes

Rédigé par dada / 04 décembre 2013 / Aucun commentaire

Il y a encore quelques mois, je me demandais s'il était possible, un jour, de voir l'intégration d'ownCloud et de sa capacité de partage de fichiers dans Thunderbird, le client mail de la fondation Mozilla.

Ne voyant rien arriver, je commençais à me résigner à copier/coller des liens dans mes mails. C'est maintenant terminé.

Il est désormais possible de servir de Thunderbird avec du bon ownCloud dedans.

Installation

La méthode utilise uniquement l'extension WebDAV pour Filelink compatible avec Thunderbird 13 et plus, c'est tout. Pour l'installer, passez par ce lien et ajoutez-la à Thunderbird.

Filelink, c'est ce qui permet à Thunderbird d'envoyer des mails contenant des pièces jointes volumineuses, ce qui n'est pas possible en temps normal.

Configuration

Il est possible de configurer ownCloud de deux manières : l'une offrira un accès aux pièces jointes aux utilisateurs ayant un compte sur votre instance ownCloud et l'autre donnera un accès publique aux fichiers partagés.

C'est à vous de faire votre choix.

Configuration avec un accès publique aux pièces jointes

On va d'abord s'attaquer à ownCloud puisqu'il faut configurer l'extension de Thunderbird avec deux liens tirés d'ownCloud.

Dans mon cas, j'ai décidé de créer un répertoire unique qui servira à recevoir les fichiers partagés via ownCloud. Ce dernier s'appelle tout simplement PJointes.

Le premier lien

Le premier lien qu'il nous faut est l’accès WebDAV à ownCloud. Pour l'avoir, il faut se balader dans le menu Personnel d'ownCloud.

Dans mon cas, il s'agit de :

https://www.dadall.info/cloud/remote.php/webdav .

Mais puisque j'ai décidé de partager les fichiers dans un répertoire spécifique, PJointes, il faut le préciser.

On se retrouve donc avec :

https://www.dadall.info/cloud/remote.php/webdav/PJointes

Le deuxième lien

Le deuxième lien qu'il nous faut est celui obtenu en activant le partage par lien d'un répertoire, PJointes dans mon cas.

Dans mon cas, on se retrouve avec quelque chose comme ça :

https://www.dadall.info/cloud/public.php?service=files&t=725abf9a453e5d3f4b6bb6c6f836baa7

Mais, pour que ça fonctionne avec l’extension, il faut rajouter &download&path=/ à la fin de celui-ci.

Nous voici donc avec :

https://www.dadall.info/cloud/public.php?service=files&t=725abf9a453e5d3f4b6bb6c6f836baa7&download&path=/

Nous avons maintenant les deux liens magiques qui vont nous permettre de configurer l'extension de Thunderbird.

Configuration de l'extension

Une fois que vous avez installez l'extension, allez dans le menu Édition, puis Préférences, Pièces Jointes et dans l'onglet Sortant.

La capture d'écran suivante est en anglais, mais c'est presque pareil.

webdavfilelink.png

Une fois que vous êtes là, vous pouvez ajouter ownCloud en appuyant sur Ajouter/Add.

addfilelink.jpg

Choisissez le protocole WebDAV et collez dans l'ordre les deux liens que vous avez extraits un peu plus tôt. L'extension est configurée.

Configuration avec un accès réservé aux utilisateurs de votre instance ownCloud

Note : cette méthode ne permettra pas au quidam d’accéder aux pièces jointes mais elle permet de ne pas les laisser en accès totalement libre via le lien WebDAV.

La méthode est presque la même que celle expliquée ci-dessus. Ce qui change est que vous n'allez pas utiliser un répertoire partagé publiquement pour héberger vos pièces jointes mais le répertoire Shared d'ownCloud. Vous bénéficierez ainsi de tout le système d'authentification.

L'accès à celui-ci est réservé aux utilisateurs de l'instance et ne permet d'afficher que les fichiers auxquels vous souhaitez qu'ils accèdent.

Le lien qui change est le premier que je vous explique un peu plus haut. Vous utiliserez l'accès WebDAV au répertoire Shared en utilisant celui-ci :

https://www.dadall.info/cloud/remote.php/webdav/Shared

Tout simplement, et vous n'utiliserez pas de deuxième lien. Ce n'est plus la peine.

Et voilà, ownCloud est intégré à votre Thunderbird.

