Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Technologie

Je me suis mis à l'impression 3D

Rédigé par dada / 11 août 2020 / 13 commentaires


Celles et ceux qui me suivent sur Mastodon ou Pixelfed savent que j'ai franchi le pas : j'ai enfin ma bête à la maison. Je vais vous raconter des trucs, parce que voilà, c'est un monde qu'il est quand-même chouette et qui se rapproche de celui des libristes.

Le choix de la bête

Quand je ne sais pas quoi choisir, je demande de l'aide. Je n'avais pas beaucoup de contraintes : une machine produite en France, avec une entreprise domiciliée en France et de quoi bidouiller sans me ruiner. Quelques toots plus tard, j'étais mis en relation avec des makers qui m'ont trouvé ce que je voulais : Dagoma 3D ! Une entreprise du Nord de la France qui fait des imprimantes 3D. Nickel.

Ne voulant pas d'un truc clé en main, exit la Magis, j'ai donc craqué pour une Disco Ultimate avec l'option écran. Quelques euros en moins (tirés de mon arrêt du tabac) et quelques jours plus tard, je me retrouve avec des petits cartons et beaucoup trop de bobines de PLA :


Je vous laisse parcourir l'album photo dédié à mes délires 3D pour comprendre qu'une imprimante 3D en kit, c'est vraiment un truc en kit. J'ai passé des heures à la monter. Dans ma mémoire, la dernière fois que j'ai autant souffert, c'était pour l'installation de ma première distribution GNU/Linux, Ubuntu 6.06, il y a plus de 14 ans !

Un univers libriste-compatible

J'ai découvert un truc assez fou : le monde de l'impression 3D est assez similaire au monde du logiciel libre.
  • On y retrouve un Github, qui s'appelle Thingiverse.
  • La plupart des imprimantes ont des plans en opensource.
  • Les pièces de rechanges sont imprimables.
  • Il existe un GNU/Linux des imprimantes : Marlin. Ce dernier est forké au bon vouloir des constructeurs.
  • Le logiciel pour préparer les impressions, Cura, est opensource et en python.
En gros, on a le droit d'utiliser, de modifier, d'améliorer et de redistribuer les modifications des outils. Ça ressemble à notre univers, non ?

Anecdote : j'ai cassé une pièce lors de l'assemblage de ma bête. J'ai tout de même réussi à finir le montage, à apprendre à gérer la machine et à imprimer la pièce cassée en allant sur le Github du constructeur. Rien que ça, je trouve que c'est génial.

On en fait quoi, de son imprimante ?

J'ai commencé par imprimer de quoi me servir sereinement d'elle. Une bobine, ça doit bien se dérouler, j'ai donc commencé par imprimer des supports de bobines. C'est simple et ça donne rapidement un résultat. Quoi de plus agréable que de commencer par un truc qui vous allez immédiatement utiliser ?

Ensuite, j'ai commencé par faire des choses pratiques comme un support pour mon téléphone, celui de mon père, de mon frangin, etc.... J'ai ensuite commencé à mêler le geek traditionnel du numérique et mes envies d'impression en sortant un boîtier pour Raspberry Pi :



Franchement, c'est comme une distribution GNU/Linux : vous en faites ce que vous voulez ! Amusez-vous à faire des recherches dans les sites qui regorgent de modèles pour vous rendre compte à quel point c'est fou.

L'autre jour, j'ai fait une recherche avec un modèle précis de plafonnier LED. Il manquait des attaches... Quelques minutes m'ont suffi pour trouver ces attaches modélisées gentiment par un illustre bienfaiteur. J'ai imprimé ça et le souci était réglé.
Dans le genre, j'ai deux disques durs externes en RAID1 branchés au module F de mon Turris Mox pour avoir mon Nextcloud en local. Une recherche rapide et je tombe sur de quoi ne plus les laisser traîner. J'adore.

La prise en main

Se mettre à l'impression 3D n'est pas une chose si facile que ça. C'est un environnement qui a ses codes et ses repères : on parle de slicer, de gauchissement (warping), de STL, de PLA, de Z Offset, skirt, etc. Le vocabulaire est dense.

Une chose que je n'avais pas comprise au départ : c'est le temps d'impression. Bordel que c'est lent ! Compter 30min pour un truc rikiki et une dizaine d'heure pour une pièce élaborée.

