Blog de dada

DevOps, bidouilleur et routard plein de logiciels libres

Les sceptiques ont, heureusement, leur instance Peertube

Rédigé par dada / / 3 commentaires


On entend toujours beaucoup de monde se moquer de Peertube, le logiciel que ceux qui savent faire peuvent installer sur un serveur pour se sortir de Youtube : il n'y a pas grand monde, c'est un truc de geeks, il n'y a pas de contenu et j'en passe.

C'est globalement vrai. On n'y trouve pas les grands créateurs de vidéos d'unboxing, de tuto make-up, de tests d'appareils de musculation et autres.

Par contre, on y trouve la communauté des sceptiques. Ces gens-là s'amusent à utiliser leurs cerveaux pour pointer du doigt la façon dont les gens se/vous mettent des choses dans le crâne. C'est terriblement passionnant. Passionnant, certes, mais gênant pour tout un tas de raison : ils s'attaquent à des sujets parfois sensibles et, comme beaucoup de vidéastes, se prennent les fameuses règles de Youtube dans la tronche quand ils titillent des personnages critiquables.

Plutôt que de râler uniquement contre ces-dites règles de Youtube, ils ont trouvé le moyen de faire tourner leur propre instance Peertube : skeptikon.fr, et d'y publier leur travail.

Ils peuvent, d'un côté, se faire striker sur Youtube et, de l'autre, garder en ligne et visible la vidéo litigieuse sur Peertube. Un grand renfort de communication sur les autres réseaux sociaux permet de rediriger le flux de leurs abonnés de Youtube à Peertube et de communiquer autour de l'événement.

C'est ce qui s'est passé avec cette vidéo :


Je vous invite fortement à la regarder : vous allez avoir 1h de bonheur sous les yeux.

On admire ici l'intérêt de Peertube pour cette communauté : il n'est pas possible de se battre contre Youtube. Le géant du web ne s'intéresse pas vraiment à ses utilisateurs, il s'intéresse à ses annonceurs, ses clients, et à ses revenus. Quand une vidéo tombe, se défendre est quasiment impossible et, si vous êtes chanceux, elle reviendra en ligne bien assez tard pour qu'elle soit coincée au fond du réseau, invisible.

La structure de Skeptikon, que je ne connais absolument pas dans les détails, permet une chose assez incroyable : passer outre les actions préventives de Youtube. De quoi ?
Sachez que quand Youtube reçoit une réclamation de la part d'un soi-disant ayant droit, la société donne toujours la priorité au réclamant et laisse la cible dans la mouise. Toujours. Avec Peertube, les administrateurs de l'instance ne réagissent pas comme ça. Si les soi-disant ayants droit transmettent une réclamation, c'est par la voie traditionnelle qu'elle va être traitée, avec avocat et tout le tralala. Dehors, donc, le comportement paillasson de la société américaine. Rien que cette menace de cheminement classique devrait refroidir un habitué des réclamations à l'américaine.

Si on embraye sur le financement de la création, la tendance semble être la suivante : les revenus de Youtube ne permettent plus de vivre correctement quand on produit du jus de cerveau. Il n'y a qu'à voir la quantité de comptes Tipeee, de sites de ventes de produits dérivés et de sponso (NordVPN !). 

Cette situation me donne envie de rappeler aux créateurs qui ne seraient pas dans les bonnes grâces de Youtube qu'il est possible, au prix d'efforts, de vivre de son travail en dehors de Youtube et qu'une solution existe. Les sceptiques montrent l'exemple. J'attends maintenant que les critiques cinémas et les autres prennent la même voie. On sait tous que leurs vidéos se font démonétiser ou striker. Peertube pourrait très bien être un havre de paix pour eux aussi.

Pour aborder rapidement l'absence de gens sur Peertube, je vous invite à aller voir les statistiques de la chaîne de Clément Freze, le mentaliste embêté par les règles de Youtube :


Les vidéos Youtube de ce jeune ne dépassent pas les 4 000 vues quand sa vidéo sur Peertube double ce score. Qu'en conclure ? Qu'en sortant de la création bas de gamme naturellement mise en avant par Alphabet pour gaver les gens de pubs entre deux âneries, il est possible de se sortir des algorithmes de Youtube pour offrir du contenu pertinent aux gens. Vraiment.

