Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Mozilla

Il était une fois le web : la guerre

Rédigé par dada / 13 juillet 2016 / 5 commentaires


Je vous propose de regarder cette intervention de Daniel Glazman sur l'histoire du web et des navigateurs. C'est passionnant. Il commence aux origines du web et du W3C pour arriver à la situation actuelle, passablement dramatique.
Mention spéciale au commentaire sur Servo de Mozilla qu'il déclare comme étant une vraie évolution importante, si ce n'est révolution.




En bon gros fan de Mozilla, j'avoue que j'attends Servo avec beaucoup d’intérêt ! Ils viennent d'annoncer que ça sera disponible avec la version 48 de Mozilla, autant dire demain à l'échelle du web.

J'ai mis à jour mon Flame

Rédigé par dada / 11 mars 2016 / 4 commentaires


On dirait une phrase sortie d'une réunion de groupe de gens qui ont des problèmes :

- Bonjour, je m'appelle dada et j'ai mis à jour mon Flame.
- Bonjour dada !

C'est un peu ça, quand même. Avec l'annonce de Mozilla d’arrêter les frais sur le portage de Firefox OS pour smartphone, on se sent quand même un peu seul. Il y a encore de l'espoir, ceci-dit : des développeurs se sont réunis hier soir pour proposer un avenir de Firefox OS. On n'a pas encore beaucoup d'information sur le sujet mais la Fondation est prête à bosser sur la transition pendant plusieurs mois. C'est court mais ça peut permettre l’émergence d'un futur qui s’appellerait B2G OS, l'ancien nom de code du système d'exploitation. Pour l'histoire, le changement de nom doit intervenir puisque Firefox OS est maintenant réservé aux objets connectés, comme la télévision que j'ai pu prendre en photo chez Harrods à Londres.

Donc, une mise à jour de mon Flame, via OTA. Je ne m'y attendais pas du tout, et pourtant c'est sans doute l'une ou la dernière sous le contrôle de Mozilla. L'avenir s'annonce plus laborieux, avec du flashage à la main et tout le bordel que ça peut entraîner. Au programme, on reste en 2.6 mais sur les bases de Firefox 46. Les nouveautés ne semblent pas se bousculer au portillon mais je n'en attends pas vraiment : un téléphone stable, qui passe des appels, envoi des textos, affiche un GPS correct et qui prend des photos à-la-con, c'est tout ce dont j'ai besoin. En gros, RAS.

Cette mise à jour et le billet de Genma me rappellent que les modules complémentaires sont là et qu'on peut s'en servir ! Personnellement, je me sers de Quick Settings Enhancement et de Kill All : la première permet d'ajouter tout un tas d'options en affichant le menu déroulant du téléphone et l'autre... de massacrer d'un coup toutes les applications que j'oublie régulièrement de fermer. Ces deux modules sont un must ! Je profite de ce billet pour encore parler de TFE Drive qui permet de se servir de son ownCloud avec Firefox OS !

Bon, la prochaine étape sera peut-être aussi agréable pendant deux ans, puis une galère comme ça l'est maintenant avec Firefox OS, mais tant pis : je prendrai une tablette sous Ubuntu ! Peut-être que mon frangin aussi d'ailleurs : mon jumeau commence à se laisse tenter par toutes les conneries que je peux lui raconter et il serait temps !

Mozilla dépecée

Rédigé par dada / 09 février 2016 / 6 commentaires



Je parle ici de la communauté Mozilla, pas seulement de la Fondation ou de la MoCo.

Il y a des rumeurs qui courent. Les gens savent assez peu l'histoire de la vie interne de la Fondation, mais certaines personnes racontent des choses de-ci, de-là. Loin de moi l'envie de colporter des rumeurs infondées mais j'ai comme une envie de raconter ce que je sais, ce qu'on m'a dit.

Lorsque le web était étouffé par Internet Explorer de Microsoft, Mozilla est née des cendres de Netscape pour proposer un nouveau navigateur. On connaît tous l'histoire et nous sommes heureux d'en profiter.
Ce que les gens savent moins, c'est que Google était partie prenante via son financement. C’était dans l’intérêt de tout le monde. Google arrosait Mozilla pour pousser les nouveaux standards du web dans les ordinateurs du tout à chacun. Mais, un jour, Google s'est lancé dans l'aventure avec Chrome. Les technologies étaient là et la notoriété de l'entreprise de Mountain View n’était plus à faire. Dans les jours qui ont suivi l'annonce officielle de Chrome, certaines rumeurs parlent même du lendemain, la Fondation Mozilla a vu ses développeurs foutre le camp pour se poser dans les bureaux de Google. On ne parle pas de nombre, mais nul doute que c’était suffisant pour faire serrer des dents. Chrome venait de siffler une bonne partie des effectifs chargés de développer Firefox.

Il y a quelques jours, on apprenait l'abandon de FirefoxOS. Tristement. On se sent encore frustré, touché par une trahison. On touchait du doigt un début d'alternative aux OS emmerdants que nous refusons d'utiliser. On était fier de pouvoir se servir d'autre chose, loin de iOS et d'Android, même s'il restait du travail à faire. Quand on aime, qu'on est enthousiaste, on passe sur les petits bogues et les finitions douteuses.
Ce qu'on sait moins, c'est qu'une quarantaine, 40, de développeurs de FirefoxOS avait quitté le navire pour rejoindre une startup et développer un fork au doux nom de H50S. Là, je peux vous sortir des sources. Une histoire de gros sous et de gros morceaux de Mozilla : des développeurs et des gros patrons.