C'est aussi un univers riche en modèles : de l'imprimante à 150€ au monstre à 8 000€, il y a des différences. En trouvant la pièce que vous cherchiez sur, disons, cult3d, rien ne dit que vous allez pouvoir l'imprimer avec l'outil que vous avez à la maison. Il faut faire attention !

Comme toute nouvelle activité, il faut se mettre dedans, prendre le temps de se planter, de tester et de garder son calme.

La modélisation

Pour le moment, je continue à beaucoup m'appuyer sur ce que les gens partagent. Je me mets doucement à la modélisation mais c'est épuisant. C'est un monde que je ne connais pas du tout. Tout est à apprendre.

D'abord, il faut choisir son logiciel :
FreeCAD et OpenCAD sont les seuls logiciels libres de la liste. SketchUp ne me plaît pas. J'ai réussi à faire des pieds pour mon Mox avec ThinkerCAD. Ma première pièce conçue, imprimée et utilisée :


 
Ceci-dit, c'est Fusion360 que je vais approfondir. Pourquoi Fusion360 ? Ça semble être l'outil le plus poussé et le plus utilisé. De plus, ils ont pondu une version web qui permet de s'en servir sous Linux.

Des ressources ?

Après les liens fournis tout au long de ce billet, je vous encourage à rejoindre la joyeuse équipe que j'ai découvert sur le salon Matrix Impression3D. Là-bas, vous trouverez un lien vers un superbe pad regroupant tout ce qu'on a trouvé !

J'ai fait de la vidéoprotection

Rédigé par dada / 29 avril 2020 / 1 commentaire


Nan, je déconne ! J'ai fait de la vidéosurveillance. Il faut savoir appeler un chat un chat et je vous redirige vers cet article histoire de bien rigoler. Bref.

La genèse

Après avoir découvert la présence d'excréments sur la terrasse du jardin familial, nous avons déclaré que c'était de la merde de loir. Ni une, ni deux, on installe une cage pour capturer l'animal et le renvoyer chez le voisin plus loin. Il s'est avéré que nous nous sommes plantés et que c'était les rejets d'un hérisson !

Du coup, pour m'amuser, et ayant déjà une partie de la configuration disponible, j'ai décidé de mettre en place un système pour voir la créature se balader.

Le matériel

En photo, ça ne donne pas grand chose mais c'est rigolo :

  • Un Raspberry Pi B de 2011
  • Une webcam USB
  • Une batterie externe de 6 000 mAh
  • Un projecteur avec détecteur de mouvement

Configuration du Raspberry Pi

Raspbian

Pour commencer, installez l’indétrônable Raspbian dans la carte SD de votre Raspberry. Pensez à prendre une carte avec un peu d'espace disque. Ceci dit, ce n'est pas la peine d'en prendre une de 32 ou 64Go si, comme moi, vous utilisez le RPi 1 : cette vieille bête ne permet pas de jouer avec des grosses définitions. Oubliez le 1080p ou le 720p, ça sera bien moins.

Note : J'ai récemment appris que Ubuntu avait enfin une version dédiée au nano-ordinateur. C'est cool mais elle n'est compatible qu'avec les RPi modèles 2 à 4 : mon vieux jouet de 2011 n'est pas supporté.

Motion

Comme plus ou moins tout le monde, c'est Motion que j'utilise. Cet outil permet de détecter des mouvements en analysant, en gros, les changements de couleur des pixels. C'est très simple et très efficace.

Pour l'installer :
apt install motion
Niveau configuration, voici ce que j'ai modifié dans /etc/motion/motion.conf
daemon on
framerate 24
threshold 500
pre_capture 2
post_capture 2
Le fichier est assez long et indigeste. Je n'ai absolument pas tout lu. Si vous voulez en faire le tour, préparez un peu de café.

En faisant mes tests, je me suis rendu compte que si je voulais avoir le meilleur équilibre entre la puissance du RPi et la qualité/fluidité de la vidéo, je devais garder la résolution par défaut (320x240) et passer le framerate à 24. Augmenter l'une ou l'autre de ces variables sur un modèle B non overclockable, c'est mettre la machine à genou très vite.

Niveau détection du mouvement, le hérisson étant une petite créature, j'ai pas mal augmenté la sensibilité de Motion en la passant de 1500 à 500.

Si vous êtes des pros en matière de vidéo, je suis preneur d'info (simples) autour des réglages.

