Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Politique libre

Retours du FOSDEM 2017

Rédigé par dada / 10 février 2017 / Aucun commentaire




Trois ans que des membres de diaspora* se déplacent en Belgique pour montrer aux libristes que notre tendre réseau social est toujours vivant, toujours debout.

Déjà 3 ans ! J'ai du mal à me rendre compte du temps qui passe et le FOSDEM fait partie des événements qui me resynchronisent avec la réalité. En 2015, nous étions partis à l'aventure, nous faisons maintenant partie du décor !



Par rapport à l'année dernière, en plus d'allemands, de français, d'un finlandais et d'un suisse, nous avons découvert IRL le russe qui avait décroché les fonds de la campagne de financement participatif pour refondre la fédération et ajouter de quoi jouer dans le core du logiciel : Senya !
Un vrai bon gars qu'on a déjà prévu de revoir. A priori en Finlande mais rien n'est encore arrêté.

Cette troisième édition s'est fait remarquer part la création d'une nouvelle salle de jeu : la Decentralized Room, ou la AW 125 pour les intimes. Remarquée de par sa petite taille et la foule qui voulait s'y engouffrer : 60 places, c'était vraiment trop peu. J'ai malgré tout réussi à y entrer pour encourager et supporter l''ami Fla qui y présentait la conférence suivante :


Le libre, la décentralisation et les consciences politiques qui vont avec (quoi qu'en disent certains) bougent des foules de curieux. Super nouvelle !

Trois jours pendant lesquels nous avons beaucoup parlé, à tel point que Lukas a frôlé l'extinction de voix en plein milieu de l’événement. Il faut dire que les curieux étaient au rendez-vous : on parle de plus de 8 000 visiteurs tout de même ! Des visiteurs dont le discours a évolué : on ne nous demande plus si le projet tourne mais où il en est. Les gens qui viennent nous voir en nous demandant ce qu'est diaspora* sont toujours là mais beaucoup moins nombreux qu'avant. Comme quoi, communiquer, ça paie bien !

Je ne ferai pas l'erreur de lister les gens avec qui j'ai parlé, de peur d'en oublier, mais sachez que j'ai vraiment apprécié chaque discussion et le cours de français autour de la prononciation de Bruxelles ! ;-)

J'ai profité de l'événement pour utiliser ma tablette dans un environnement critique : tenir un stand sans PC, c'est fichtrement gênant mais j'ai quand même pris le pari de ne me servir que de mon Aquaris M10 Ubuntu Edition. Je suis assez content du résultat : pas de panne, pas de comportement vraiment bizarre. Tant mieux, je n'avais pas pris de PC de rechange ! Et c'était plutôt cool de choper ma tablette à pleine main pour faire des démos sous le nez des visiteurs !
Au passage, celle-ci n'est plus disponible à l'achat depuis le site de BQ. Dommage.

Dans les trucs que nous avons utilisé en grandeur nature, je peux rapidement vous parler du tchat de diaspora*. Nous avons tous un pod sur lequel il est activé, coup de bol ! Bon, Telegram resta l'outil principal, certes, mais quand même !

Bref, le FOSDEM, ce lieu de rencontre et d'échange nous a encore permis, podmins, développeurs et simples utilisateurs, de nous retrouver autour de succulentes bières belges et rien que pour ça : Merci !
Par contre, promis, l'année prochaine, je trouverai le temps pour m'organiser un peu mieux pour, au moins, assister à plus d'un talk. #Tristitude

Ah, pour les photos, foncez faire un tour sur votre pod et cherchez le tag #FOSDEM ou #FOSDEM2017.

La trépidante histoire du droit d'auteur - « Le piratage c'est du vol », et autres phrases chocs

Rédigé par dada / 29 novembre 2016 / Aucun commentaire


Avec l’arrêt de Zone-Telechargement, que je ne connaissais pas du tout avant ce matin, c'est le bon moment pour faire tourner une vidéo sur les droits d'auteur et les idioties qu'on nous raconte à longueur de journée. Cette vidéo vous fournira des billes pour débattre de ce sujet ô combien trollesque.

