Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Médias

Streamer sa musique librement

Rédigé par dada / 05 décembre 2017 / 14 commentaires


Il existe des tonnes de façon d'apprécier sa musique sans pour autant la traîner sur des CD ou sur la carte mémoire de son téléphone. Les plus simples consistent à prendre un abonnement chez Deezer ou chez Spotify mais, manque de chance, c'est plein de DRM et ça ne fonctionne pas partout sur la planète. Oui, je reste un grand traumatisé de Spotify : je n'ai jamais réussi à écouter mes playlists alors que je vadrouillais en Syrie (avant !).

Du coup, voici ma solution. Ce n'est peut-être pas la plus simple mais elle me permet de combiner Nextcloud, Sonerezh et Power Ampache. Avec tout ça, j'écoute ma musique via une interface web et via une application mobile partout où je veux et je contrôle tout. Le seul souci, c'est que ça me coûte cher en musique.

Nextcloud ?

Pour n'avoir qu'à copier/coller mes dernières trouvailles dans un répertoire de mon PC. Il va être parcouru par le client de synchronisation : son contenu va donc directement être envoyé sur le serveur de streaming. C'est simple, facile et pour les feignants. En plus, ça fait déjà un backup.

Music ?

C'est l'application qui permet de lire ses fichiers audios dans NC. Ça fait du bon boulot, mais c'est moche et assez lent. Je préfère carrément Sonerezh. Ceci-dit, elle supporte l'API d'Ampache, et ça, c'est cool. Vous le voyez arriver, le lien avec Power Ampache ?

Power Ampache ?

Là, c'est le Graal. Votre NC est configuré, Music fournit l'API d'Ampache : Power Ampache va tout récupérer. Vous avez maintenant du streaming audio de qualité sur votre Smartphone. Bah oui, ça supporte le FLAC, tout ça !
Ah, et pensez à cocher "Offline Songs" si ça vous embête de pomper votre forfait 3/4G.

Sonerezh ?

Quand votre NC récupère vos fichiers audios, vous y avez accès via Music et Power Ampache, mais pas via une belle et rapide interface web. C'est là que Sonerezh débarque.
Pour que ça marche, il faut lui dire d'aller récupérer le contenu de votre répertoire Musique qui est dans Nextcloud, tout simplement.
Perso, je suis passé par le principe du stockage externe de Nextcloud pour que tous les partis puissent se parler, et que je puisse faire du gros copier/coller depuis mon PC sans avoir jamais à me connecter au serveur.

Qu'est-ce que ça donne ?

Sonerezh :



Power Ampache :


Tout cela n'est pas parfait, mais c'est de la bonne bidouille ! Du logiciel libre et un peu d'idées pour ne plus jamais se prendre le choux à gérer sa musique entre le local et le distant. Y'a sans doute plus simple, mais bon, une fois que ce système est en place, on n'a plus qu'à vérifier les tags avec EasyTAG et à faire un copier/coller. Cool.

diaspodon.fr - le bout de Mastodon de diaspote.org

Rédigé par dada / 22 octobre 2017 / Aucun commentaire





Vous le savez, c'est de notoriété publique, je m'occupe du pod diaspora* répondant au doux nom de diaspote.org. C'est mon bout de diaspora* à moi, à Augier et à ses quelques utilisateurs.
Ces derniers mois ont vu naître et grandir Mastodon, le pendant libre de Tweeter. On avait un Facebook libre, nous voici maintenant avec un Twitter libre. Il respecte ce qui me tient à cœur : un internet décentralisé et loin du puritanisme anglo-saxon. J'ai rien contre ce dernier, ce n'est juste pas ma culture. Il m'empêche de voir/lire/écrire ce que je veux.