Ce sont deux histoires différentes, à des époques bien différentes, mais elles ont en commun une chose : dépecer Mozilla et le travail de sa communauté pour le bénéfice d'autrui. Je m'avance peut-être, mais ces deux anecdotes laissent un goût amer. Au choix, on se dira que l'ambiance de travail était à chier, ou que les idées étaient à choper, quitte à ébranler sérieusement et froidement le processus déjà fragile qui nous offre des alternatives. Je ne blâme personne, tout le monde fait ses propres choix. Je constate juste que la vie de la Fondation ne doit pas toujours être une partie de plaisir et que les jugements, les commentaires et les articles qui paraissent depuis quelques jours n'aident pas à trouver une solution à un problème classique : garder les idées et les cerveaux.

La touche finale à mon équipement de rêve : la tablette Ubuntu

Rédigé par dada / 22 janvier 2016 / 3 commentaires


Vous avez sans doute tous vu passer la nouvelle, c'est Phoronix qui m'a mis ça sous les yeux. Première digression : si seulement le système d'abonnement du site était moins foireux, je serais déjà abonné. Ubuntu va enfin proposer sa tablette tactile.




On s'avance en disant que c'est pour 2016, mais les indices sont là : Ubuntu 16.04 comme base, présentée pendant le Mobile World Congress de fin février. Ça ne dit pas tout, mais quand même.

Actuellement, j'ai un smartphone sous FirefoxOS, qui reprend des couleurs, et des ordinateurs sous Debian/Ubuntu et... pas de tablette. Je n'en voulais pas par manque d’intérêt. C'est quand même con de payer un truc une fortune quand on habite dans 20m2 et qu'on préfère lire dans le train. Mais bon, avec le temps, je me dis que ça pourrait être un chouette outil de démonstration, comme au FOSDEM pour présenter diaspora*, ou un bon appareil pour faire défiler mes photos que je conserve dans ownCloud.

Ce cheminement allant du "ça ne sert à rien" à "pourquoi pas?" a pris plusieurs années et avec le temps, seul le fait que c’était de l'Android m'a refroidi. Je me souviens quand même avoir testé une tablette Intel sur laquelle j'avais installé Debian avec GNOME Shell. C'est à ce moment là que je me suis dit qu'il ne manquait qu'un bon OS à ces petites bêtes pour devenir vraiment attirante. Avec l’arrivée des Ubuntu Tablets, on touche du doigt une solution.

Sans doute pas la meilleure, mais c'est un bon début. Il est presque certain que si elles font tourner Ubuntu, elles pourront faire tourner d'autres distributions, comme Debian tout simplement. C'est même presque une évidence quand on sait qu'Ubuntu est une Debian modifiée à la sauce Canonical. A partir de là, d'autres suivront, même celles basées sur cette maudite CentOS. Du coup, on se retrouverait avec une tablette tournant sur autant d'Ubuntu que les autres, mais là je rêve.

Je sens qu'on me fusille du regard parce que je ne parle pas de Jolla et des SailfishOS, mais un OS qui fait tourner des applications Android, ça me refroidi. J'aime souffrir en ne pouvant pas me servir de ce qui traîne sur les stores de Google et des autres. Ça doit être mon esprit routard.

Enfin, ici, je rêve à clavier haut (qui repèrera la tentative de blague foireuse ?) d'un environnement informatique parfaitement maîtrisé par mes soins avec tout un tas d'OS alternatifs. L’opposé des envies de convergence de Canonical, d'Apple ou de Microsoft, mais que du libre, rien que du libre, je le jure.

FirefoxOS disponible pour Fairphone 2

Rédigé par dada / 21 janvier 2016 / 10 commentaires




Le Fairphone 2, c'est un peu le téléphone qui me fait envie en ce moment. C'est le smartphone idéal pour les bien-pensants : il est conçu autour des idées du commerce équitable et de l’écologie. Je vous laisse la page Wikipedia pour en apprendre plus à son sujet. Pour moi, il faudra attendre la version 3 ou 4 avant que je me laisse tenter puisque mon Flame me convient toujours autant.

Le truc qui me gène encore, c'est qu'il n'y a pas d'OS alternatif dessus, et je ne mets pas Cyanogen dans la liste des systèmes d'exploitation alternatifs. On sait tous que c'est une blague. Dedans, je pense à Ubuntu Phone ou à Firefox OS. Je n'ai pas de nouvelle du support d'Ubuntu, mais il y en a pour Firefox OS !



C'est dans ce rapport de bogue qu'on apprend que le programme Foxfooding et ses bénévoles ont réussi à faire fonctionner Firefox OS sur le Fairphone 2 ! C'est un premier jet et tout n'est pas encore parfait.

Pour le moment, le lien direct permettant de télécharger l'image à faire avaler à votre smartphone équitable n'est plus disponible puisqu'elle contient des bouts de code propriétaire. Si je comprends bien, Mozilla ne peut pas sponsoriser ce genre d'initiative si elle contient du code dont elle n'a pas les droits. C'est un peu comme le codec MP3 : tout le monde peut l'avoir mais la plupart des distributions GNU/Linux vous obligent à faire une petite opération pour les débloquer.

C'est pourtant un problème mineur, semble-t-il, puisqu'il existe une méthode blobfree qui permettrait aux propriétaire d'un Fairphone de s'en sortir. Un peu comme le coup du MP3 . Le script devrait aller chercher ce dont il a besoin dans le téléphone, balancer Firefox OS dedans avec ces trucs au bon endroit, et vous laisser entre les mains de l'OS alternatif de la fondation. N’étant pas expert, le conditionnel est de mise même si ça me parait logique.

Cette nouvelle, et avec elle le fait que mon Flame tourne en 2.6 depuis une mise à jour OTA, me redonne espoir en Firefox OS. Un espoir qui avait souffert de la dernière grande annonce de Mozilla.