Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Loki

Loki : jouer avec ses logs dans Grafana

Rédigé par dada / 18 juin 2019 / 2 commentaires



Le 3 juin dernier est sortie la première version beta de Loki : la v0.1.0. J'attendais cette première version depuis un bon moment ! Depuis le FOSDEM, pour être précis. Grand fan de la stack Prometheus / Grafana, je bavais d'impatience de pouvoir mettre les mains dans un système d'agrégation de logs directement dans Grafana. On y est alors regardons comment ça se passe !

Loki

Loki se comporte comme Prometheus : c'est un logiciel que vous allez installer sur votre machine qui sert pour le monitoring de votre infrastructure et le laisser vivre sa vie. Comme son mentor, ou presque, il va falloir lui associer des exporters pour le gaver de données : Promtail.

Installation

Pour le moment, je me sers de Loki dans un conteneur docker, parce que c'est marrant et parce que voilà. Pour le faire tourner comme j'en ai envie, j'ai besoin de deux fichiers :

- le Dockerfile
FROM grafana/loki

COPY local-config.yaml /etc/loki/local-config.yaml

CMD ["/bin/loki", "-config.file=/etc/loki/local-config.yaml"]
- Les conf dans local-config.yaml :
auth_enabled: false

server:
  http_listen_port: 3100

ingester:
  lifecycler:
    address: 127.0.0.1
    ring:
      kvstore:
        store: inmemory
      replication_factor: 1
  chunk_idle_period: 15m

schema_config:
  configs:
  - from: 2018-04-15
    store: boltdb
    object_store: filesystem
    schema: v9
    index:
      prefix: index_
      period: 168h

storage_config:
  boltdb:
    directory: /tmp/loki/index

  filesystem:
    directory: /tmp/loki/chunks

limits_config:
  enforce_metric_name: false
  reject_old_samples: true
  reject_old_samples_max_age: 168h

chunk_store_config:
  max_look_back_period: 0

table_manager:
  chunk_tables_provisioning:
    inactive_read_throughput: 0
    inactive_write_throughput: 0
    provisioned_read_throughput: 0
    provisioned_write_throughput: 0
  index_tables_provisioning:
    inactive_read_throughput: 0
    inactive_write_throughput: 0
    provisioned_read_throughput: 0
    provisioned_write_throughput: 0
  retention_deletes_enabled: false
  retention_period: 0

Il n'y a pas grand-chose à raconter sur ces deux fichiers. J'ai volontairement réduit le Dockerfile au strict minimum puisque je ne m'en sers que pour copier la configuration de Loki directement dans le conteneur, histoire de réduire la liste des paramètres à son lancement.

Exécution

Pour lancer Loki, on va taper ça dans son terminal :
docker run -d -p 3100:3100 loki
Si tout s'est bien passé, vous devriez avoir un conteneur qui vous répond des politesses :
root@monito:~# curl 127.0.0.1:3100
404 page not found
C'est normal. Par contre, si vous avez autre chose, c'est pas normal.

Maintenant que Loki tourne comme un grand, il faut bien comprendre qu'il ne sert à rien sans son comparse Promtail.

Promtail

Installation

Pour installer Promtail, on va faire exactement comme avec Loki : un conteneur simple avec un peu plus de paramètres au lancement.

- Le Dockerfile :
FROM grafana/promtail

COPY docker-config.yaml /etc/promtail/docker-config.yaml

ENTRYPOINT ["/usr/bin/promtail", "-config.file=/etc/promtail/docker-config.yaml"]
- La conf dans docker-config.yaml :
server:
  http_listen_port: 9080
  grpc_listen_port: 0

positions:
  filename: /tmp/positions.yaml

clients:
  - url: http://IP_SRV_LOKI:3100/api/prom/push

scrape_configs:
- job_name: system
  static_configs:
  - targets:
      - localhost
    labels:
      job: varlogs
      __path__: /var/log/*log
Si vous avez le coup d’œil, vous devriez avoir remarqué que cette configuration ressemble furieusement à celle de Prometheus : surtout la partie scrape_configs. On y retrouve la conf des jobs, les targets, labels, etc.
Remarquez qu'ici, vous devez remplacer IP_SRV_LOKI par l'IP du serveur sur lequel vous avez effectivement lancé Loki.
Ici, Promtail va aller gratter tous les fichiers locaux se terminant par log dans le répertoire /var/log/ le tout en les classant dans le job system avec le label varlogs.
Locaux, vous dites ? Mais nous sommes dans un conteneur : par quelle magie est-ce possible ? En jonglant avec les volumes !

Exécution

On build le conteneur :
docker build -t promtail .
Dans ce cas simple, on peut lancer Promtail comme ceci :
docker run -d -p 9095:9095  -v /var/log:/var/log promtail
Voyez qu'on monte les logs locaux de la machine dans le conteneur, les rendant accessibles à Promtail. N'hésitez pas à jouer de exec -it pour vérifier qu'ils sont bien là.

On se retrouve avec un Loki capable d'être gavé et d'un Promtail qui, pour le coup, gave Loki. Chouette.

Grafana

Maintenant que les bases sont en place, allons dire à Grafana de nous afficher tout ça. Si, comme moi, Grafana tourne sur la même machine que Loki, ça va être facile. Il faut ajouter un nouveau Data Source local : http://localhost:3100.

Une fois que c'est fait, foncez jouer dans la rubrique Explore et faites votre sélection ! Bon, pour le moment, vous n'avez que les logs system d'une seule machine, mais c'est déjà ça. Si je vous montre le graphique des logs Nginx de ma machine principale, vous avez ce genre de chose :


Si vous affichez cette capture d'écran en grand, vous devriez bien remarquer le manque de sérieux dans quelques-unes de mes configurations (rien de grave, rassurez-vous). On y voit du gris, du vert et du rouge.