Au passage, je remercie ma nièce et son doudou pour le test grandeur nature de déclenchement de l'enregistrement :


Voyez qu'on ne fait pas de miracle avec ce genre de matos et que ça donne une ambiance flippante à une scène qui ne montre qu'une peluche de chat au bout d'un bambou.

Maintenant que le RPi fonctionne, que Motion tourne quand on le lui demande et que la batterie est chargée, y'a plus qu'à se préparer à allumer le dispositif à la tombée de la nuit. Si j'en crois mes logs, j'ai tout branché à 19h56. D'après ce site, j'ai maximum 7h devant moi.

Et le projecteur ?

L'animal que je cible dort le jour et se déplace de nuit. Ma webcam est toute naze. Du coup, il me faut un truc qui éclaire la zone filmée en cas de passage de la bête. Un petit projecteur avec détecteur de mouvement fait le boulot.  

Un projecteur qui fonctionne sur batterie et une batterie pour le RPi : oui, pas moyen de tirer un câble électrique jusqu'à la zone cible.

Le résultat

On s'en doute, toute cette opération repose sur une chance folle. Et je crois avoir eu de la chance :


C'est mignon, non ? Moi, je suis très fier !

Si on s'amuse à récapituler la chance qu'il a fallu pour avoir 20 secondes d'images floues :
  • La lumière s'est allumée quand le hérisson est passé
  • Motion a bien sauvegardé le passage de la bête
  • La batterie a tenu jusqu'au passage de la cible
  • La webcam posée en équilibre n'est pas tombée
  • Tout ce bordel était au bon endroit
  • Quand la batterie a lâché, l'arrêt brutal du RPi n'a pas corrompu les vidéos
  • Branché peu avant 20h, tout s'est arrêté vers 1h20. Loin des 7h théoriques
Bref. Courage à toutes celles et ceux qui n'ont pas la chance de profiter d'un peu de verdure.

Des bisous

De l'alerting à base de logs

Rédigé par dada / 12 février 2020 / 2 commentaires


Cela fait un moment que je cherche un moyen de déclencher des alertes à partir d'erreurs spécifiques dans les logs. En fait, ça fait depuis la sortie de Loki que j'en rêve.



Pour rappel, le couple Loki/Promtail, permet de centraliser des logs dans Grafana pour les visualiser calmement plus tard. En gros, ça peut donner un truc comme ça, ou comme ça.
Après avoir mis tout ça en place, je trouvais dommage de ne pas pouvoir continuer l'intégration jusqu'au bout : repérer un message d'erreur dans des logs et transformer l'écran de monitoring en sapin de Noël.

En fait, c'était déjà possible, j'avais juste raté l'information !

Préambule

Ce dont je vais parler dans la suite du billet nécessite d'avoir déjà la stack Loki + Promtail + Grafana + Prometheus + Alert-manager. Ça demande un peu d'huile de coude et de temps mais ça s'installe très bien.

Les Pipelines

Promtail, comme tout exporter, expose des metrics de toute sorte. De base, il fait des choses simples, mais avec les Pipelines, on peut pousser le truc plus loin : ajouter le timestanp à une ligne de log, modifier des labels, ajouter clairement le numéro de ligne du log et, on y est, créer une metric custom !

Créer une metric custom

On va commencer par un exemple très simple :
scrape_configs:
- job_name: system
  static_configs:
  - targets:
      - localhost
    labels:
      job: varlogs
      __path__: /var/log/*log
      hostname: diaspodon.fr
  pipeline_stages:
  - match:
      selector: '{job="varlogs"}'
      stages:
      - regex:
          expression: ".*(?P<error_message>error_message.*)"
      - metrics:
          error_total:
            type: Counter
            description: "total count of errors"
            source: error_message
            config:
              action: inc
Ceci est une partie de la configuration du Promtail en place sur mon serveur Mastodon. Ce n'est pas la plus propre du monde mais ça fera l'affaire.