J'ai rapidement monté un serveur Mastodon sur l'antique machine qui servait à diaspote.org à ses débuts. C'était une installation rapide, lente et pas vraiment sérieuse. Je dois avouer que je ne croyais pas du tout en ce truc essayant de jouer dans les platebandes de Twitter. Raté, comme le prouvent les
plus de 3 500 toots de mon compte.
Dimanche matin, j'ai profité de la météo exécrable de ma Lorraine natale pour migrer diaspodon.fr sur une grosse machine, toute propre et dédiée à son bonheur.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes et vous êtes les bienvenus !

Un mot rapide sur la configuration qui vous fera apprécier Mastodon :

- L'extension Stylus avec le script permettant de profiter de toute la largeur de son écran
- L'application Mastalab pour tooter partout où il y a du réseau

Bonnes inscriptions !

UBports prend le relai d'Ubuntu Touch

Rédigé par dada / 28 mai 2017 / 3 commentaires




Ubuntu Touch. On va encore raconter que c'est un terrible échec et que blablabla.
Soit, ça n'a pas donné ce qu'espérait un grand nombre de libristes. On pourrait même dire qu'Ubuntu nous a fait le même coup que Firefox OS : on se lance, on fait de la communication dans tous les sens et on finit par laisser tomber le projet, faute de moyen et de croissance.

C'était prévisible. Je me souviens avoir écrit un billet racontant que j'allais supporter l'initiative en choisissant une tablette et non un smartphone. Jouer avec une tablette qui peut se retrouver seule au monde du jour au lendemain, c'est peu gênant. Jouer avec un smartphone, outil du quotidien, qui peut se retrouver loin de mises à jour de sécurité et de stabilité : non.
Enfin, je n'ai pas spécialement suivi les commentaires / articles / billets de blog qui se sont, peut-être, déchaînés après l'annonce de l'abandon par Canonical par simple manque d'intérêt : faut pas jouer, les amis, quand on sait qu'on va perdre.

Ce qui change par rapport à l'aventure Firefox OS, semble-t-il, c'est la force de la communauté d'Ubuntu. Clairement, on dirait qu'elle donne une leçon à celle de Mozilla. Même si les situations sont différentes, certes, les ubunteros semblent avoir réussi à pondre une alternative à UT : UBports. C'est d'ailleurs depuis ma M10 FHD tournant avec l'OS communautaire, que je vous écris ces quelques lignes.

Je vais prendre quelques jours pour faire le tour du propriétaire et je reviendrai pondre un billet sur ce qu'il y a de bien et de moins bien entre la version obsolète d'UT et la nouvelle chose communautaire qu'on appelle maintenant UBports.

Pour celles et ceux qui voudraient déjà se lancer dans l'aventure, la liste des appareils supportés est disponible par ici.

Installer Collabora Online avec Nextcloud

Rédigé par dada / 05 avril 2017 / 19 commentaires




Le soleil repointe le bout de son nez et je ne trouve plus le temps de sortir des billets. L'apéro passe avant tout mais malgré ça, j'ai quand même pas mal joué avec mon serveur.
D'abord, j'ai changé de crémerie, encore, pour laisser tomber mon C1 chez Scaleway pour une Kimsufi aux caractéristiques bien plus rigolotes : adieu l'ARM, coucou le Core i3. Ça m'a permis de mettre en place l'objet de ce billet : Collabora Online dans Nextcloud via Docker !

je présuppose que votre machine tourne sous Debian Jessie (what else ?) avec Nextcloud 11.0.2.

Installer Docker

Je suis passé par l'installation de Docker CE. Ça permet d'avoir une version plus récentes de la bête.

On commence par les dépendances qui vont bien :
apt-get install apt-transport-https ca-certificates curl software-properties-common 
On enchaîne sur la clé GPG du dépôt :
curl -fsSL https://download.docker.com/linux/debian/gpg | apt-key add -
On ajoute le dépôt dan le sources.list :
add-apt-repository "deb [arch=amd64] https://download.docker.com/linux/debian $(lsb_release -cs) stable" 
Pour finir, on installe notre nouveau jouet et c'est parti !
apt-get update && apt-get install docker-ce

Mise en place du conteneur de Collabora

On le télécharge :
docker pull collabora/code 
On le lance :
docker run -t -d -p 127.0.0.1:9980:9980 -e 'domain=votre\\.instance\\.com' --restart always --cap-add MKNOD collabora/code 
C'est pendant cette étape que je me suis le plus pris la tête... Ils disent de lancer docker avec pour paramètre un sous-domaine pour Collabora alors qu'il ne le faut pas, pas chez moi du moins. En fait, comme Collabora tourne sur le même serveur que mon instance, pas besoin de sous-domaine.

