Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Aide

UBPorts : retrouver les Desktop Apps

Rédigé par dada / 13 juin 2017 / 2 commentaires




Avec mon passage à UBPorts pour mon Aquaris M10 FDH, j'ai rapidement regretté l'absence des Desktop Apps (Firefox, LibreOffice, etc) de la liste des applications disponibles. Une recherche rapide m'a soulagé : il est possible de les retrouver, mais ça demande un peu d'effort. Voici l'astuce.

Installer le Desktop Apps Scope

Pour installer cette dépendance, il faut passer par l'OpenStore pour installer uApp Explorer. Une fois fait, il faut maintenant passer par l'uApp pour installer le scope Desktop Apps Scope. Cette première étape va vous permettre d'avoir accès aux X Apps que nous allons pouvoir bientôt installer.

Préparer l'appareil

- Il faut maintenant passer l'appareil en mode développeur. On l'active en allant dans les paramètres, puis À propos et en cliquant sur le mode développeur. Notez qu'il faut mettre en place un code de sécurité pour pouvoir le faire. Petit piège.
- Connectez-vous à la tablette depuis votre ordinateur en tapant phablet-shell depuis votre terminal. Elle va vous permettre de vous connecter à votre appareil en SSH, mais la manipulation peut se faire directement depuis un terminal lancé depuis l'appareil.
- Une fois connecté, tapez la commande suivante pour mettre en place le conteneur qui accueillera les applications tournant avec X.
libertine-container-manager create --id ubuntu --name 'ubuntu' 
L'opération va bien prendre 10 min. Allez vous en griller une ou c'que vous voulez. 'ubuntu' sera l'identifiant (id) du conteneur, il est à titre indicatif, vous pouvez mettre ce que vous voulez. Faudra penser à reporter la modif' à l'étape suivante.

Une fois que c'est terminé, il faut rendre le conteneur persistant en tapant ce qui suit :
libertine-container-manager exec --command "/bin/bash" --id ubuntu 
Vous vous prendrez un retour avec de simples warnings dans les dents mais tout va bien, vous êtes dans la matrice et vous pouvez maintenant installer vos applications !

Installer vos applications

Tout simple, un exemple pour Firefox :
apt install firefox 
Et voilà ! Bon, LibreOffice semble ne pas tourner, mais j'ai réussi à faire tourner VLC !

Vous pouvez retrouver l'origine de ce billet par ici.

Améliorer la recherche dans Nextcloud avec Nextant

Rédigé par dada / 03 juin 2017 / 4 commentaires




La recherche dans Nextcloud est bien foutue mais commence à montrer ses limites quand on s'amuse à stocker une grande quantité de fichiers. En plus, elle ne va pas analyser ce qui se passe au niveau du contenu. C'est là que l'ami Solr débarque via une extension plutôt pratique : Nextant.
J'annonce tout de suite, ce billet va parler d'un outil en Java, et même qu'il va falloir l'installer. Si vous faites partie de ceux qui s'obstinent à dire que Java, c'est de la merde, plutôt que de pester sur des développeurs d'applications, au mieux, maladroits, passez votre chemin.
C'est aussi un peu compliqué, mais bon, je vais tenter de faire de mon mieux pour vous rendre la tâche presque simple !

Installer Java

On attaque fort, j'avais prévenu ! Si vous êtes sous Debian 8, vous aurez besoin de passer par les backports puisque la version présente dans les dépôts classiques est trop ancienne. Il faut les mettre en place et taper la commande suivante :
apt-get -t jessie-backports install openjdk-8-jdk

Vérifier la version utilisée par le système

Les versions de Java cohabitent dans votre système. Si vous aviez déjà du java, il faut faire comprendre à l'OS que c'est la toute dernière qu'il faut  :
root@dadall:/var/www/# java -version
openjdk version "1.8.0_131"
OpenJDK Runtime Environment (build 1.8.0_131-8u131-b11-1~bpo8+1-b11)
OpenJDK 64-Bit Server VM (build 25.131-b11, mixed mode)
Si le résultat retourné n'est pas le même que le mien, corrigez le souci en passant par l'update-alternatives :
root@dadall:/var/www/html/nc#  update-alternatives --config java
Il existe 2 choix pour l'alternative java (qui fournit /usr/bin/java).

  Sélection   Chemin                                          Priorité  État
------------------------------------------------------------
  0            /usr/lib/jvm/java-7-openjdk-amd64/jre/bin/java   1071      mode automatique
  1            /usr/lib/jvm/java-7-openjdk-amd64/jre/bin/java   1071      mode manuel
* 2            /usr/lib/jvm/java-8-openjdk-amd64/jre/bin/java   1069      mode manuel

Appuyez sur <Entrée> pour conserver la valeur par défaut[*] ou choisissez le numéro sélectionné :
Dans mon cas, tapez 2 et vous en aurez fini avec Java.

