Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Tablette

Retour sur mon équipement de 2016

Rédigé par dada / 03 janvier 2017 / 1 commentaire


2017 commence et comme pas mal de monde, je vous propose une sorte de bilan de l'année passée. En vrac, j'ai essayé de combiner au mieux mon attachement au libre, au plaisir mais aussi à l'équitable tout au long de l'année. J'ai balancé quelques liens dans le billet mais tout n'y est pas. J'ai pas mal papoté cette année alors pensez à faire un tour dans les tags de l'article pour avoir plus de détails :-)

Smartphone : un Fairphone 2

Mon Flame ayant rendu l'âme, j'ai décidé de revenir à un smartphone plus classique, quoique. Le Fairphone, c'est une vision de l'équitable et du durable appliquée au téléphone portable qui traîne dans la poche. Pas de fioritures ici, juste un outil qui fonctionne. Une énorme partie du téléphone est constituée de pièces changeables, comme la batterie pour ne parler que d'elle. Niveau OS, c'est un Android AOSP qui le fait tourner, sans aucun compte Google : je ne me sers que des applications libres quand c'est possible, sinon je passe par l'outil de Tuxicoman (GooglePlayDownloader) pour récupérer les quelques récalcitrantes.

Tablette : une Aquaris M10

Ici, on ne peut pas dire que ce soit l'équitable et le durable qui prime. Je n'avais pas vraiment besoin d'une tablette avant que l'envie de supporter l'initiative de Canonical ne pointe le bout de son nez. La convergence, c'est à dire la mélange entre le mode tactile et le mode bureau a aussi beaucoup joué. Ma tablette est maintenant le seul outil que je trimballe avec moi pendant mes nombreux déplacements. Je peux écrire des trucs et me connecter en SSH avec un clavier digne de ce nom en plongeant la main dans ma sacoche en bandoulière. Nickel.

Serveurs : un C2 pour diaspote et peertube

Avec Augier, on manquait de mémoire vive pour notre pod diaspora* et l'envie de faire tourner un nœud Peertube pointait le bout de son nez. On est donc passé d'un C1 à un C2, toujours chez Scaleway. Les performances ne sont pas plus fantastiques qu'avant mais les quelques Go de RAM supplémentaires permettent maintenant aux utilisateurs de poster des photos sans faire tomber la machine. #Sérénitude

Manette : un Steam Controller

Loin du libre, quoique, le Steam Controller vient combler un manque de plusieurs années : pas de manette pour jouer à Rocket League & co. Steam proposant sa propre manette en plus de jeux jouables sous GNU/Linux, j'ai trouvé plutôt logique de dépenser des sous chez eux.
En écrivant ces lignes, je me rends compte que je devais écrire un billet sur cette manette. Oops. N'étant pas un gros joueur, et n'ayant aucun moyen de comparaison si ce n'est quelques vagues souvenirs de la DualSock de la PS2, je préfère éviter !

Clavier : un TypeMatrix 2030

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce clavier, c'est une petite merveille pour geeks/développeurs/devops. Il a la particularité de proposer une organisation des touches qui lui est propre et, surtout, des peaux (skins) permettant de changer l'agencement du clavier de façon très agréable. J'ai personnellement pris un TypeMatrix qwerty avec un skin azerty et un skin bépo.
Bon, je me sers actuellement du skin Azerty. Je ne me sentais pas d'attaquer directement le bépo ! Je m'y mettrai plus tard, normalement. On m'a dit que c'était le meilleur moyen de ne jamais s'y mettre. J'sais pas, on verra bien !

Son : des Zero Audio Tenore ZH-DX200-CT

Ici non plus, n'étant qu'un énorme amateur de musique, je me garderai de dire que ce sont les meilleurs écouteurs intra-auriculaires que j'ai jamais utilisé mais le fait est qu'ils sont carrément super ! La honte est sur moi cependant : pas moyen de passer par autre chose qu'Amazon pour les récupérer. Je promets que c'est la dernière fois que je faute. Il n'empêche que je redécouvre des morceaux que je connais depuis très longtemps. C'est du bonheur.

Je crois que j'ai tout raconté. J'ai l'impression que 2016 fut une super année d"un point de vue de mon équipement de geek. J'sais pas ce que vous avez trouvé à acheter/supporter de votre côté mais je vais avoir besoin d'aide pour faire aussi bien en 2017.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne année 2017 pleine de libre et de bonheur !

Aquaris M10 Ubuntu Touch Edition OTA 12 et 13

Rédigé par dada / 26 septembre 2016 / 8 commentaires




Ça fait un moment que je n'avais pas parlé de ma tablette sous Ubuntu Touch. Pourtant, depuis, j'ai vu passé les mises à jour OTA 12 et 13. Voici  ce qu'on peut en dire.

