Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Attention, ce billet se traine depuis plus de 3 mois. Les informations qu'il contient ne sont peut-être plus à jour.


Faites le pont !

Rédigé par dada / / Aucun commentaire

Diaspora_large_new.png

C'est l'une des premières choses qui me vient à l'esprit quand je me demande comment donner plus de peps à Diaspora*, le réseau social alternatif.

Vous êtes encore de nombreux libristes à avoir des comptes Google Plus, Facebook ou Twitter. Je ne vous blâme pas.

Avant, je me disais que ça valait le coup de garder un pied dans ces réseaux tout en utilisant les autres : parler de notre passion libriste parmi les utilisateurs lambda tout en recherchant la compagnie des plus barbus d'entre nous dans des réseaux plus obscures. C'est une solution qui peut satisfaire, et puis fuir ces réseaux est un choix difficile voire impossible à faire.

Ceci-dit, vous pourriez faire un petit quelque chose pour aider les alternatives.

Il n'est jamais rare de tomber sur des articles intéressants sur ces réseaux. Lorsque vous tombez sur l'un deux, pourquoi ne pas alimenter votre compte Diaspora* avec ?

Ça peut paraitre idiot. Copier/coller le contenu d'un Facebook/Twitter dans une instance Diaspora* n'est pas la solution ultime pour faire migrer les gens mais ça y participe, indirectement.

On pourrait croire que la manipulation ne permettrait que de gonfler artificiellement les statistiques des alternatives barbues. Ça serait le cas s'il n'y avait pas la volonté de réellement changer de réseau.

De mon expérience personnelle, je peux vous dire que j'ai reçu des mails d'amis qui me demandaient pourquoi j'avais viré Facebook. Ils avaient l'habitude de me prendre pour leur flux RSS. Ils n'ont pas franchi le pas de l'inscription mais ils savent maintenant qu'ils peuvent me suivre ici et sur mon compte Diaspora*. Un petite victoire.

Vous vous rendrez compte qu'il y a des utilisateurs sur ces réseaux. Ils ne sont pas nombreux, certes, mais souvent bien plus pertinents que les "flooders" des réseaux traditionnels. Avec un peu de chance, vous serez bien plus charmés par leurs réactions et vous préférez poster vos informations chez eux plutôt qu'entre les photos de bouffe et les vidéos de chats de vos "amis" sur Facebook.

Pour finir, on peut essayer d’espérer un effet boule-de-neige. S'il y a plus d'utilisateurs actifs et donc de contenu intéressants sur Diaspora*, il y aura plus d'utilisateurs actifs, donc plus de contenu, donc, etc.

Je ne parle que de Diaspora* puisque c'est une réseau que j'affectionne, mais il n'est pas seul.

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot aajawo ?