Tout y passe : la notion de pirate, l’idée reçue qui dit que les pirates consomment moins, l'Internet mondial à l'origine du déclin de la musique, la fréquentation des salles obscures qui s’écroule, le délire sur les photos des monuments, etc.


>

Bon visionnage et merci à Louis Paternault de l'association Grésille pour son travail.

Senya répond à mes questions après le succès de sa campagne de financement participatif

Rédigé par dada / 27 avril 2016 / 3 commentaires





J'ai honte. Cela fait un mois que Senya m'a fait le plaisir de répondre à mes questions et c'est seulement maintenant que j'en sors la traduction. J’espère que vous apprécierez autant que moi les réponses à ces quelques bafouilles. Le texte orignal en anglais est disponible par ici (en).
La campagne ayant commencé, vous pouvez suivre son aventure via ce tag.

Commençons par une présentation classique. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m'appelle Senya et je suis un développeur de logiciels russe. Je fais aussi de l’activisme en aidant les utilisateurs de logiciels libres autour de moi tout en en faisant la promotion. J’ai 25 ans. J’ai commencé à coder à 14 ans et j’ai dégoté mon premier travail en tant que développeur junior à 17 ans. Il y a un an, j’ai quitté le développement commercial pour me dédier, ou du moins essayer de me dédier, au logiciel libre.

Comment as-tu entendu parler du projet diaspora* ?

Si je ne me trompe pas, j’ai tout d’abord entendu parler du projet dans un magazine en ligne dont je ne me souviens plus du nom. C’était un test d’alternatives open sources de réseaux sociaux. Plus tard, j’ai commencé par réfléchir aux moyens de diminuer ma dépendance à vk.com, le réseau social « national » russe qui s’impose dans l’ancien bloc soviétique. Je voulais pouvoir partager et m’informer sans ce vk.com, à l’aide d’une plate-forme libre.
Je me suis alors souvenu du projet diaspora* que j’ai réessayé. Il comble mes besoins : il m’apporte un flux de nouvelles exportable en ATOM.

Es-tu un utilisateur actif de diaspora* utilisant le pod d’un podmin ou es-tu un poweruser gérant toi même ton propre pod ?

Non, je n’ai pas mon propre pod. J’utilise socializer.cc (Merci Nico Suhl !). J’étais d’abord un utilisateur et c’est plus tard que je suis devenu un contributeur. Je continue encore à me servir du même compte. Je n’envisage pas de mettre en place un pod à moi pour le moment.

Diaspora* est assez connu en Allemagne et en France. Le projet a commencé aux USA. Quel est son état en Russie ?

En fait, il n’est pas très connu. La communauté russe de diaspora* est plutôt petite. Malgré ça, il existe tout de même le pod russiandiaspora.org et quelques autres. A vue de nez, il n’y a pas plus 200 utilisateurs actifs par mois. De temps en temps, je rencontre des gens qui connaissent le projet parce qu’il est connu (mais pas populaire). Ceci-dit, je ne connais physiquement quasi personne de mon flux.

Tu t’es lancé dans une campagne de crowdfunding pour bosser à temps plein sur ce projet. Comment t’es venue cette idée ?

D’une certaine façon, c’est pour moi une preuve de concept pour voir si je peux travailler en tant que développeur payé sur un projet qui n’est pas d’essence commercial. Depuis mes débuts, je suis un défenseur des logiciels libres. Aujourd’hui, les logiciels libres sont largement utilisés par des entreprises commerciales pour différents buts. Mais, au final, ça aide les patrons à gagner de l’argent. Aujourd’hui, nous avons des systèmes d’exploitation libres bien foutus mais ils sortent la tête de l’eau principalement via l’intérêt qu’a le secteur commercial dans son développement. J’aime l’idée d’une communauté d’utilisateurs qui embauche un développeur pour améliorer les outils dont elle a besoin. Ainsi, c’est un mouvement qui vient de la base et c’est super ! La technologie s’améliore sans les fonds ni l’intermédiaire de quelqu’un de riche qui influerait sur son développement à son profit, bien plus que pour l’intérêt général, la justice sociale et un monde en paix.