L'autonomie

C'est une des améliorations qu'on retient de l'OTA 12. L'autonomie de la tablette à littéralement explosée. Avant, la batterie n'hésitait pas à se vider même si on ne faisait rien avec. Maintenant, je peux la laisser une semaine dans un coin, en m'en servant quelques minutes par jour, elle tient. On dirait qu'ils ont vraiment fait un effort de ce coté là.
J'ai d'ailleurs passé ma journée du samedi à ne me servir que de ma tablette et pas de mon vieux PC portable. Je pense que j'aurais réussi à tenir la journée sans la recharger si je n'avais pas regardé plus d'une heure de conférence sur Dailymotion, en Flash.

La gestion du clavier

C'est très con, mais il y a des touches qu'on ne s'imagine pas être si importante : l'arrobase par exemple. Pas moyen de la choper avec mon clavier externe avant cette OTA 13. Je vous laisse imagine la magouille : arriver sur un site, se rendre compte qu'il fait taper un arrobase, basculer sur le clavier intégré, taper sur @ et revenir sur le clavier physique.
Bon, je m'y étais fait, mais c'est quand même vachement plus agréable de ne plus avoir à lutter pour une pauvre touche.
Je constate encore des problème avec l'accent circonflexe. Nul doute que ça sera corrigé un peu plus tard.

Firefox vs Chromium

J'en profite pour enchaîner des navigateurs puisque c'est l'outil indispensable de la tablette. Chromium est intégré à la tablette en mode mobile. C'est l'outil accessible facilement et qu'on peut manipuler avec les doigts. Firefox, mon amour, lui, n'a pas le droit à une version tactile. Je n'ai pas les détails technique mais c'est comme ça. D'après l'organisation des applications, c'est vraisemblablement par qu'il n'est pas compatible avec Mir : bah oui, il est dans les X Apps. X, pour serveur X.
Ces applications, les X Apps, sont bien plus lourdes à l'usage. On sent que la tablette souffre, enfin, on sentait que la tablette souffrait. C'est toujours un peu le cas mais ça va beaucoup mieux. Elles étaient utilisables, maintenant elles sont agréablement utilisable. Notez la différence.
C'est d'ailleurs avec Firefox que je rédige ce billet, qui embarque son correcteur orthographique automatique qui me manquait tant. Oui, parce qu'on peut personnaliser Firefox : Chromium n'a pas l'option pour installer des extensions. Imaginez-vous sur la toile sans bloqueur de pubs et anti-trackers. L'horreur.

La synchronisation du son et de la vidéo

Merci à l'OTA 13 d'avoir corrigé ce problème ! Vous le savez, la tablette est un outil très passif. L'Aquaris M10 sort du lot avec son mode bureau que j'affectionne particulièrement mais elle reste très passive. On traîne sur diaspora*, sur des sites web, on regarde des vidéos, on écoute de la musique, etc. Avant la semaine dernière, regarder des vidéos n'étaient pas une bonne idée : la vidéo prenait toujours de l'avance sur l'audio : un peu comme quand on regarde un film en VO et que les sous-titres foutent le camps alors que le personnage n'a pas encore ouvert la bouche. #Tristitude.
Avec la dernière mise à jour, c'est corrigé. A moi les vidéos maintenant !

Voilà ce que je peux dire à propos de ma tablette. Je crois qu'il en reste en vente, alors, si vous hésitez, c'est le moment d'y réfléchir une nouvelle fois.

N'hésitez pas à ajouter mon compte diaspora* à vos flux RSS, j'y écrit des trucs plus régulièrement que sur mon blog au sujet de mon Aquaris M10.

Créer des applications Ubuntu Touch à partir d'un site web

Rédigé par dada / 03 juin 2016 / 8 commentaires


Avec la sortie de l'OTA 11 et un peu de temps libre cette semaine, je reviens vous parler de mon Aquaris M10 Ubuntu Edition. Vous savez, la tablette sous Ubuntu dont peu de monde parle, peut-être parce que peu de monde l'a acheté.
Avec l'OTA 11, la tablette vient de faire un bond colossal en matière de réactivité en mode bureau. Avant, on voyait bien quelle se traînait un peu, le déplacement des fenêtres souffrait d'une latence. Hop, depuis hier, plus rien. Du coup, c'est l’occasion de ressortir mon clavier et ma souris, de les brancher et de rédiger ce billet avec.

Je dis donc qu'on peut créer une application à partir d'un site web. C'est dit de façon maladroite : en fait, ce n'est pas vraiment une application, c'est plus une encapsulation, à la Electron. Bref.



