Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

OxyRadio : la radio libre

Rédigé par inconnu / 24 août 2009 / Aucun commentaire

Vous cherchez une radio libre ? Un radio qui passe de la bonne musique ? Un radio libre qui passe de la bonne musique ? Et ben, y'a OxyRadio.

Loin de ce que font les radios classiques, OxyRadio ne passe pas de pub mais elle balance de la musique en permanence.

oxyradio.png

Le staff présente aussi des émissions cool et intéressantes sur tout un tas de sujets :

  • Les enfants du web
  • OxyLibre

Si vous en avez marre des radios classiques et des playlists qui tournent en boucle, passez sur OxyRadio !

Classé dans : / Mots clés : aucun

Debian Lenny plus à jour

Rédigé par inconnu / 24 août 2009 / Aucun commentaire

Comment se passer des dernières versions de OpenOffce.org, de The Gimp ou de Pidgin alors qu'on est fan de la stabilité de Debian Lenny ?

Pour moi, ce n'est pas possible, alors voici la dernière techniques que j'ai découverte pour bénéficier de la stabilité et de la nouveauté :

Ajouter les dépôts Backports pour Lenny


Éditez votre sources.list :

gedit /etc/apt/sources.list

Puis ajouter ces dépôts :

deb http://www.backports.org/debian lenny-backports main contrib non-free

Obtenez la clé GPG :

aptitude update && aptitude install debian-backports-keyring

Installer le paquet de votre choix

aptitude -t lenny-backports install “paquet”

Ils regroupent des versions plus à jour de vos logiciels préférés et des paquets propriétaires comme flash ou des codecs. On y trouve aussi Compiz-fuzion.

Le grand intérêt de cette méthode est que vous continuez à utiliser des paquets qui sont étudiés pour Lenny et non pour les prochaines versions de Debian.

Avec mon ancienne méthode, l'installation de la dernière version de OpenOffice.org, par exemple, entrainait des mises à jour trop importantes et instables. Avec backports, plus de soucis.

Autre argument de choc : ces dépôts sont maintenus par des développeurs Debian, ce qui donne un gage de sécurité supplémentaire.

sources

Classé dans : / Mots clés : aucun

Merci Windows

Rédigé par inconnu / 24 août 2009 / Aucun commentaire

Titre étrange s'il en est pour le billet d'un bloggeur utilisateur de GNU/Linux et fervent défenseur du Libre. M'enfin bon, allons-y !

Merci, qui ?

Il n'est pas vraiment utile de rappeler que Microsoft Windows est la bête noire des utilisateurs de GNU/Linux de part sa position de monopole. Rappelons-nous tout de même que Microsoft Windows pourri le Web et l'utilisation des ordinateurs en imposant la non-utilisation des standards et en sabotant la vente d'ordinateurs sous GNU/Linux (cf. EeePC et la soudaine extension de vie de XP).

Merci, pourquoi ?

J'ai une approche de Windows qui a évoluée depuis que je n'utilise plus que du Libre. À mes débuts, Windows était une maladie qu'il fallait soigner par tous les moyens possibles et imaginables, avec ou sans l'accord du malade. Réaction d'extrémiste par excellence.

Maintenant, je prends Windows comme une parfaite vitrine du monde du Libre.
Firefox est le parfait exemple de la publicité que WIndows peut nous offrir : un navigateur puissant, complet et très sure. Nul ne sait qu'il vient du système de développement du Logiciel Libre quand il le découvre. Nul ne sait non plus qu'il va découvrir ce monde peu connu en l'utilisant.
C'est exactement la même histoire avec OpenOffice.org. Quoique dans ce cas là, c'est le monde professionnel qui profite de la puissance du Libre. L'impact de OOo est d'autant plus forte qu'il est très capable, gratuit et compatible avec presque tout ce qui se fait en matière de traitement de texte. En somme : il est merveilleux.
Cette puissance et cette efficacité sont aussi bien perçues par les utilisateurs sensibles aux Libre que par les utilisateurs extérieurs à cette philosophie et c'est là qu'on peut avouer que Windows nous sert.

Windows, avec ses 90% part de marché, nous offre le moyen le plus efficace de promouvoir notre univers !

Et GNU/Linux ?

Tout arrive avec le temps et un peu de patience. Commencer par introduire les logiciels libres dans un environnement Windows est le début de la conversion vers GNU/Linux.
Lorsque le "windowsien" ne se sert plus que de OpenOffice.org, de Firefox, de Thunderbird, aMSN, VLC... plus un argument ne peut l'empêcher d'atteindre le nirvana du libriste : l'utilisation d'un système d'exploitation GNU/Linux.

Promouvoir Framasoft !

Framasoft est l'organisme le mieux placé pour s'occuper de la promotion du Libre dans un environnement Windows : c'est son but premier. Soutenir Framasoft, c'est permettre un accès simplifié au Libre à ceux qui ne connaissent encore que l'univers fermé de Redmond. C'est pourquoi il faut soutenir se projet qui offre, depuis si longtemps, l'accès aux valeurs que nous défendons !
Utilisons Windows pour promouvoir nos idées, voici l'idée que je veux défendre dans se billet. Microsoft reste toujours l'ennemi qu'il faut contenir, mais servons-nous en en attendant que l'avènement du Libre soit prononcé !

Voir aussi : Ubuntu est-il mauvais pour le Libre ?

Classé dans : / Mots clés : aucun

Ubuntu est-il mauvais pour le Libre ?

Rédigé par inconnu / 24 août 2009 / Aucun commentaire

Ubuntu est souvent décrier par la communauté des puristes des Logiciels Libres à cause de l'intégration de pilotes propriétaires dans son kernel et l'accès simplifié vers d'autres pilotes propriétaires via des outils d'administration..

Il est vrai que Vrms dénonce la présence de code privateur présent à la source de Ubuntu. Il est aussi vrai qu'après son installation terminée, l'utilisateur va se jeter sur le gestionnaire de pilote propriétaires pour installer les drivers de sa carte graphique, de son modem intégré, de son wifi, ect.

Est-ce pour autant qu'il faut crier au scandale et pointer du doigts la distribution de Canonical si la philosophie du Libre n'est pas plus défendue que ça dans Ubuntu ?

Non. Pourquoi nier que certains drivers privateurs favorisent l'accès au Libre ?

Nul ne veut d'un PC qui ne se connecte pas au wifi. Nul ne veut d'un PC qui n'utilise pas sa carte graphique correctement. Maintenant, si l'accès à GNU/Linux commence par une approche jugée mal-saine par les Libristes, ce n'est pas une raison pour nier tout le bienfait que cela nous apporte dans notre période de développement.

Notre univers est accessible, profitons-en !

Mettons en avant notre culture face à celle des privateurs. Continuons à réclamer l'accès au code sources pour que les différentes communauté crées des drivers libres.

Bref, continuons notre combat !

C'est à nous qu'incombe cette tâche, et si nous y arrivons, si nous mettons à mal le principe du logiciels privateur, qui continuera à l'utiliser ?

Classé dans : / Mots clés : aucun