Pour aller plus loin, je vous invite à profiter du bouche à oreille qui m'a donné envie de rédiger ces quelques lignes en allant voir la vidéo de MrSam : Il doute d'un médium, ça tourne pas. Le petit point d'?.

On en retient quoi, de tout ça ? Que Peetube n'est plus une solution à négliger.

3 commentaires

#1  - Elzen a dit :

Salut !

Merci pour cet article, on va le faire tourner un peu de notre côté :-)

Effectivement, un des objectifs de PeerTube en général et de Skeptikon en particulier, c'est d'avoir quelque chose qui marche à taille humaine : YouTube met en place ces politiques de traitement automatique des réclamations parce que, compte tenu du nombre de vidéos qu'ils hébergent, il est simplement impossible de vérifier autrement.
Nous, on reste plus petits, ce qui nous permet de connaître nos vidéastes et de décider de quoi faire en prenant vraiment en compte la vidéo et le détail de la réclamation. Ça change déjà beaucoup de choses.
Donc oui, les créateurs et créatrices d'autres sortes de contenus : faites vos PeerTubes à vous. On est même prêts à donner un coup de main ;)

Et tu fais bien de rappeler que, si PeerTube n'a, en tout cas pour le moment, pas de possibilité de monétiser directement, ce n'est « pas grave » au sens où le système de monétisation de YouTube n'est de toute façon pas ce qui permet à la plupart des vidéastes de continuer leur boulot. C'est important d'explorer d'autres façons de faire.

Répondre
#2  - zurbo a dit :

Skeptikon est vraiment genial c'est un très bon moyen de rendre disponible une vidéo qui se fait strike sur Youtube.

Cependant je pense que la majorité des gens n'ont pas encore le reflexe d'aller chercher les vidéo qui se font strike sur cette plateforme, j'en veux pour preuve le reupload de la vidéo de La tronche en biais "Le danger des ondes electromagnetique (une conversation dificile)" qui a cumulé presque 160000 vues sur les reupload Youtube (130k chez Astronogeek, 18k chez Le Rasoir Laser d'Ockham, et quelques milliers ailleurs), alors que la même vidéo n'a cumulés que quelques centaines de vues sur PeerTube. Et même en retirant les vues d'Astronogeek qui avait un grand nombre d'abonés avant de poster cette vidéo (donc le nombre de vues est "biaisé") la différence de vues est tout de même significative.

Mais bon, le petit millier de vues sur cette vidéo de Clément Freze indique aussi que c'est en train de changer, et c'est plutot sympa.

Vidéos prises en compte pour les vues cumulés:
https://www.youtube.com/watch?v=_TpShSHY2Ts
https://www.youtube.com/watch?v=cI6A3l52DGg
https://www.youtube.com/watch?v=1p1p6sj_ER0
https://www.youtube.com/watch?v=WlsEV558__o
https://pe.ertu.be/videos/watch/332b4c9b-c3b0-4f7e-952f-259bb306d68b
https://peertube.video/videos/watch/7cbb33d4-2c9a-4066-946c-2c68050df1ba
https://skeptikon.fr/videos/watch/365afe68-b3c4-44a7-a47c-375cf8901005

Répondre
#3  - dada a dit :

Peertube n'a pas (encore ?) vocation à complètement remplacer Youtube.
Dans ton cas, le principe du réupload a permis à une vidéo de buzzer "dans" Youtube. Cette technique marche aussi très bien avec, ceci-dit, un gros risque pris par les vidéastes volontaires. Sur une vidéo qui semble anodine, il n'est pas impossible que Youtube décide, d'un coup, de blâmer les propriétaires des chaînes ayant participé à l'opération. Il me semble que ça n'est jamais arrivé, mais, théoriquement, rien ne l'empêche sauf à passer par une instance Peertube.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot jrmm ?