Non, vous n'aurez pas les logs à proprement parler mais faites moi confiance, ils s'entassent en dessous.

L'affichage des logs est manipulable avec le Log Stream Selector. Ce machin permet de filtrer l'affichage simplement. Dans mon exemple, remarquez que je sélectionne le job nginxlogs et le hostname de ma machine.
Vous pouvez aussi filtrer le contenu même des logs, le texte en gros, mais je vais vous laisser chercher par vous-même.

Si vous avez vraiment le coup d’œil, dans la configuration de Promtail que je vous propose juste au dessus, il n'y a pas de hostname, ni de log Nginx d'ailleurs.

Pour que ça marche chez vous, vous devez déjà monter le répertoire de log de Nginx dans le conteneur et utiliser cette configuration :
- job_name: nginx
  static_configs:
  - targets:
      - localhost
    labels:
      job: nginxlogs
      __path__: /var/log/nginx/*log
      hostname: b2d
Vous pouvez l'ajouter à la suite de ce que je propose déjà, ça vous fera déjà plus de logs à parcourir !

Bref. Afficher des logs dans Grafana, c'est chouette, mais Loki ne permet heureusement pas que ça sinon il n'y aurait aucun intérêt à parler d'un truc pas encore terminé.

Loki et Prometheus

Avoir un Loki en parallèle d'un Prometheus, ça permet de coupler la puissance des exporters Prometheus avec les logs pompés par Loki. Et ça, c'est beau ! Comment ? En cliquant sur "split" pour partager l'écran de Grafana en choisissant Loki d'un côté et Prometheus de l'autre.

En image ça donne quelque chose comme ça :


Ce qu'on y voit ? La corrélation entre les logs Nginx et le load de la machine. Bon, certes, ce n'est pas foufou mais je n'avais pas d'exemple super pertinent à vous montrer. Quoi qu'il en soit, cette combinaison Loki/Prometheus vous permet de mettre en image ce que vous voulez et ainsi réagir comme il faut, le tout avec un peu de PromQL et des filtres.

Deux yeux, un affichage unifié, c'est franchement cool. Et je ne vous parle pas encore de l'extase si vous avez bien fait l'effort de faire correspondre les labels entre les deux outils...!

Perso, je trouve ça absolument génial et j'ai hâte de continuer à approfondir ma maîtrise de ces beautés !

De retour du FOSDEM 2019

Rédigé par dada / 07 février 2019 / Aucun commentaire


Qu'on aime ou pas cet événement, la Réunion Européenne des Développeurs de Logiciels Libres et Open Source est devenue mon week-end préféré de l'année. Ou presque.
C'est toujours avec un plaisir fou que je me retrouve entouré des gens avec qui je ne peux discuter qu'à travers un écran le reste de l'année : du suisse, de l'allemand, du français, du finlandais et, nouveauté 2019, un américain ! Bref, des copains, trop d'anglais, des bières belges et des discussions jusqu'à pas d'heure.

Cette année et contrairement aux autres fois, j'ai réussi à assister à des conférences et à boire de la bière avec modération ! Je vous assure que ce n'est pas une mince affaire quand on connaît le talent de nos amis belges en matière de brasserie. Le vin est à la France ce que la bière est à la Belgique !

Voici un aperçu de ce que j'ai vu. Tout est en anglais et je ne crois pas qu'il existe un moyen de mettre des sous-titres. Si la langue d'Ed Sheeran n'est pas votre fort, passez votre chemin.

Ceph storage with Rook : Running Ceph on Kubernetes


Je connaissais déjà la bête et vous êtes en plein dedans si vous lisez cet article. Je pensais pouvoir découvrir deux ou trois trucs mais la démonstration qui devait être faite à la fin de la présentation n'a pas pu se faire : souci d'écran.

Loki - Prometheus for logs


Sur celle-là, j'ai carrément jubilé ! Ce truc a l'air vraiment super sympa. J'ai déjà essayé de le faire tourner dans mon cluster mais ce n'est pas vraiment stable. En plus clair, ça fait tomber les nodes un par un à cause d'une consommation de mémoire vive ahurissante.

ActivityPub Panel

 

Assez inévitable quand on est à fond dans le Fédiverse : la table ronde autour d'AP. C’était intéressant et je vous encourage à la regarder même si Chris Webber et son accent américain fatiguent rapidement les oreilles.

Matrix in the French State

 

Assister à une conférence qui parle à la fois de Matrix et de l'État Français, je ne pouvais pas rater ça ! C'était fichtrement intéressant, même si le bonhomme s'est amusé à comparer l'ANSSI à la NSA...

The Cloud Is Just Another Sun

 

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en allant voir cette conférence. Faut dire que j'avais pas totalement lu le descriptif. On y apprend qu'il faut se méfier du Cloud. Je vous invite vivement à la regarder, le mec est clair, et à vous forger une opinion sur le sujet.

Pour le lolz

On est allé, avec les gars de Feneas, voir la conférence autour du réseau social basé sur la blockchain : Hey. Pas grand chose à en dire. C'était technique et très concentré autour de la chaîne de blocs. Je n'ai pas compris grand chose.

Bref

Des litres de bières, des rencontres, des sujets qui font du bien au cerveau et surtout, mais surtout, des gens avec qui on n'arrive jamais à capter : c'est ça le FOSDEM, mon FOSDEM, que j'aime tant !

Merci aux organisateurs et à l'année prochaine !