Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Web

Google, le web et le Reste

Rédigé par dada / 08 août 2018 / 10 commentaires


C'est étonnant. Parfaitement étonnant. Un nombre non négligeable de geeks libristes se servent encore et toujours de Google Chrome/Chromium. Une frange énorme de la population se sert de Google Mail. Et que dire de Google Search ? Pas grand chose. Android ? Bah.

Dans un billet intitulé "Il était une fois le web : la guerre" datant d'il y a un peu plus de 2 ans, je vous partageais une vidéo d'un gars expliquant calmement la direction dans laquelle le web se dirigeait. Il a le regard d'un bonhomme de son temps, un geek de 2016, et tout au long de sa conférence, il nous parle de Chrome comme du nouveau IE 6. Ça parait difficilement croyable quand on a vécu cette période. Les moins de 30 ans ne doivent pas être capable d'imaginer ce que c'est. Et pourtant. Allez donc voir cette conférence.

Aujourd'hui, en 2018, les statistiques de mon blog me traumatisent. Google est partout en majorité. J'ai la chance de drainer des visiteurs plus alertes que les autres : Firefox est loin, mais bien moins loin que chez les autres. Ce que je comprends ? Que personne ne s'intéresse à la diversité, à l'égalité, à l'équité. Google : ça marche, c'est efficace et c'est compatible avec tout ce qu'on peut voir.

Je lisais un article : Google a-t-il ralenti YouTube sur les navigateurs rivaux de Chrome ? On va me dire que c'est normal, que le nom complet de Youtube, c'est Google, et que rien n'empêche le propriétaire d'une plateforme d'en faire ce que bon lui semble. Pourtant, en 2018, pour profiter de Youtube, pour pouvoir nous en servir avec les mêmes droits que les utilisateurs de Google Chrome, nous devons installer une extension.

Imaginez, une seconde, qu'on vous dise que vous ne pouvez pas accéder à l'autoroute parce que votre voiture n'est pas du bon constructeur. On vous balance sur une départementale pendant que les voitures Google, autonomes ou pas, continuent tranquillement leur chemin. La seule solution qui s'offre à vous pour enfin profiter des 130km/h, c'est de passer par un garage pour modifier votre bagnole. Ça vous énerverait. La situation actuelle du web devrait vous énerver, vous faire peur.

Je vous invite à visionner la conférence de XavCC à Pas Sage en Seine de cette année :


Au delà de l'influence de Google sur le web, il y a l'influence de Google sur le loyer de votre appartement, sur l'emploi, sur le type de société, sur l'éducation et j'en passe.

Si vous ne savez pas vraiment pourquoi vous être en train de me lire à l'aide de Google Chrome, allez télécharger Mozilla Firefox.
Si vous connaissez des gens qui ne savent pas pourquoi ils utilisent Google Chrome, sortez vôtre bleu de travail pour aller leur installer Mozilla Firefox.

Redevenez des acteurs du web et plus seulement des utilisateurs.

Les nouveaux trusts

Rédigé par dada / 14 janvier 2016 / 6 commentaires


Si j'en crois la définition de Wikipedia, le mot trust désigne le plus souvent une entreprise qui possède une position forte, voire dominante, dans un secteur donné.

Et ben, vous savez quoi, c'est ce qui me traverse l'esprit quand je traîne sur l'internet à la recherche d'information. On sait que l’époque des blogs est quasi révolue, qu'ils n’intéressent plus vraiment grand monde. De nos jours, ce genre de vieux média est remplacé par les youtubeurs. La transmission de l'information se fait par la vidéo, moins par l’écrit. Pourtant, il reste des gars qui usent leurs touches de clavier, mais ce ne sont plus des blogueurs.

Les fermes de billets, c'est aussi comme ça qu'on pourrait les appeler. Vous savez, ces sites qui se donnent un apparence professionnelle et qui ne sont qu'une accumulation d'articles ou de tutoriels sur un thème donné. Dans le domaine technique, on en trouve sur l'utilisation de CentOS, de Debian, de MySQL, etc. On parle ici de sites qui ne parlent que de ça, reprenant le contenu du web pour le centraliser sur leur ferme de billets. Et ces gars là, ils assurent avec Google.

Rien qu'une recherche sur l'installation de MySQL sur CentOS et on se retrouve sur le site de Tecmint, par exemple. Je pourrais me marrer en voyant que ce sont sont des indiens qui y pondent le plus de billets alors que je me souviens très bien du bordel que c’était quand j'ai passé un an au MIT, mais nan.
Ces sites, comme celui de DigitalOcean sont des bonnes sources d'information, fiables. Je m'en sers souvent, pour installer autre chose que MySQL sur CentOS, même si cet OS est une plaie. Ils sont bon, donc ils montent dans les résultats de recherche. Comme ils sont alimentés par une foule de gars (et de nanas), leurs articles sont toujours à jour. Pour finir, ils se servent de CMS bien calibrés pour s’emboîter avec Google.

Au quotidien, je me rends compte que je ne passe plus que par des sites vitrines, regroupant l'intelligence globale pour vendre leurs services et/ou produits. Ça me navre.



Elle est où l’époque où une recherche sur le net retournait un billet de blog bien foutu avec l'avis du blogueur et ses anecdotes drôles, ou pas, autour de l'installation et la configuration de bidule et truc ? On dirait que c'est foutu. Qui va s'amuser à pondre un billet dans cet environnement trusté par ces gros tas ? Des irréductibles, qui vont temporairement s'arroger le droit d’apparaître dans le Top 3 de Google pendant deux mois puis disparaître.