Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Attention, ce billet se traine depuis plus de 3 mois. Les informations qu'il contient ne sont peut-être plus à jour.


Hacker le débat

Rédigé par dada / / 2 commentaires


Quand on y réfléchit, nous sommes passablement lamentables, nous les libristes. Nous avons réussi à monter des logiciels plus efficaces, plus résilients et plus transparents pour nos petits besoins mais jamais nous n'avons réellement réussi à prendre de l'ampleur.

Les réseaux sociaux ne nous conviennent pas ? Un gus dans son garage sort Mastodon.
Passer du temps à engraisser Google via Youtube ? Peertube apparaît pour nous sortir de là.
Nous n'aimons pas rester dans un silo ? Finassons ActivityPub pour interconnecter nos modes de communications.

Avec le Grand Débat, nous avions une chance de mettre en branle nos communautés pour participer aux discussions autours de choix sociétaux. Et qu'est-ce qu'on arrive à faire ? Rien.

Nous n'arrivons plus à motiver les gens sur les questions logicielles. Je ne vais pas expliquer pourquoi, je vous laisse le soin de lire le billet de Cyrille BORNE sur le sujet. C'est mort, il faut passer à autre chose.

Ne devrions-nous pas nous lancer quand même dans la bataille d'idées qui va avoir lieu ? Bien sûr que si !

Notre transparence

Nos logiciels sont libres. Cette définition est maintenant reconnue comme gage de qualité dans le milieu professionnel via l'appellation Open Source. Nous avons gagné cette bataille. Le libre est caché partout derrière nos écrans. Pourtant, dans la vie de tous les jours, il n'existe plus. Nous aurions dû gagner sur ce terrain là aussi.
Quoi de mieux qu'une comparaison simple dont je m'étonne de ne pas la croiser plus souvent : en matière politique, le libre s'apparente à nos urnes électorales. Nos logiciels sont transparents et permettent à des assesseurs de tous bords de regarder ce qu'il se trame. C'est transparent, honnête et critiquable par tous. Nous respectons des principes moraux centenaires et pourtant la majorité s'en cogne.

Notre force technique

Rien qu'en se limitant à Mastodon ou Peertube, nous avons une armée de DevOps et d'administrateurs système et réseau capable de mettre en œuvre n'importe quelle idée folle. Et en quelques jours seulement. Des centaines d'admin Mastodon, c'est énorme. Je ne sais pas s'il existe une entreprise française avec une telle force de frappe ! Nous avons moins de développeurs mais qu'importe. Ils produisent déjà des logiciels incroyables en gérant efficacement leurs communautés à travers des forges logicielles !

Notre force financière

On n'a pas un rond ? Si, nous en avons. Le développeur de Mastodon vit de son travail pour la communauté. Framasoft emploie Chocobozz pour développer Peertube et j'en passe. Nous avons des outils pour gérer nos dons et pour les répartir. Ça marche alors pourquoi ne pas continuer à s'en servir ? Loin de moi l'idée de faire croire que nous pouvons réunir 10% du budget café de Google, mais nous pouvons quand même faire des choses. Nous avons quand même les moyens d'amorcer un projet jusqu'à un plan de financement plus traditionnel, s'il le faut.

Allons-y !

On me dira qu'il existe déjà des exemples d'impact du logiciel libre dans la vie politique : Mediamanif, par exemple. Son utilisation est à l'arrêt et je me demande si elle a vraiment servi ? Il doit y en avoir d'autres, mais ils m'échappent.

Nous semblons toujours arriver après guerre, quand tout est terminé, avec des alternatives. D'ailleurs, ce mot "alternative" commence sérieusement à me courir sur le haricot. Est-ce que pour une fois, il ne serait pas possible d'arriver avant les autres ?

Je me demandais comment hacker le Grand Débat, en lâchant un simple message sur Mastodon. Quelques minutes plus tard, j'apprends qu'une startup a déjà proposé ses services à quelques collectifs pour héberger et gérer une plateforme collaborative. Mais bordel, c'est dingue ! On se retrouve avec un début d'alternative au Grand Débat qui n'est pas basé sur un logiciel libre et qui est entre les mains d'une #CivilTech dont personne ne connaît le nom et dont les offres d'emploi se concentrent sur des juniors et des stagiaires ! Stop ! Comment est-ce possible ?!

Je n'ai pas épluché le fonctionnement de Communecter (lien), mais ça me semble bien plus honnête qu'un truc non libre, non ?! Si cet outil n'est pas parfait, logiciel libre oblige, nous pouvons participer à son amélioration à travers leurs répo !

Bref, ceci est un billet d'humeur. Faites en ce que vous voulez.

Classé dans : Édito / Mots clés : aucun

2 commentaires

#1  - paidge a dit :

Billet pertinent. En ce qui concerne le chapitre "On a pas un rond ?", j'aurais envie de te parler d'une nouvelle crypto : la monnaie libre Ğ1, co-produite non pas par minage mais par un Revenu Universel de création monétaire. Plus d'infos sur mon site ;)

Répondre
#2  - bob a dit :

Et oui le gauchisme est mort...

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot dcfj ?