Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Attention, ce billet se traine depuis plus de 3 mois. Les informations qu'il contient ne sont peut-être plus à jour.


Il était une fois le multimédia

Rédigé par dada / / 1 commentaire


Une discussion avec mon frère m'a fait comprendre que je traînais des réflexes de vieux con. On parlait musique, de films et de notre façon de les consommer.
Mon frère, jumeau, vient de passer à l'offre légale en matière de musique. Il s'est pris un abonnement Deezer. Très satisfait de son choix, il découvre le plaisir d'avoir accès à tout un tas d'artistes all over ze world via le site web et, surtout, l'application mobile. Il se fait ses listes de lecture en fonction du style ou de son humeur. Il semble vraiment adorer ça, le bougre. Moi, non, je ne me sers pas de ces choses là et ça l’étonne. Comme quoi, même des jumeaux peuvent ne pas être d'accord.

J'ai des besoins simples et des convictions. Loin de moi l’idée de dire que se sont les bonnes et que tout le monde devrait faire pareil, mais je refuse de me servir de Deezer, de Spotify ou encore de Netflix. Bon, pour ce dernier, l'encart à droite de la page que vous lisez ne vous aura pas échappé.
Je veux pouvoir écouter ma musique, la mienne, celle que j'aime et que je découvre. Je ne veux pas d'un service qui m'enferme dans son silo. Quand j’achète un album, ce que je fais depuis que j'ai un vrai salaire, je le veux avec les fichier sur mon disque dur. Les fichiers doivent être sans DRM et je dois pouvoir les écouter sur mon Fairphone et mon Aquaris M10 qui sont des appareils absolument pas supportés par ces grands du streaming. Qui plus est quand je n'ai pas les Google Apps dans mon smartphone tournant pourtant sous Android.
Pour moi, c'est inconcevable de ne pas pouvoir télécharger ce que j'ai acheté, de le copier à droite, à gauche et de le partager avec mes amis. M'imaginer devoir me servir d'un site web que je ne maîtrise pas pour ce besoin aussi fondamental pour moi et mes oreilles, c'est un cauchemar. Ça me rappelle l’époque pendant laquelle j'avais un compte Spotify, parce que oui, j'ai fait des erreurs comme tout le monde, et que je traînais mon sac à dos dans la capitale de la Syrie. Je suis entré dans un cybercafé pour filer des nouvelles à ma famille et regarder les dernières nouvelles sur Facebook (des erreurs, avec un S !) après plus de deux semaines de vadrouille. Y'en avait des conneries à lire. Je me suis branché sur Spotify pour m'accompagner dans cette lourde tache et écouter un peu de musique occidentale. J'aime bien la musique du coin, mais ma musique à moi me manquait beaucoup. Et surprise ! Pas moyen de l’écouter : mes playlists grisées par ce qui semblait être un problème de droits. Je payais un abonnement pour ne pouvoir écouter ma musique que dans certains pays. #Tristitude et gros foutage de gueule.

Je n'ai pas sauté le pas vers l'auto-hébergement de mon nectar à noreilles en rentrant en Europe, ça se fera bien plus tard, mais ça m'a choqué. J'ai viré l'offre légale et je suis revenu aux CD et surtout aux torrents. J’étais étudiant, dirons-nous. Je voulais ma musique dans mes disques durs et mon iPod (erreurS !) sous Rockbox.
Depuis, j'ai mon serveur avec une instance de Sonerezh et mon instance de NextCloud qui y synchronise ce que je lui demande. Je suis maître de ma musique et j'aime ça.
On pourrait me rétorquer que je ne découvre pas beaucoup de nouveaux artistes et que je suis déconnecté de ce qui se fait en ce moment. Alors oui, je plaide coupable : ma culture de la musique actuelle est affreusement mauvaise mais, croyez-moi, je le vis très, très bien. Quant à ma capacité de découverte, entre mes amis, mes collègues et diaspora*, je dois avoir une vision du monde musicale un peu plus variée que celui qui se colle au poste de radio. Ils ont la musique qu'ils aiment, j'ai la mienne.

Je devrais aussi parler de l'offre légale en matière de films mais je l'ai déjà fait par ici. J'ai pas noté d’évolution depuis, pas besoin de mise à jour.

Enfin, on se trouve dans un monde dans lequel nous ne sommes plus propriétaires de notre musique, de nos films. Il devient difficile de matérialiser l'achat d'une œuvre (je ne dirai pas produit !) en 2016 pour la simple et unique raison que les gens ne s'offusquent pas d’être enfermés dans des silos. Ils ont oublié l’époque des CD, des DVD, de leurs belles collections et des soirées cinéma "On ramène un film chacun et on verra ensemble !".

Ils l'ont oublié, certes, jusqu'au jour où ils découvriront qu'une entreprise peut fermer, avec leurs collections, et qu'en fait, avoir sa collection, ses choix, ses extravagances et personne pour les faire disparaître pour une question de droit ou d’économie, c’était quand même la belle époque.

1 commentaire

#1  - Phipe a dit :

Billet que j'aurais pu écrire moi même... la technique de l'auto hebergement mise à part...
C'est tout à fait ça! en plus tu oublies aussi une chose très importante dans ces modèles technologiques des silos. Tout absolument tout repose sur ... le fait d'avoir des tuyaux, une connexion internet donc et permanente (pour mieux espionner/pister/surveiller...?) !!! Quoi qu'il en soit la connexion permanente reste AMHA une utopie (même si les coupures sont rares, elles peuvent exister hein dada?)

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot myoi ?