Quels sont tes objectifs ? Tu penses que ce projet aura un bel avenir ou va-t-il rester un réseau social de geeks ?

Tout de suite, mon principal objectif est de faire mon travail le plus rapidement et le mieux possible. J’ai reçu un soutien financier, la communauté m’a supporté et a confiance en moi : c’est à mon tour de faire de mon mieux.
Je crois que diaspora* et le principe de la fédération ont un grand futur. Depuis des dizaines d’années, Linux et l’Open Source ont été en quelque sorte marginaux mais maintenant, Microsoft s’y met. L’astuce pourrait marcher une fois de plus. L’Open Source donne les moyens d’adapter le logiciel à ses propres besoins. J’ai contacté un groupe de personnes qui ont travaillé en tant qu’aide technique pendant la manifestation des conducteurs de camions en Russie. On m’avait dit qu’ils avaient à l’esprit de faire un réseau social pour les conducteurs dans lequel ils pourraient avoir confiance. Ils sont prêts à se baser sur de l’existant plutôt que de tout refaire depuis le début.
Aussi, diaspora* apparaît dans quelques niches : le réseau social pour geek/nerds, comme tu dis. Il comble les besoins en matière de respect de la vie privée, d’informations technologiques et de discussions. C'est aussi une zone de partage pour gauchistes. Diaspora* attire les gens à l’état d’esprit idéaliste. En partant de ces niches, la fédération pourrait atteindre le moment où elle commencerait à atteindre un public plus large mais ça n’arrivera pas sans amélioration du logiciel et c’est là que je veux aider.

Je pense aussi que le futur d’un web fédéré doit reposer sur une diversité de logiciels. C’est aussi pourquoi nous devrions nous orienter vers la standardisation des protocoles propulsés par l’open source. Les outils de médias/réseaux sociaux peuvent bien être implémentés d’une douzaine de façons différentes mais s’ils se servent du même protocole, leurs utilisateurs pourront communiquer les uns avec les autres malgré leurs désaccords « idéologiques ».

Un exemple, pour le moment théorique, serait l’implémentation du logiciel des pods qui n’utiliserait pas du tout de JavaScript, ce qui est logique puisqu’il est difficile de contrôler ce qui est exécuté sur son ordinateur quand le JS est activé. A cause de lui, actuellement, nos ordinateurs dépensent une quantité considérable de ressources pour nous afficher de la publicité. La fédération pourrait aider un groupe de personnes avec ce genre de point de vue à rester en contact avec ceux qui ne le partagent pas. Plus globalement, la fédération pourrait délier le contenu des échanges via réseaux sociaux des outils qu’il faut utiliser. Et c’est franchement génial.

Tu commences une période de trois mois de travail à temps plein. A la fin, tu envisages de recommencer à travailler pour le projet ?

On verra bien. Ça dépend du résultat de ce projet. Le retour de la communauté et de l’équipe de développeurs est important pour moi.


Merci encore pour tes réponses Senya !

Senya answers my questions about the successful diaspora*'s crowdfunding campaign

Rédigé par dada / 27 avril 2016 / Aucun commentaire




Everything is already said in my post's title. Senya pleased me answering my questions about him. He luckily has won the right to be paid to work on our lovely social network's improvements thanks to his crowdfunding campaign. Enjoy reading ! Interview available in French here.

Let start with a classic presentation. Can you tell us about who you are ?

My name is Senya and I'm a software developer from Russia. I also do some free software activism supporting free software users locally and spreading the word. I'm 25 now. I started programming at 14 and by 17 I got my first job as a junior developer. A year ago I quit the commercial development to dedicate or at least try to dedicate myself to free software participation.

How did you hear about the diaspora* project ?

If I'm not mistaken, the first time I read about diaspora* project in an online magazine which name I can't remember anymore. It was a review of alternative open source social media project. After a while I started to think about the ways to lower my dependency on vk.com which is Russian "national" social network which predominates in the ex-USSR space. I wanted to have a possibility to share and follow news without the vk.com, but rather with using some free software platform. And I remembered about the diaspora project and tryed it and it fit my purposes: it provided the news stream exportable to ATOM.