Je précise que cette capture d’écran vient de la tablette et que je l'ai rapidement retravaillée avec le The GIMP de la tablette. J'ai fait ça vite, ce qui fait que je n'ai surligné que 3 des 4 sites webs qui se cachent parmi les applications actuellement installées sur mon jouet. Serez-vous capable de trouver celle qui manque ? Petit indice : je m'en sers toute la journée, tout le temps, sans elle, je meurs.

La manipulation est terrible : il vous faudra votre compte Ubuntu One pour vous connecter sur le WebApp Generator, et c'est tout.
Une fois sur la page du formulaire, munissez-vous du nom que vous voulez donner à la WebApp, son logo, son URL et c'est presque tout ce qu'il vous faudra. Remplissez les cases dans l'ordre et tout se passera comme sur des roulettes. A la validation, téléchargez votre création et passez à l'étape installation.

Là, c'est un peu plus compliqué : il faut envoyer le fichier dans le tablette et l'installer à la main. Un peu comme si vous installiez un paquet via le terminal.
Activez le mode développeur de votre Aquaris et enchaînez les commandes suivantes :
adb push /chemin/vers/votre/application.click /tmp
adb shell pkcon install-local --allow-untrusted /tmp/application.click

Fin de l'aventure : le site web que vous utilisez tout le temps est maintenant disponible en deux cliques, en plein écran et sans fioriture. C'est parfait tout ça ! Je retrouve vraiment ce que j'aimais bien avec Firefox OS et que j'essaye de retrouver avec la version Fairphone d'Android et les raccourcis qu'on peut placer sur le bureau avec Firefox, mais c'est moins concluant.

Aquaris M10 Ubuntu Edition : les trucs cools

Rédigé par dada / 18 mai 2016 / 13 commentaires




Après avoir commencé par descendre la tablette dans un billet qui se veut le plus honnête possible, voici la suite de mon test qui s’intéresse maintenant aux trucs vraiment cools. J'annonce déjà que je m'amuserai à rayer les ennuis quand ils seront corrigés, histoire de ne pas maintenir en ligne des critiques devenues obsolètes.

Des mises à jour toutes les 6 semaines

Les mises à jour, c'est important. Le rythme des mises à jour, c'est une marque de dynamisme agréable. Ubuntu et ses développeurs se démènent pour nous pondre des OTA (Over The Air) toutes les 6 semaines, sans hésiter à nous annoncer que la prochaine sera à l'heure, ou pas. La prochaine, c'est la 11. Elle devrait arriver officiellement vers le 24 mai mais on sait déjà qu'elle sera en retard d'une semaine, pour le moment. Ils communiquent ! On pourrait dire que c’était un problème chez Mozilla et que ça ne le sera pas pour Canonical. Youpi !

Les WebApps

Ça, c'est super, vraiment. C'est déjà ce que j'aimais avec Firefox OS et que j'entends voir perdurer avec B2G OS. Les WebApps, même si je ne suis pas certain que ce soit le nom qu'Ubuntu Touch utilise, sont des pages web utilisables comme des applications classiques. Une sorte de lien qui vient se glisser dans la liste des applications et qu'on peut mettre en favoris. J'adore. Mon lecteur de flux RSS, mon ownCloud, Mediapart, etc sont déjà en mode WebApps dans ma tablette. Le bonus, c'est qu'on évite le navigateur classique et qu'on profite du contenu en plein écran, tout en gardant le cookie d'authentification. Rien que pour ça, cet appareil vaut le coup, clairement.

La gestuelle

J'ai déjà posté des captures d’écran qui les montrent sur diaspora* , les mouvements de doigts permettent de se balader tranquillement en laissant des traces de gras de droite à gauche et de haut en bas intuitivement. On peut même afficher deux applications côte à côte, un point fort quand on ne veut pas forcement passer en mode bureau pour vérifier la charge d'un serveur depuis un terminal, glissé sur le coté, quand on affiche son contenu.

L’équipement de bureau

C'est de la convergence que je parle ici : une souris branchée via un adaptateur micro USB et un clavier bluetooth transforment votre tablette en outil de travail convenable. J'ai déjà profité d'un mal de dos pour écrire quelques conneries dans mon lit. Bon, je dois m’habituer à un nouveau clavier, soit, mais l'effort en vaudra la chandelle, j'en suis persuadé.

L’accès au terminal

En bon geek/admin/DevOps/WebOps/*, j'ai toujours besoin de pouvoir démarrer un terminal. C'est une utilité de niche, mais c'est ultra important pour le public que cette Aquaris M10 doit séduire pour le moment : les techniciens.
Ouvrir un terminal pour se connecter à un serveur distant via SSH : impeccable. Ouvrir un terminal pour bidouiller la tablette et modifier la gestion de l'agenda pour y greffer ses calendriers partagés ownCloud : fait. Installer un paquet pour la tablette : fait. Bidouiller la tablette depuis une connexion directe via le terminal de mon fixe : fait aussi.
L’accès au terminal n'offre pas toute la puissance de celui qu'on peut trouver dans Ubuntu Desktop, de part la gestion des applications, mais c'est bien assez puissant pour rendre de fiers services.

