Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

UBports prend le relai d'Ubuntu Touch

Rédigé par dada / / 3 commentaires




Ubuntu Touch. On va encore raconter que c'est un terrible échec et que blablabla.
Soit, ça n'a pas donné ce qu'espérait un grand nombre de libristes. On pourrait même dire qu'Ubuntu nous a fait le même coup que Firefox OS : on se lance, on fait de la communication dans tous les sens et on finit par laisser tomber le projet, faute de moyen et de croissance.

C'était prévisible. Je me souviens avoir écrit un billet racontant que j'allais supporter l'initiative en choisissant une tablette et non un smartphone. Jouer avec une tablette qui peut se retrouver seule au monde du jour au lendemain, c'est peu gênant. Jouer avec un smartphone, outil du quotidien, qui peut se retrouver loin de mises à jour de sécurité et de stabilité : non.
Enfin, je n'ai pas spécialement suivi les commentaires / articles / billets de blog qui se sont, peut-être, déchaînés après l'annonce de l'abandon par Canonical par simple manque d'intérêt : faut pas jouer, les amis, quand on sait qu'on va perdre.

Ce qui change par rapport à l'aventure Firefox OS, semble-t-il, c'est la force de la communauté d'Ubuntu. Clairement, on dirait qu'elle donne une leçon à celle de Mozilla. Même si les situations sont différentes, certes, les ubunteros semblent avoir réussi à pondre une alternative à UT : UBports. C'est d'ailleurs depuis ma M10 FHD tournant avec l'OS communautaire, que je vous écris ces quelques lignes.

Je vais prendre quelques jours pour faire le tour du propriétaire et je reviendrai pondre un billet sur ce qu'il y a de bien et de moins bien entre la version obsolète d'UT et la nouvelle chose communautaire qu'on appelle maintenant UBports.

Pour celles et ceux qui voudraient déjà se lancer dans l'aventure, la liste des appareils supportés est disponible par ici.

3 commentaires

#1  - Lapineige a dit :

> Ce qui change par rapport à l'aventure Firefox OS, semble-t-il, c'est la force de la communauté d'Ubuntu. Clairement, on dirait qu'elle donne une leçon à celle de Mozilla.

C'est tout ce que je leur souhaite ! :)

Tu vas un peu vite en besogne à mon avis (c'est tout jeune tout ça, et je rappelle qu'une semaine après l'annonce de Mozilla on était 200 sur un pad à s'organiser pour une suite) mais ça semble bien parti pour - et le contexte un peu différent peut aider.
Je m'explique:

Pour Firefox OS, en pratique l'implication de la communauté avant la transition (donc jusque début 2016) était relativement faible, et surtout orientée dans la promotion (via les différentes structures du type MozFr). Peu de contributions techniques, et pas forcément dans les domaines les plus techniques justement (à bas niveau).
Donc un petit complément utile, mais pas de quoi faire vivre un projet tel quel.

Avec la transition, on a enfin eu une communauté qui s'impliquait techniquement, mais elle est restée limitée: le développement reposait majoritairement sur des employés de Mozilla (dont une bonne partie est restée ensuite) et une dizaine de bénévoles sont venus s’ajouter.
Et on a quand même eu beaucoup de mal à en faire venir plus malgré les différents appels, beaucoup d'observateurs sont venus, ou de personnes pour faire un peu de doc'/com'. Mais très peu de nouveaux dévs (et disons le, il n'étaient pas facile de démarrer).
Toutes ces contributions sont essentielles, mais ce qui est nécessaire pour faire vivre le projet, la partie développement, a manqué.
Donc ça c'était déjà pas mal calmé après la transition, mais ça avançait lentement mais sûrement.
Après, on utilise et dépend de Gecko, et les choix stratégiques de Mozilla ont fait que le modèle sur lequel on reposait est inutilisable.
Maintenant, on a bien du mal à avoir des dévs (grosso modo: 1 actif) pour faire avancer le schmilblick.
C'est d'autant plus bête qu'un groupe a forké, a trouvé des finances et emplois 17 dévs, mais a fait un choix technique qui l'envoi irrémédiablement dans le mur.


Chez la communauté UBports, manifestement la dépendance à Canonical est un peu plus faible, et surtout l'implication technique est là. Reste à espérer qu'on jettera pas bébé avec l'eau du bain comme se fut le cas avec Firefox OS (avant les annonces - ça crachait déraisonnablement sur Mozilla).
Peut-être qu'on va enfin réussir à faire un projet communautaire d'OS libre sur smartphone...

Répondre
#2  - dada a dit :

Je dois t'avouer que j'avais commencé la partie provocation de ce billet par un "Désolé Lapineige.. []" mais j'ai renoncé assez rapidement :P

Merci pour ton commentaire autour de B2G OS, toujours complet et bien intéressant !

Répondre
#3  - Lapineige a dit :

Quoi t'as peur d'un lapin blanc ? :P

Pour être clair: j'ai pas du tout pris ça pour de la provoc'. Ils ont déjà sorti une mise à jour.
Le contexte est différent en effet, nous il nous fallait changer un paquet de chose, on était dans l'expectative et la réflexion pendant un temps. Mais je ne pense pas qu'on aurait été capable de le faire aussi vite dans le même contexte.
Donc j'espère bien qu'iels vont continuer à nous donner des leçons, on a terriblement d'un peu de logiciel libre dans le monde mobile...
(en attendant du hardware libre, un jour peut-être)

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot dvgy ?