Utilisation

A chaque fois que vous voudrez envoyer un fichier de plus de 5Mb (configuration par défaut, cf la première capture d'écran), Thunderbird enverra directement le lien sur votre cloud préféré et ce cadre apparaitra dans le mail du destinataire :

filelinkowncloudexemple.png

Voilà, une bonne chose de faite. Vous n'avez plus qu'à profiter de votre installation maintenant ;-)

Source, via un shaarlieur mais je ne sais plus lequel...

FreshRSS 0.6 : le test

Rédigé par dada / 03 décembre 2013 / Aucun commentaire

L'ami diasporien*  Marien vient de sortir la version beta 0.6 de son lecteur de flux RSS : FreshRSS. J'avais dit que je testerais son travail, allons-y !

Note : Ceci est une version beta, pas faite pour de l'utilisation au quotidien. Je me lance dans le test de cette version par curiosité : si vous voulez une installation tenant la route, quelque soit le l'application, attendez toujours la version finale !

Installation

Les étapes de l'installation sont absolument ordinaires. Rien de surprenant. C'est bien plus simple que d'installer une instance TinyTiny-RSS, cela dit en passant.

Étape 0

C'est très rapide ici : on fait juste son choix de langue.

etape1.png

Étape 1

Ici, on fait l'habituelle vérifications des prérequis : PHP, cURL, MySQL. Rien d'exotique.

etape1-1.pngÉtape 2

On génère un chiffre aléatoire qui devrait servir à améliorer la sécurité en "salant" le mot de passe et ainsi ralentir considérablement les petits malins qui se lanceraient dans des attaques de type brute-force.

On donne un titre à son installation de FreshRSS, la durée pendant laquelle les articles seront conservés dans la base de données et un courriel de connexion. Notez qu'on peut utiliser Persona. Persona, c'est le nouveau nom de BrowserID, le système d'authentification de la Fondation Mozilla.

etape2.png

Étape 3

Ici, ce sont les informations de connexion à la base de donnée qu'on va renseigner. Simplissime.

Note : Pensez toujours à créer un utilisateur particulier pour chaque application qui se connecte à votre base de donnée. Ça permet de morceler l'accès à la base de donnée et donc d'avoir une sécurité supplémentaire en cas d'éventuel problème.

etape3.png

Validez et l'installation est terminée ! C'est franchement simple !

Utilisation

Pour tester, j'ai exporté ma liste d'abonnement de TT-RSS (106 flux) au format OPML et j'ai balancé tout ça dans FreshRSS. Après quelques minutes d'attente, j'ai enfin réussi à me servir de mon nouveau jouet.

demo.png

La vue que j'utilise fait partie des 3 choix que vous aurez : la vue classique (type TT-RSS), la vue lecture (les articles les uns en dessous des autres à l'infini) et la vue globale que j’apprécie beaucoup.

Dans le cas de la vue globale, vous pouvez choisir d'afficher les flux des sites directement ou celle des catégories. Plutôt sympas.

Les options

Le truc que j'apprécie pas mal en tant qu'accro des flux RSS, c'est de pouvoir les partager, sur mon shaarli, par exemple.

FreshRSS le permet de base ! Google Plus, Facebook, Twitter et Shaarli sont de la partie dans les options de partage que vous aurez en bas de chaque article. 

Les autres options sont des plus classiques pour un lecteur de flux : les raccourcis qui vont bien, la possibilité d'autoriser tout le monde à lire votre flux, un chargement différé des images (chouette quand on a une connexion indienne), etc.

Conclusion

J'aime bien ce lecteur de flux. J'avoue ne pas être encore capable de me débarrasser de TT-RSS à cause de son application Android mais c'est une bonne solution libre.

Il est rapide, simple et fait tout ce qu'on peut lui demander, rien à redire. A tester si vous êtes adeptes des flux RSS.

Comprendre un monde qui change : Internet et ses enjeux

Rédigé par dada / 02 décembre 2013 / Aucun commentaire

securedweb.png

Ça faisait un bout de temps que je n'avais pas profité d'une bonne conférence de M'sieur Benjamin BAYART. Je vous propose de regarder celle qu'il a donné le 8 novembre dernier. C'est toujours passionnant.

Au programme, une conférence de 2h30 orientée définition de l'Internet, de son fonctionnement, ses conséquences sociétales et explication de tout ce que ça implique au niveau de la vie privée, des DRM/Copyright et de la politique.

La conférence fut donnée à l'Institut Mines-Télécom de Paris et est disponible avec tant d'autres à cette adresse.

Si vous ne connaissez pas encore ce bonhomme, sachez que c'est l'une des personnes qui connait actuellement le mieux les problématiques autour de l'Internet. C'est le monsieur Internet ou Minitel 2.0 ?.