Le job

On y voit la configuration qui permet de remonter les logs système de /var/log/*.log avec le label varlogs et un hostname forcé :
- job_name: system
  static_configs:
  - targets:
      - localhost
    labels:
      job: varlogs
      __path__: /var/log/*log
      hostname: diaspodon.fr

Le pipeline

On enchaîne ensuite avec le fameux pipeline, que je vais présenter en deux parties : le selector et les metrics 

- La partie selector
  pipeline_stages:
  - match:
      selector: '{job="varlogs"}'
      stages:
      - regex:
          expression: ".*(?P<error_message>error_message.*)"
Le selector permet de s'y retrouver. On va aller chercher à bidouiller les logs du job varlogs, pas ailleurs. Le stage permet de mettre en place une expression régulière en RE2, la version Google est regexp, pour filtrer l'information dont on a besoin.
Ici, je veux qu'une action soit déclenchée à chaque fois que error_message apparaît dans les logs. Celles et ceux qui ont une instance Mastodon savent de quoi je parle. Pour les autres, c'est quand un message ne peut pas atteindre son destinataire. C'est très courant.

- La partie metrics

Pour finir, la partie metrics est carrément celle qui nous intéresse le plus : elle va, comme son nom l'indique, créer une metric qui sera remontée à Prometheus.
      - metrics:
          error_total:
            type: Counter
            description: "total count of errors"
            source: error_message
            config:
              action: inc
On va lire la configuration lentement : La variable error_total sera de type Counter avec la description "total count of errors" et sera alimentée par error_message, défini dans la regexp précédente (entre les <>). De 0, la variable sera incrémentée de 1 à chaque match.

Prometheus

Vérifier la configuration

Vous voyez le truc ? On vient de mettre en place une metric custom qui sera remontée par Promtail vers Prometheus. À l'heure où j'écris ces lignes, cette metric ressemble à ça :
root@diaspodon ~ # curl -s http://localhost:9080/metrics   | grep custom
# HELP promtail_custom_error_total total count of errors
# TYPE promtail_custom_error_total counter
promtail_custom_error_total{filename="/var/log/daemon.log",hostname="diaspodon.fr",job="varlogs"} 92831
promtail_custom_error_total{filename="/var/log/syslog",hostname="diaspodon.fr",job="varlogs"} 50050
On retrouve bien la metric déclarée dans Promtail : error_total, avec son nom complet : promtail_custom_error_total.

Vous me direz que ce n'est pas très joli et vous aurez parfaitement raison. C'est un exemple, juste un exemple !

Mettre en place de l'alerting

Maintenant que vous avez des données dans Prometheus, rédiger une règle d'alerting est assez simple. On devrait s'en sortir avec ce type de chose :
  - alert: Error_total
    expr: promtail_custom_error_total > 1
    for: 1m
    labels:
      severity: critical
    annotations:
      summary: "Instance {{ $labels.instance }} is invaded by custom errors!"
Simple, rapide, efficace. Si une erreur apparaît, elle sera repérée et une alerte sera déclenchée. Y'a plus qu'à faut qu'on vérifier que votre installation spamme correctement les développeurs pour les mettre sur le coup rapidement.

Pour aller plus loin

Je viens de rapidement parcourir le sujet pour vous donner envie d'y mettre le nez. En l'état, la configuration proposée a un gros problème : une fois qu'une erreur est détectée, le Counter sera incrémenté et rien ne lui permettre de revenir à 0. C'est assez chiant.

J'ai deux façons de contourner le problème : la première avec les développeurs, la deuxième avec ses seuls moyens.

Si les développeurs sont adorables, ils peuvent mettre en place un petit bout de code qui va écrire dans les logs que tout est revenu à la normale. En passant du Counter à une Gauge, on peut dire à Promtail d'incrémenter la metric quand un souci est détecté puis de la décrémenter quand tout redevient fonctionnel. Ça permet de jongler entre 0 et 1 et pas plus.

Par contre, si vous êtes tout seul, vous pouvez tricher en décidant de mettre en place une règle d'alerting qui fait un rate() sur 1h, ou la durée que vous voulez, pour avoir des passages à vide et des périodes de souci. Ça permet d'éviter de passer d'un Counter à une Gauge mais ça demande à mettre un délai de retour au calme long et d'être assidu sur les chan/salon/mail d'alerting.

Bref, c'est encore un point sur lequel je réfléchis. Si vous avez des idées, je prends.

Enfin voilà.

Des bisous

Se faire un réveil 4.0 avec un Raspberry Pi

Rédigé par dada / 15 janvier 2020 / 10 commentaires


Je me suis toujours méfié des objets connectés. Ce n'est un secret pour personne : une grande partie des babioles vendues sous la bannière IoT ou objet connecté sont des machins non sécurisés, non maintenus, non écologiques et d'un intérêt plus que discutable.