Configurer votre Vhost

Pour Nginx, ajoutez ces lignes dans votre vhost : (snippet ici).

    # static files     
    location ^~ /loleaflet {
        proxy_pass https://127.0.0.1:9980;
        proxy_set_header Host $http_host;
    }       
    # WOPI discovery URL
        location ^~ /hosting/discovery {
        proxy_pass https://127.0.0.1:9980;
        proxy_set_header Host $http_host;    
    }        
    # websockets, download, presentation and image upload
    location ^~ /lool {        
        proxy_pass https://127.0.0.1:9980;
        proxy_set_header Upgrade $http_upgrade;  
        proxy_set_header Connection "upgrade";
        proxy_set_header Host $http_host;
   }
Pour Apache2. c'est trop long alors cliquez sur snippet !

Et voilà pour le plus chiant !

Activer Collabora

Maintenant, pour terminer, allez donc activer l'application en la configurant avec le sous-domaine de votre instance : https://votre.instance.com. Pensez bien à cliquer sur "Appliquer" si vous ne voulez pas risquer de devenir chèvre...

Tous ces efforts vous permettront de cliquer paisiblement sur ces 3 nouvelles options :



Amusez-vous bien !

Vérifier la sécurité de son instance Nextcloud

Rédigé par dada / 07 mars 2017 / 2 commentaires


Avoir son informatique dans les nuages, c'est franchement chouette. Mettre en place les services dont on a besoin et s'en servir, c'est même carrément jouissif pour le bidouilleur que je suis. Et je ne vous parle même pas des services inutiles que je m'amuse à faire tourner quand même ! Ne me regardez pas comme ça, nous sommes nombreux dans ce cas-là !

Dans les services que j'utilise beaucoup, il y a ownCloud, devenu Nextcloud dans mon cas. Il fait vraiment le café et me rend un nombre impressionnant de services. Du coup, il est devenu particulièrement critique : à force de mettre des choses et d'autres dedans, on y retrouve une partie de ma vie loin de l'écran, carrément personnelle, que je ne veux pas voir traîner n'importe où.

Là aussi, je suppose que je ne suis pas le seul dans ce cas et c'est peut-être pour ça que les gars de NC ont sorti un utilitaire pour scanner et analyser la qualité de l'installation de leur bébé de part le grand Internet et ses habitants, qui ne sont pas toujours des grands spécialistes.



Voici ce que vous devriez tous avoir sous les yeux une fois l'adresse de votre instance donnée à bouffer au scanner, et c'est presque un minimum ! Le A+ traduit un serveur configuré avec les normes en vigueur chez les professionnels. Ça tombe bien, l'hébergement, c'est mon métier.

Cette note est tout de même trompeuse puisqu'elle ne s'intéresse pas à la configuration complète du serveur sur lequel Nextcloud tourne, mais c'est déjà ça.

Si vous passez par un prestataire, faites aussi le test et n'hésitez pas à lui remonter, poliment, d'éventuelles inquiétudes !

Nextcloud étant un outil qui doit rester ouvert sur le web, il doit impérativement faire l'objet d'une vigilance importante. D'autres outils peuvent tourner avec des accès très restreints, pas NC.

Je profite de ce billet pour balancer un lien vers cet article de l'excellent Reflets.info : Jacques Attali digital, au propre et au figuré. On peut y lire des choses à la fois drôles et tristes sur la vitrine web de gens qu'on imaginerait à l'écoute de ce genre de problématique. Et je ne parle même pas de Yahoo...