Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Attention, ce billet se traine depuis plus de 3 mois. Les informations qu'il contient ne sont peut-être plus à jour.


L'hébergement par ses propres moyens

Rédigé par dada / / 14 commentaires


Quand on prend la décision de passer par la location d'un serveur pour propulser ses services sur la toile et donc de ne pas passer par un simple fournisseur d'espace disque et de PHP, on doit en être conscient : ce n'est pas toujours une partie de plaisir.

Professionnel de l'hébergement, je suis ce que les commerciaux appellent, et vendent, un DevOps, ou encore WebOps. Je passe ma journée devant des écrans noirs avec du texte bizarre dedans : gérer des serveurs et leurs problèmes, c'est mon travail au jour le jour. Pourtant,  il y a une grosse différence entre mon statut de grand de l'infrastructure et du système que je suis le jour et le locataire de quelques machines chez Scaleway que je suis la nuit : je n'ai pas la main en cas de petit problème, et c'est une horreur !

Ces dernières 24h, mon pod diaspora et les services associés sont tombés sans raisons apparentes. J'ai relancé la machine pour mettre à jour le kernel, en corrigeant au passage la dernière faille de sécurité de ce dernier, et rien n'est reparti comme prévu. Le serveur démarre mais ne va pas jusqu'au bout. L'horreur.
Dans ces cas-là, on se retrouve sans connexion SSH : autant dire à poil complet. Réaction classique ? Faire un ticket au support de l'hébergeur, normal. Sauf que croyant en mes compétences, j'étais persuadé de pouvoir faire face à toutes les situations. C'est mon taff quand même. Je n'ai qu'un compte "classique", pas premium, pas entreprise, un truc gratuit. Et ce genre de compte, ça fait mal : il faut attendre des heures pour avoir une réponse foireuse du genre "Avez-vous bien redémarré votre serveur en passant pas le panel d'administration ?". Sérieusement, y'a de quoi devenir fou, surtout quand ça vient plus de 10h après la création du ticket. Faut répondre à ça quand même : "Oui, j'ai fait, 15 fois, sans succès". "Ok, on escalade le ticket vers des techniciens plus compétents". J'imagine.
L'escalade faite, j'attends et j'attends encore. Je relance une fois, deux fois, trois fois : rien. finalement, je me dis qu'il doit bien y avoir une solution pour que je m'en sorte pas mes propres moyens. Le serveur n'est pas joignable mais il doit y avoir quelque chose à faire ! Eh oui : le "rescue mode".
Ce truc-là permet de booter une sorte d'autre machine qui vous permettra de monter vos partitions dedans. Un accès simple aux fichiers de votre serveur mourant... et donc aux logs. Et ces logs, si les gars avait pris quelques minutes pour les regarder au lieu de me répondre des conneries, m'ont appris que j'avais un simple souci avec un dhclient au boot. C'est tout, juste ça. Un tour sur le net pour trouver le fixe et c'est torché. 5 vieilles minutes !

C'est fou.

Tout ça pour vous raconter que prendre la responsabilité de gérer son propre serveur, c'est un risque et qu'il faut savoir s'en remettre à ses seules compétences parce que personne ne vous entendra crier.

14 commentaires

#1  - Oni_Shadow a dit :

Du coup, on récupère le diaspote quand à peu près ? :) Merci pour le service en tout cas !

Je ne sais pas si tu as vu d'ailleurs mais avant que le pod ne tombe je t'ai posé une question sur la possibilité d'utiliser python avec tkinter sur la tablette unity que tu possèdes, as-tu des infos dessus?

Répondre
#2  - dada a dit :

Diaspote est de retour. J'ai écrit ce billet quand tout était corrigé. D'ailleurs, faudrait que je fasse plus la promotion de http://status.diaspote.org pour prévenir de l'état du serveur...

Sinon, je me souviens de la demande, j'étais un peu occupé ces derniers jours : je regarde ce soir si j'y arrive !

Répondre
#3  - Oni_Shadow a dit :

Effectivement c'est de retour (ça ne marchait toujours pas chez moi quand j'ai posé la question)
C'est gentil pour la demande :)
Ah aussi, je vais déménager en région parisienne d'ici trois semaines pour un boulot, il y a moyen que je me ramène à l' ubuntu party, y seras tu?

Répondre
#4  - dada a dit :

J'ai fait relancé la machine pour réactiver le tchat : y'a un souci au reboot du pod avec prosody que je dois corriger.

J'ai prévu d'y aller, mais comme rien n'est jamais certain avec moi (hein Augier ? :p), je te ping quand j'ai des infos solides.

Répondre
#5  - Oni_Shadow a dit :

Merci pour tout !

Répondre
#6  - lapineige a dit :

> je n'ai pas la main en cas de petit problème, et c'est une horreur !

Totalement d'accord, de ne pas avoir la machine sous la main, ni même une machine sur le réseau local (avec accès au stockage ;) ça devient vite la panique quand il ne démarre pas, que tu perds la connexion.
Surtout qu'autant on peut faire des backup très sérieusement, prendre des tas de précautions, autant certaines manip' (comme ta mise à jour du kernel) si ça casse c'est silence radio :/

Après tout dépend de la criticité du service. Un pod diaspora ou des courriels c'est hautement plus embêtant que le Owncloud familial par exemple, qui peut attendre 24h.

Répondre
#7  - Phipe a dit :

Et voilà pourquoi je passe par O2Switch vu mon absence totale de capacités devops...

Répondre
#8  - Augier a dit :

> mais comme rien n'est jamais certain avec moi (hein Augier ? :p)

*Augier approuve*

Répondre
#9  - pololasi a dit :

T’avais qu'a prendre un compte premium :D

Du coup tu passes ailleurs que chez Scaleway ? Genre sur ta machine a toi ?

Répondre
#10  - dada a dit :

Oh nan, j'ai pas la place pour faire ça dans mon placard. Après, si y'a un hébergeur CHATON qui me tente, un changement peut être envisagé.

Répondre
#11  - pololasi a dit :

Et un Proliant dans ton salon ça te tente pas ?
Une tour 5 U qui fait un bruit d’hélicoptère ça décore avantageusement un appart parisien.

Répondre
#12  - dada a dit :

J'ai pas les moyens d'avoir un salon, tu sais :D

Répondre
#13  - pololasi a dit :

Alors tu chaufferas ton studio grâce au serveur

Répondre
#14  - Sabcat a dit :

"Tout ça pour vous raconter que prendre la responsabilité de gérer son propre serveur, c'est un risque et qu'il faut savoir s'en remettre à ses seules compétences parce que personne ne vous entendra crier. "


C'est ça qu'est bon. :)

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot leib ?