Installer Solr

On va passer par l'installeur automatique. C'est bien plus simple et ça permet de ne pas se prendre la tête.
D'abord, prenez le temps de créer un utilisateur solr :
adduser --disabled-login solr
su solr
cd ~
Placez-vous dans sa home et récupérez les sources :
$ wget http://mirrors.ircam.fr/pub/apache/lucene/solr/6.5.1/solr-6.5.1.tgz
$ tar -zxvf solr-6.5.1.tgz
Puis lancez la procédure :
# bash solr-6.5.1/bin/install_solr_service.sh solr-6.5.1.tgz 
Une fois terminée, on va faire un peu de configuration. On va simplement dire à Solr de ne répondre qu'aux sollicitations locales en remplaçant cette ligne :
<Set name="host"><Property name="jetty.host" /></Set>
par :
<Set name="host"><Property name="jetty.host" default="127.0.0.1" /></Set>
dans le fichier présent là-bas : /opt/solr/server/etc/jetty-http.xml. C'est une configuration simple mais importante : elle évite de rendre vos données accessibles à l'extérieur.

Vous pouvez maintenant démarrer la bête :
# /etc/init.d/solr start 
Solr est maintenant démarré mais il lui marque un dernier truc : un core. On va le créer en deux minutes en tapant ça avec le user solr créé pour l'occasion :
/opt/solr/bin/solr create -c nextant 
Et voilà pour Solr ! Place à l'extension !

Installer Nextant

Bon, là, si vous avez réussi toutes les étapes précédentes, c'est que vous pouvez aller cliquer dans la gestion des applications de votre Nextcloud pour activer le bousin. Tout est déjà rempli pour vous. C'est très clair et un bouton «tester» est là pour vous permettre de tout valider !



Solr fonctionne sur le principe des indexations : à un instant T, il va gober tout ce qu'il y a à savoir dans vos fichiers et l'organiser à sa sauce. Pour la première, il est plus que conseillé de la faire à la main en tapant la commande (avec le user de votre Nextcloud, pas le user solr) :
./occ nextant:index 
L'indexation de nouveau contenu ne se fera pas en temps réel mais via un cron Nextcloud. C'est à dire de temps en temps, alors ne vous étonnez pas si le dernier document que vous venez d'ajouter n’apparaît pas immédiatement dans les résultats de recherche.

Une section «Pour aller plus loin» est disponible dans la doc de Nextant. Elle indique, entre autre, comment exclure des répertoires de l'indexation. C'est pas mal si vous ne voulez pas voir certaines infos apparaître maladroitement.

Vous pouvez maintenant faire vos recherches dans vos fichiers !

Mastodon : Oops! An unexpected error occured

Rédigé par dada / 14 avril 2017 / 3 commentaires




Si, par curiosité, vous avez monté votre instance Mastodon pour vérifier l'intérêt du nouveau réseau social libre du moment, vous êtes peut-être tombés sur cette erreur à la relance des services. Tout semble bien se passer mais votre timeline publique et vos notifications ne marchent plus. Enfin, elles ne contiennent que les événements en cours, pas les passés.

Oops! An unexpected error occured

Comme contexte, j'ai rencontré ce souci lors du passage à la 1.1.2. N'ayant pas fait le passage à la 1.1.1, vous aurez peut-être déjà fait une partie de ce que je vais raconter ci-dessous.

Mettre à jour Ruby et réinstaller ses dépendances

Ces opérations se font avec l'utilisateur dédié à Mastodon, pas en root.

Pour ruby :
rbenv install 2.4.1 
Pour ses dépendances :
gem install bundler 
bundle install --deployment --without development test 
yarn install && yarn upgrade 
Si vous avez le regard perçant, vous avez remarqué la présence du yarn upgrade qui va vous éviter l'erreur à l'origine de l'écriture de ce billet.

Nettoyer et recompiler les assets

Le nettoyage :
RAILS_ENV=production bundle exec rails assets:clean 
La recompilation :
RAILS_ENV=production bundle exec rails assets:precompile 
Une fois tout ça fait, vous pouvez relancer votre instance Mastodon et revenir tooter parmi nous !

Installer Collabora Online avec Nextcloud

Rédigé par dada / 05 avril 2017 / 7 commentaires




Le soleil repointe le bout de son nez et je ne trouve plus le temps de sortir des billets. L'apéro passe avant tout mais malgré ça, j'ai quand même pas mal joué avec mon serveur.
D'abord, j'ai changé de crémerie, encore, pour laisser tomber mon C1 chez Scaleway pour une Kimsufi aux caractéristiques bien plus rigolotes : adieu l'ARM, coucou le Core i3. Ça m'a permis de mettre en place l'objet de ce billet : Collabora Online dans Nextcloud via Docker !

je présuppose que votre machine tourne sous Debian Jessie (what else ?) avec Nextcloud 11.0.2.

Installer Docker

Je suis passé par l'installation de Docker CE. Ça permet d'avoir une version plus récentes de la bête.