Ceci dit, avec l'aide de la WebThings Gateway de Mozilla, il est possible de commencer à jouer avec son matériel existant pour le rendre connecté. Ce truc permet de garder le contrôle des-dits machins connectés puisque le cerveau de ces choses sera dans votre salon et pas sur des serveurs obscurs à l'autre bout du monde.

Un exemple que je vous propose : mettre de côté votre ancien réveil, qui marche très bien, pour le remplacer par un Raspberry Pi.

Les ingrédients

Pour ce faire, il vous faudra :
  • un Raspberry Pi (du Zero au RP4)
  • des enceintes classiques
  • un câble jack
  • l'URL de streaming de FranceInfo

Le Raspberry Pi

Vous allez commencer par utiliser WebThings Gateway comme système d'exploitation de votre Raspberry Pi. C'est une Rasbpian, basée sur Debian donc, modifiée par Mozilla, rien de plus.
Je ne vais pas m'éterniser sur la procédure d'installation : c'est très simple.
Il suffit d'aller télécharger l'image disponible ici, de flasher la carte SD avec et de placer cette-dite carte dans l'ordinateur.

Une fois que la bête a démarré, un nouveau réseau Wifi va apparaître. Connectez vous y depuis votre PC et suivez la procédure de configuration :
  • connectez-la au réseau wifi de votre box
  • créez un compte utilisateur
  • choisissez l'URL qui va bien
L'attribution de l'URL peut prendre du temps, ne paniquez pas, ne touchez à rien : Mozilla vous enverra un lien par mail quand tout sera effectif.

Installer l'extension Radio

Par défaut, WTG ne fait pas grand chose. Tout comme pour Firefox, Mozilla s'appuie sur les gens pour fournir des extensions en pagaille. Et ça marche plutôt pas mal si j'en crois le dépôt officiel.

Je vous laisse cliquer dans les menus pour installer Radio : Settings > Add-ons > le + en bas à droite -> Internet radio. 

L'add-on vient avec quelques webradios inconnues au bataillon. Pas grave, on va installer celle qui nous intéresse : la radio d'État.


Pour récupérer l'adresse de streaming, je suis passé par ce lien qui m'a permis de trouver ça :
  • http://direct.franceinfo.fr/live/franceinfo-midfi.mp3
Il est possible que le flux change ou qu'il ne soit pas vraiment fonctionnel alors prenez le temps de le vérifier. L'autre jour, par exemple, j'avais bien un flux lu mais il ne contenait pas le moindre son : méfiez-vous.

Maintenant, vous devriez avoir WTG correctement configuré dans votre Raspberry Pi. Il ne reste plus qu'à créer la règle qui va permettre d'allumer tout ça aux heures voulues.

Mettre en place le réveil 4.0

WTG fonctionne, en gros, avec deux principes : les choses (things) et les règles (rules).

Les règles permettent de faire faire des choses à vos choses. Vous suivez ?


Dans le cadre du réveil, on va s'amuser à dire à WTG d'activer la chose radio, avec le volume qui va bien, à l'heure qui va bien. Le panneau de création d'une règle est coupé en deux :
  • À gauche, la ou les conditions d'entrée
  • À droite, la ou les conditions de sortie


On va remarquer la complexité relative de la règle puisqu'il faut :
- Deux choses Clock qui déclenchent deux événements à 7h du matin
- Une chose Radio qui allume la radio
- Une chose Radio qui fixe le volume

En une seule phrase, la logique ressemble à ça : À 7h du matin, tu allumes la radio et à 7h du matin, tu montes le volume à 75.
La partie volume de ma règle n'est pas obligatoire. Elle est présente dans mon exemple parce que le volume de base, 50, est trop faible à mon goût.

Aller un peu plus loin

Dans mon cas personnel, j'ai décidé d'ajouter une règle qui arrête la radio à 8h. Pourquoi ? Parce que je dois impérativement décoller à 8h sans quoi je rate mon train.


Si vous avez capté la logique, j'ai utilisé une chose Clock qui se déclenche à 8h et une chose Radio qui arrête la boucle d'informations du matin.

Et voilà !

Conclusion

Vous n'avez plus qu'à laisser votre imagination tourner. Avec WTG, vous pouvez avoir des objets connectés qui se contrôlent depuis un ordinateur dans votre salon que vous pouvez arrêter quand vous le voulez et qui est entièrement open-source.

C'est sans intérêt, donc indispensable ! Bonne année !

