Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Édito

Manjaro ne passe pas

Rédigé par dada / 07 juillet 2014 / 8 commentaires


Il y a des périodes qui appellent au changement. Après avoir passé ce blog de Dotclear à PluXmL, je passe mon PC fixe de Debian à Manjaro... et de Manjaro à Ubuntu.

L’idée première était de passer mon ordinateur sous Manjaro. J'avais testé Arch Linux quelques mois sur un autre ordinateur et l’expérience s’était révélée drôle mais mes besoins faisaient que cette distribution allait beaucoup trop vite. Du coup, pourquoi ne pas tenter l’expérience Manjaro ? C'est tout pareil, mais en plus calme.

On dirait que la chance n’était pas avec moi.

Ma principale particularité est que j'utilise deux écrans. Je sais que c'est chiant à configurer mais je ne pensais pas ça allait casser le GRUB de Manjaro. Vous me direz qu'il n'y a aucun rapport entre mes écrans et le GRUB et vous aurez parfaitement raison. Le fait est que les différents redémarrages ont massacré le GRUB. Il faut aussi que j'avoue que j'ai deux autres disques durs en plus du disque dur système, des espaces de stockage très importants que je débranche avant toute tentative de réinstallation d'OS. Une fois rebranchés, ils ont du perturber ce malheureux GRUB qui ne marchait plus qu'une fois sur 42.

Bref, je suis actuellement sous Ubuntu. Des années que je n'ai pas testé le jouet de Canonical. Essayons !

Sommes-nous voués à devenir les Amishs de l'informatique ?

Rédigé par dada / 31 mars 2014 / Aucun commentaire

amish.jpg

C'est un peu la question que je me pose quand je vois l'évolution des technologies et l'influence qu'elles ont sur la majorité de mes amis, mais pas sur moi. Comme petit rappel, en plus de vous rediriger vers la page Wikipedia des Amishs, je dirais simplement que les Amishs sont des gens qui vivent à l'écart de la société moderne.

Qu'on ne me parle pas de Facebook qui m’horripile toujours autant mais que je dois conserver si je veux pouvoir garder le contact avec mes proches pendant que je suis en Inde. Enfin, c'est surtout pour qu'ils évitent de me massacrer si je ne donne pas de nouvelle, plus exactement ;-)

La dernière "évolution" en date : WhatsApp, me traumatise réellement. Je ne sais pas comment ça c'est passé en France, mais en Inde, tout le monde s'en sert. Ce pays étant un état fédéral, le cout du roaming entre les opérateurs est évité par l'utilisation de la 3G/Wifi et de cette application mobile. Il semblerait donc que ce soit moins cher et plus simple.

WhatsApp, c'est l'application qui se permet d'envoyer plus de messages qu'il y a de SMS échangés. D'après ce dossier de PC INpact, il semblerait qu'elle ne soit pas la seule sur le créneau, en plus.

Je ne saurais dire si l'utilisation des SMS est plus respectueuse de la vie privée que l'utilisation de WhatsApp mais le fait est qu'on ne passe pas par le serveur d'une entreprise privée qui se ne gênera pas pour revendre nos vies.

Le grand Google gère son Android. WhatsApp rajoute une couche dans la gestion des SMS. Facebook s'occupe du chat en direct. Bref, ça me terrifie.

Encore une dernière note négative : si je ne dis pas trop de bêtise, WhatsApp est gratuit la première années mais est payante par la suite. Un bon plan pour faire venir tout le monde est se faire du pognon après. Honeypot ?

Et moi, je reste là, sans tout ça. Je n'ai même pas de 3G ici. J'ai un côté Amish, qui envoie des mails.

De la quenelle à la vague

Rédigé par dada / 23 janvier 2014 / Aucun commentaire


Logo_La_Vague.png

Ce n'est pas vraiment un billet fantastique que je vous propose pour commencer l'année, ni même un billet sur les sujets qui me tiennent à cœur. Enfin, le B2D est quand même mon blog alors bon.

J'ai envie de vous parler de cette histoire de Dieudonné et de sa quenelle en la comparant avec la première chose qui me soit venue à l'esprit quand, il y a quelques jours, j'ai décidé de me renseigner sur cette affaire.

On me parle d'un homme, de ses moutons et de son signe distinctif. Rien qu'a ces trois aspects, je me replonge dans ce film allemand peu connu : La Vague (Die Welle).

Ce film retrace l'histoire d'un prof et de ses élèves menant une expérience sur l'autocratie et ses dérives.

Si vous n'avez pas vu ce film, jetez-vous dessus. Ce n'est pas vraiment une œuvre fantastique mais elle a le mérite de faire réfléchir.

Vous y trouverez peut-être de quoi avoir vraiment peur du mouvement de Dieudonné qui s'attaque à des sujets avec mépris en trainant derrière lui une foule de gens en plein extase à la vue d'un malheureux signe distinctif.

C'est terrifiant.

Rappel : contribuez à OpenStreetMap !

Rédigé par dada / 05 janvier 2014 / Aucun commentaire

OpenStreetMap_openstreetmap.jpeg

C'est un message d'Olivier sur Diaspora*, qui m'a rappelé qu'il fallait, de temps en temps, contribuer au projet OpenStreetMap.