On commence par les dépendances qui vont bien :
apt-get install apt-transport-https ca-certificates curl software-properties-common 
On enchaîne sur la clé GPG du dépôt :
curl -fsSL https://download.docker.com/linux/debian/gpg | apt-key add -
On ajoute le dépôt dan le sources.list :
add-apt-repository "deb [arch=amd64] https://download.docker.com/linux/debian $(lsb_release -cs) stable" 
Pour finir, on installe notre nouveau jouet et c'est parti !
apt-get update && apt-get install docker-ce

Mise en place du conteneur de Collabora

On le télécharge :
docker pull collabora/code 
On le lance :
docker run -t -d -p 127.0.0.1:9980:9980 -e 'domain=votre\\.instance\\.com' --restart always --cap-add MKNOD collabora/code 
C'est pendant cette étape que je me suis le plus pris la tête... Ils disent de lancer docker avec pour paramètre un sous-domaine pour Collabora alors qu'il ne le faut pas, pas chez moi du moins. En fait, comme Collabora tourne sur le même serveur que mon instance, pas besoin de sous-domaine.

Configurer votre Vhost

Pour Nginx, ajoutez ces lignes dans votre vhost : (snippet ici).

    # static files     
    location ^~ /loleaflet {
        proxy_pass https://127.0.0.1:9980;
        proxy_set_header Host $http_host;
    }       
    # WOPI discovery URL
        location ^~ /hosting/discovery {
        proxy_pass https://127.0.0.1:9980;
        proxy_set_header Host $http_host;    
    }        
    # websockets, download, presentation and image upload
    location ^~ /lool {        
        proxy_pass https://127.0.0.1:9980;
        proxy_set_header Upgrade $http_upgrade;  
        proxy_set_header Connection "upgrade";
        proxy_set_header Host $http_host;
   }
Pour Apache2. c'est trop long alors cliquez sur snippet !

Et voilà pour le plus chiant !

Activer Collabora

Maintenant, pour terminer, allez donc activer l'application en la configurant avec le sous-domaine de votre instance : https://votre.instance.com. Pensez bien à cliquer sur "Appliquer" si vous ne voulez pas risquer de devenir chèvre...

Tous ces efforts vous permettront de cliquer paisiblement sur ces 3 nouvelles options :



Amusez-vous bien !

Fairphone 2 : corriger le GPS de votre téléphone

Rédigé par dada / 06 mars 2017 / 8 commentaires




Alors là, je viens de faire tomber le dernier blocage frustrant de mon Fairphone 2 : le GPS qui ne tournait pas. J'étais devenu fort en lecture de cartes sur OsmAnd~ mais je saturais aussi un peu. C'est marrant de faire le malin en sachant lire un carte dans tous les sens en 2017, mais bon, voilà, hein.
J'avais déjà passé trop de temps sur les moteurs de recherche et le forum Fairphone mais l'autre soir, dans une ultime tentative, j'ai débloqué ma situation ! Voici comment j'ai fait :

En préambule, notez que je me sers de l'Open Source OS du Fairphone, livrée sans les Google Apps. Si vous utilisez la version classique de l'OS, ce tutoriel n'est sans doute pas pour vous. Ah, et j'ai un Fairphone 2, pas le 1.
Et aussi, manipuler votre téléphone est à vos risques et périls ! Ne faites pas n'importe quoi ! Et puis, le GPS ne tourne toujours pas forcément très bien. Si je trouve des astuces pour l'améliorer, ou si vous en avez : je mettrais à jour ce billet.

Passer le téléphone en root

Pas besoin de brancher le téléphone au PC pour lancer le mode debug en ligne de commande depuis un terminal sous GNU/Linux... Pour passer root, il vous suffit de connaître le bon chemin et de taper plusieurs fois sur avec votre doigt sur Numéro de build.
Paramètres -> À propos du téléphone -> Numéro de build 
Tapotez votre écran au niveau de la case plusieurs fois et vous deviendrez le hacker de votre FP2. Retournez dans les paramètres et activez le Root Acces dans le nouveau menu "Options pour développeurs".

Passer Amaze en root

Maintenant, comme il va falloir modifier la configuration du GPS qui se trouve être un simple fichier texte dans les méandres de votre appareil, autorisez l'application Amaze à faire n'importe quoi.
Amaze -> Paramètres -> Divers 
Activez l'option "Gestionnaire Root" et le tour est joué : vous pouvez maintenant aller trifouiller dans la " / Racine" de votre Android.

Modifier le fichier gps.conf

Ce filou se trouve dans /system/etc/gps.conf.

Là, vous trouverez une ligne à commenter (en plaçant un # devant) une autre à dé-commenter et un 0 à remplacer par un 1 :
NTP_SERVER=time.gpsonextra.net
# NTP_SERVER=europe.pool.ntp.org
devient :
# NTP_SERVER=time.gpsonextra.net 
NTP_SERVER=europe.pool.ntp.org
Ensuite :
INTERMEDIATE_POS=0
devient :
INTERMEDIATE_POS=1
Vous pouvez enregistrer les modifications et redémarrer votre téléphone pour qu'elles soient prises en compte.

Un fois relancé, je vous invite à tester (depuis un endroit où vous pouvez capter du GPS !) votre nouvelle configuration avec l'application SatStat, disponible depuis F-Droid. Si tout va bien, vous devriez voir le nombre de satellites auxquels votre téléphone est connecté !

Maintenant, profitez enfin de OsmAnd~ et oubliez l'insupportable "Position Inconnue" quand vous voulez vous géolocaliser sur la carte. Bonheur.