7 astuces pour économiser sa connexion 3G/4G et sa batterie

Rédigé par dada / 29 août 2019 / 7 commentaires


Android, pour ne parler que de lui, est devenu le Windows des systèmes d'exploitation mobiles. Voici quelques conseils pour le calmer et soulager votre téléphone.

1 - Utilisez Firefox comme navigateur par défaut

On vous dit qu'il est lent, qu'il est moins bien ? Laissez les gens parler. Utiliser ce navigateur par défaut en installant l'extension uBlock Origin permet de naviguer sur Internet sans charger les publicités et autres cochonneries. Sachant que les publicités peuvent représenter jusqu'à 25% du poids d'un site, ça fait 25% de data économisées ! Google Chrome a déclaré ne plus vouloir laisser les bloqueurs de pub travailler : laissez-le tomber.

2 - Installez Blokada

Blokada permet d'aller plus loin encore qu'avec Firefox en bloquant les échanges permanents de votre téléphone avec l'extérieur. Le coté smart de votre phone, ça se dit pour les choses qu'il balance à Internet, absolument pas pour sa capacité à utiliser des logiciels.
Avec Blokada, les applications que vous avez ne pourront plus aller pomper votre forfait 3G sans votre accord.

3 - Supprimez les applications inutiles

Vous lisez, disons, la presse en ligne ? Supprimez tout de suite leurs applications mobiles et optez pour les PWA. Késako ? Votre téléphone est parfaitement capable de créer une application à partir d'un site web. C'est ça, une Progressive Web App : c'est créer une application LeMonde sans installer l'application du même nom. Dans 99% des cas, les applications n'apportent rien et bouffent votre data pour envoyer des statistiques aux entreprises partenaires. En allant sur ces sites avec Firefox, une petite maison avec une croix à l'intérieur va apparaître : en cliquant dessus, vous installez votre application, économique celle-là. Trop facile.

4 - Supprimez les applications Google

Si vous découvrez maintenant que les applications de Google consomment de la data alors que vous ne vous en servez pas, il est temps de sortir de votre grotte ! Que ce soit Mail, Maps, Docs ou les autres, elles communiquent en permanence avec les serveurs d'Alphabet, consommant votre data, épuisant votre batterie alors que vous n'avez rien demandé.
Prenez un peu de temps pour nettoyer votre téléphone et vous sauvegarderez de la data et de la batterie ! Il existe un paquet d'applications effectuant les mêmes tâches, sans siphonner votre forfait 4G.

5 - Désactivez les services inutilisés

Vous avez sans doute pris l'habitude de laisser le Wifi, le Bluetooth ou encore le GPS activés ? Désactivez tout ça quand vous n'en avez pas besoin. Avec le Wifi actif loin de votre boxe, votre téléphone, perdu, essaiera de se connecter à tous les réseaux qu'il va croiser, en suçant votre batterie. Idem pour le Bluetooth. Pour le GPS, c'est encore pire : il vous géolocalisera tout le temps pour répondre à la curiosité des applications que vous traînez. Dégagez tout ça !

6 - Streaming, Réseaux sociaux

Est-ce que vous vous êtes déjà demandé combien vous coûtent les applications de streaming musical ? Perso, au rythme de 4 ou 5 albums que j'ajoute à ma collection par an, j'ai de quoi écouter de la musique d’excellente qualité pour 70€ l'année. Le truc magique ? Prenez 5min pour copier/coller votre collection dans la carte SD de votre téléphone.
Les réseaux sociaux ? Vraiment ? On en parle ? L'application Facebook pompe jusqu'à 20% de votre batterie. Twitter ? Vous utilisez encore ce truc à la con ? Viendez sur Mastodon, plutôt.

7 - Installez une ROM alternative

Les constructeurs et vendeurs bourrent votre téléphone d'applications lamentables : des applications qui fonctionnent sans rien vous demander tout en massacrant votre 4G et votre batterie.
Pour vous débarrasser de façon radicale de toutes ces cochonneries, pensez à aller voir du côté de /e/OS : si votre téléphone est compatible, tentez votre chance et essayez-le ! Vous pourrez toujours installer des applications du Playstore, mais uniquement celles que vous voulez, ce coup-ci !

Enfin voilà. Prenez le temps de faire du ménage, de reprendre le contrôle du machin que vous laissez dans la poche et vous serez plus heureux.