Are you an active diaspora* user using a podmin's pod or are you a "poweruser" handling your own pod ?

No, I don't handle my pod. I'm using socializer.cc (thanks, Nico Suhl!). I first became a user and only after a while a contributor, and therefore I just continue to use an account I'm used to and I don't think about my own production pod yet.

diaspora* is well known in Germany and in France. The project has started in the USA. What about in your country, Russia ?

Well, it's not well known. Russian community on diaspora* is rather small. However there is even a pod russiandiaspora.org and a couple of others in Russia. By subjective feeling it's no more than a couple of hundreds active Russian users per month. From time to time I meet people, who know about the project, because it is quite famous (but not popular). But there are almost no one on my stream who I know personally offline.

You started a crowdfunding to work fulltime on this project. How does this idea came out ?

To some extent it is a proof-of-concept for me, that I can work as a paid developer on a project which is inherently non-commercial. Since my early years I was a free software advocate. Today, the free software is widely used at commercial companies for different purposes. But finally it helps to earn money for bosses. Today we have well-developed free operating systems, but it happened mostly because of the commercial sector interest in that development. I like the idea of a community of users which hires a developer to improve the tool they need. Thus, it is entirely grassroots communication and it's awesome! The technology develops without anyone's rich and powerful funding or mediation, so there is no their influence which is usually has a purpose of profiting even more rather than social development, social justice or world peace.

What's your objectives ? Do you feel like this project has a great futur or is it going to remain a geek/nerd social network ?

Now my main objective is to finish the project as soon as possible and as well as possible. I was funded, the community gave me their support and trust, now it's my turn to do my best.

I beleive that the diaspora and the federation at whole may have a great future. For decades Linux and Open Source was thought by many as something margnial, and now Microsoft turns towards it. The trick might work once again. Open source code gives a possibility to adapt the software for your own purposes. I contacted a group of people who worked as a technical support for the truck drivers strike in Russia and I was told that they have an idea of making a social network media for truck drivers which they may trust and they are interested in basing it on some existing code base rather than making it from scratch. Also diaspora now has some well-known niches - as you said "geek/nerd social network" - it supplying users with privacy/technology news and discussions and also as a platform for some sort of leftist news sharing. Diaspora is attractive to people of the idealistic mindset. And starting with niches the federation may reach the point where it has content interesting enough to attract the general public. But that can't happen without well implemented software. And that's where I want to help.

Also, I think the future of the federated web must lay in the diversity of the software. That's what we may also reach with the standardization of protocols powered by open source - software platforms for social media may be implemented in a dozens of ways and if they all support the same exchange protocol their users will communicate with each other in spite of "ideological" disagreement. One, yet theoretical at least for now example may be the implementation of the pod software which doesn't use any JavaScript at all but still works with the federation. There are some people who don't like JavaScript, and it's fair enough because it's hard to control what is being executed on your computer when you have JavaScript enabled. Because of this, today our computers spent considerable amount of resources to show advertisement to us. The federation may help the group of people with such point of view to build a tool of their preference and stay in contact with people who don't agree with them. Generally speaking, the federation will untie the content exchange in social media of the tools we use for that. And that's also awesome.

You're starting a 3 months full-time job on diaspora* thanks to your campaign. At its end, will you try another crowdfunding to keep working on the project ?

We'll see. It depends on the results of this project. The feedback of the community and the core team is important for me.



@Seny, thanks again for your time and your answers. I can't wait to see the result of your work and to meet you at the FOSDEM 2017, who knows ?

[Documentaire] Les gardiens du nouveau monde

Rédigé par dada / 21 février 2016 / Aucun commentaire


Voici un documentaire incroyable qui n'est pas tout jeune mais que je vous propose de regarder. Il est réalisé par Flo Laval et on y retrouve Jean-Marc Manach, Jérémie Zimmermann et des gars de chez Telecomix.
Quand je dis que je vous le propose, c'est faux : profitez de votre dimanche au calme pour foncer le regarder si vous ne l'avez pas vu ! ;-)



Bon visionnage et bon dimanche !