L’écran

C'est un truc bateau, mais je remarque tout de suite la différence entre l’écran de mon Flame et celui de mon Aquaris. Soit, ce n'est ni le même matériel ni la même gamme de produits, mais il faut quand même souligner la propreté de l'affichage et la bonne définition de l’écran. Pour certain, cette remarque passera pour un truc de l'ordre de l’anecdotique, mais pas pour moi.


Ça sera tout pour ce billet. Je pourrais parler d'autres éléments mais ça ne consisterait qu'à confirmer que c'est un outil portable qu'on peut trimballer partout et utiliser en quelques mouvements de doigts alors autant ne rien dire. J'en profite dans le train, dans le canapé du salon, dans le salons de mes amis, et plus généralement partout où je n'ai absolument pas envie de me trimballer un PC portable ni me concentrer sur le petit écran de mon téléphone.

Mon sac à dos me remercie, tout comme mon dos et mes épaules.

Une Aquaris M10 Ubuntu Edition, ça donne quoi ?

Rédigé par dada / 04 mai 2016 / 24 commentaires




Vous n’êtes pas sans savoir que je me suis jeté sur la première tablette sponsorisée par Ubuntu. C'est une Aquaris M10 aux spécifications classiques , je crois.

Je vais commencer une série de billet sur cette nouvelle bête qui vient s'ajouter entre mon PC de bureau, mes PC portables et mon smartphone sous Firefox OS. Cela fait presque deux semaines que je la trimballe dans ma sacoche, je commence un peu à m'y faire.
Avant d'y aller franco, j'ai envie de revenir sur les tablettes parce que c'est important de comprendre de quel genre d'outil on parle.

Une tablette, c'est un outil sacrément passif. Ce que je veux dire par passif, c'est qu'on ne fait que consulter des informations disponibles sur le réseau. Quand j'ai reçu mon jouet, à part lire mon flux RSS dans le train avec un certain confort, je ne savais pas trop quoi faire d'autre. J'ai aussi écouté ma musique disponible via mon instance Sonerezh et parcouru les dernières publications sur diaspote.org, mon pod diaspora*. Tout ça, c'est très passif. On ne fait rien, on consulte.
En disant ça, je me place en mauvais utilisateur de ces outils : je ne suis pas un mec passif. J'adore bidouiller, tester, détourner. Une tablette, ce n'est pas fait pour ça et cette Aquaris M10 n’échappe pas complètement à la règle.

Ceci dit, j'ai quand même des grands espoirs : le but principal de cet achat n’est pas uniquement d'encourager l'initiative mais d'ajouter un outil à ma vie de baroudeur. Souvent dans les transports, routard quand je le peux, partant toujours à droite ou à gauche, je mérite un peu mon nouveau surnom : le SDF. Avec une tablette et quelques accessoires sur lesquels je me suis jeté : un clavier bluetooth et un adaptateur pour pouvoir y brancher une souris, cette tablette sous Ubuntu se transforme en station de travail bien plus agréable à trimbaler que mes vieux et gros ordinateurs portables. Elle n'a pas leurs fluidités, certes, mais ça ne me dérange pas. J'ai très souvent besoin d'un navigateur, d'un terminal, de modifier une photo avec The GIMP et d’écrire des broutilles et l'Aquaris fait le taff.

Bref, c'est un nouveau mode d'utilisation de l'outil informatique auquel il faut se plier aux nouveaux codes. Ce n'est pas aussi simple qu'il y parait. Heureusement, le mode bureau fait, je trouve, des merveilles même si le matériel, ou l'OS, ou les deux souffrent non pas du changement d'interface qui est d'une fluidité parfaite, mais du déplacement des fenêtres des applications qu'on sent poussif. Franchement, c'est un détail et l'utilisateur de Firefox OS que je suis vous affirme et vous confirme que le temps et des développeurs peuvent faire du très très bon travail sur du matériel qui ne change pas !

On se retrouve dans quelques jours pour les premiers billets sur l'utilisation et la bidouillabilité de mon jouet. En attendant, je continue à découvrir de quoi m'extasier devant. J'avais beaucoup de méfiance, je suis passé par plusieurs déceptions, mais comme c'est de l'Ubuntu et que ses premiers utilisateurs sont des bidouilleurs, chaque jour apporte des nouveautés et des manipulations à faire pour en profiter de plus en plus !