Je trouve important de rappeler que ce projet libre est l'un des plus beaux après Wikipedia et que son bon fonctionnement ne dépend que de nous.

Olivier a pris le temps d'ajouter des informations manquantes sur la carte de son village. Ça, tout le monde peut le faire.

Vous connaissez un restaurant qui n'est pas encore cartographié ? Rajoutez-le en 3 cliques, vraiment.

L'interface d'édition est devenue très simple et intuitive. Un tutoriel est là pour vous aider mais c'est presque inutile.

Voici une capture d'écran. Les images sont souvent plus efficaces que les mots ;-)

openstreetmap-ex.png

Pour vous situer la zone, c'est là ou je suis actuellement, en Inde.

Il ne faut pas vraiment être un As pour contribuer à ce projet. Vous pouvez faire comme moi : de temps en temps, je regarde si l'endroit où je suis est bien documenté sur OSM. En général, c'est déjà bien fourni mais on trouve toujours des petits trucs à rajouter.

Allez, ça se fait en 5min et ça donne du baume au cœur de voir sa ville bien renseignée sur OSM ;-)

Linux Mint, mais pourquoi s'en servir ?

Rédigé par dada / 07 décembre 2013 / 3 commentaires


Ceci est un billet partisan, si vous voulez vous énerver dans les commentaires, c'est fait pour ça. Je ne donne que mon point de vue, qui s'appuie sur mon expérience et ma vision du libre.

Non, je n'aime pas Linux Mint. Je vais expliquer pourquoi je ne la conseillerai jamais et continuerai à promouvoir Ubuntu ou Mageia.

C'est une distribution qui fork le fork d'une autre distribution. Ubuntu reprend Debian et Linux Mint reprend Ubuntu. C'est un peu du grand délire.

C'est là la chose qui m’agace le plus dans les histoires de fork dont parlent bien mieux qui moi le prof de maths et le pro des distributions GNU/Linux.

Le fork ne me gêne pas.

Le fork du fork, lui, me gêne, même s'il apporte quelque chose.

Enfin, dans le cas de Linux Mint, l'intérêt est sacrément limité. On a le droit à une distribution "Out-of-the-Box", comme on dit. Ubuntu ne l'est pas ?

L'interface graphique (Mate) reprend l'antique GNOME 2.x et il parait que ça fait partie de ce qu'apporte Linux Mint aux utilisateurs. Depuis que GNOME possède un mode classique, ça ne sert plus à grand chose. Idem pour Cinnamon qui n'est plus utile non plus. Et personnellement, j'adore GNOME Shell. Les goûts et les couleurs.

Unity, le Cinnamon d'Ubuntu, j'aime bien et c'est très simple d'utilisation. Sans rien expliquer à personne, les utilisateurs d'Ubuntu que je chapeaute s'en sortent tout seul. C'est simple et ça plaît aux utilisateurs novices.

Après, il y a Mint Update, Mint Install, Mint Menu, etc. Bon...

Le choix des mises à jour, le buzz du moment. C'est encore du délire. Les gens ont raison de privilégier la stabilité à la mise à jour de sécurité ? Ah bon ? J'ai des souvenirs de mise à jour d'Ubuntu qui déconnaient, c'est vrai. Je n'ai plus Ubuntu sur mes bécanes mais elle tourne sur celles de certains de mes proches et ces problèmes sont de l'histoire ancienne.

Et qu'on reste d'accord : les mises à jour complètes du système pouvaient filer la migraine mais pas les mises à jour de sécurité.

Ces histoires de stabilité bancale d'Ubuntu pendant les mises à jour ne méritent plus qu'on s'y attarde.

On me dit qu'on peut aller activer les mises à jour de Mint qui ne se font pas automatiquement en allant dans les options du gestionnaire de paquets ou en installant Synaptic. Tout simplement.

Oh ? En gros, il faut un peu bidouiller.

C'est exactement ce qu'il faut faire pour avoir une Ubuntu sans Unity, Mir, stable, sécurisée, sans les liens avec Amazon & co. Bidouiller.

Je reprends doucement.

  • Les gens disent qu'Ubuntu ne leur plaît pas.
  • Les gens disent qu'il faut configurer Ubuntu pour en faire un truc viable.
  • Les gens préfèrent se servir de Linux Mint parce que c'est "Out-of-the-box".
  • Configurer Linux Minit permet d'avoir toutes les mises à jour de sécurité en perdant un peu de stabilité, éventuellement.
  • Avec le point précédent, on se trouve avec une Linux Mint configurée pour fonctionner dans le cas, qui pour moi, est le pus important.
En gros, on fait exactement le même genre de manipulations pour se retrouver avec une Ubuntu parfaitement utilisable, et qui n'est que le fork de Debian, elle.

Linux Mint aurait sans doute réussi à rentrer dans mes bonnes grâce si elle avait transformé l'essai Debian. Frédéric BEZIES l'ajoute dans les ratés qu'il connaît bien.

En attendant, c'est un simple fork d'un fork qui n'apporte que peu de chose par rapport à une Ubuntu. Ça m'agace vraiment.

Utilisateurs de Linux Mint, restez calme. Je ne suis qu'un homme seul avec ses pensées et vous êtes beaucoup, trop.